Le Victor spécial à «Monsieur Vélo»

Rachel Morin décrit son conjoint Guy Marcotte comme... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Rachel Morin décrit son conjoint Guy Marcotte comme étant un passionné, ce qui lui permettra de recevoir un Victor spécial lors du gala du Mérite sportif de l'Estrie.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) On l'appelle Monsieur Vélo. Parce que depuis l'âge de 16 ans, Guy Marcotte est impliqué dans le développement de ce sport en région. Voilà pourquoi le choix du Victor spécial n'a pas été difficile à faire cette année.

Guy Marcotte recevra ce prix le mercredi 1er février lors du 36e gala du Mérite sportif de l'Estrie, qui aura lieu à compter de 17 h 30 à l'Hôtel Delta de Sherbrooke.

« Je pense avoir raté seulement deux galas du Mérite sportif de l'Estrie en 35 éditions, indique l'homme de 62 ans. Je ne pensais jamais recevoir le Victor spécial Desjardins. Je me suis toujours impliqué pour le plaisir. Ce n'était pas un travail pour moi alors je ne m'attendais jamais à être honoré pour ça. »

« Monsieur Marcotte, c'est Monsieur Vélo, affirme Jean Arel, président du gala du Mérite sportif. Personne n'a fait autant de choses que lui dans le monde du cyclisme. En plus, il a impliqué sa conjointe Rachel, ses deux filles Véronique et Geneviève ainsi que leur gendre. Si le vélo a pris autant de popularité dans notre région, c'est grâce à lui. »

Athlète, président du club de cyclisme, mécano, entraîneur, arbitre : Guy Marcotte a rempli tous les rôles.

Il a largement contribué à la tenue des compétitions cyclistes des Jeux du Québec à Sherbrooke en 1977 et 1995, de plusieurs championnats provinciaux ainsi que des Jeux du Canada de 2013. Il a aussi participé à la restructuration de Vélo Sherbrooke tout en étant directeur sportif de l'équipe du Québec en cyclisme sur route pour les Jeux de la francophonie à Nice en 2013 et avec l'équipe du Québec en paracyclisme aux championnats nationaux sur route.

Au total, il a organisé plus de 300 courses.

« Quand on parle de 300 courses, ça peut paraitre impressionnant, mais lors du même événement on pouvait parfois organiser jusqu'à 17 courses durant la journée. Tout a commencé lorsque mes amis ont lancé le club en 1969. L'année suivante, je me suis procuré un vélo et je me suis impliqué en suivant le courant tout simplement pour finalement présider l'organisme pendant longtemps », précise M. Marcotte.

Sa plus grande réalisation?

« Mon implication aux Jeux du Canada de Sherbrooke en 2013 me rend très fier, mais le fait d'avoir intégré ma famille à mes projets de vélo est aussi une grande fierté. Parfois, je pouvais être commissaire de course avec ma conjointe Rachel et mes deux filles. Quand ça arrivait, on savait que tout allait bien se passer. »

« Guy est un passionné, mentionne sa conjointe Rachel Morin. Même les jeunes ont le goût de le suivre en s'impliquant comme bénévole tellement l'effet est contagieux. »

Sa vie: le vélo et la famille

Guy Marcotte a encore devant lui de nombreuses années de vélo. Après avoir donné sa vie au cyclisme, il devient difficile de tout arrêter du jour au lendemain.

« Je vais continuer à faire des compétitions chez les 60 ans et plus. J'aime le côté social du cyclisme. J'aime aussi faire des voyages de vélo et je compte encore m'impliquer dans le comité hors route et le fat bike, mais je serai davantage un bénévole tranquille afin de passer du temps en famille. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer