Le Mistral dévoile ses couleurs

Le Mistral de Sherbrooke a présenté ses nouvelles... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Le Mistral de Sherbrooke a présenté ses nouvelles couleurs et ses grandes aspirations, mercredi, en présence de Danny Champagne, porte-parole de l'équipe, Pierre-Luc Boudreau membre du comité de transition, Linda Lajeunesse, de Chocolat Favoris, Joël St-Louis, de la Boutique le coureur, et Vincent Boutin, conseiller municipal et président du comité sport plein-air.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le tout nouveau club de soccer de Sherbrooke, appelé le Mistral, a dévoilé ses couleurs et son logo mercredi. Un logo représentant le passé, mais qui met la table pour les succès futurs.

« On a reçu des centaines de logos, explique le représentant du Mistral, Danny Champagne. Parfois, ils étaient faits au crayon de plomb par des enfants de cinq ou six ans. Sinon, par des gens plus professionnels qui proposaient des éléments graphiques de qualité. Nous avons réduit la liste à cinq et les gens ont voté pour le logo le plus inspirant. Finalement, c'est l'amalgame de différents logos qui a donné le résultat final. »

Comptant près de 4500 joueurs, le Mistral devient le plus important club de soccer au Québec.

« On n'aspire pas à devenir le plus gros club, indique M. Champagne, mais le plus grand. Celui que nous mettrons de l'avant et qui servira de référence au Québec. »

« Notre mandat à la Ville de Sherbrooke avec notre politique du sport était d'avoir un seul club dans la ville à la suite des fusions, a rappelé le conseiller à la Ville de Sherbrooke et responsable du sport et du loisir, Vincent Boutin. À l'époque, il y avait six clubs sur le territoire sherbrookois. Il était difficile d'arriver du jour au lendemain avec un seul club, donc on a réduit le tout à trois et aujourd'hui, on atteint notre but avec la formation d'une seule entité. »

« Le Mistral est un retour dans le passé pour mieux aller de l'avant, estime l'ancien président de Soccer Estrie et actuel trésorier, Richard Duquette. Après la fondation des six clubs, il y a eu les Verts et par la suite le Mistral, qui réunissait les meilleurs joueurs de la région. Le logo représente le passé et le futur. Il est extraordinaire. »

Logo rassembleur

Ce logo a effectivement semblé plaire à la totalité des gens présents à la conférence de presse.

« Les trois ailes font référence à la statue de la rue King et renvoient à la fusion des trois clubs, a informé Danny Champagne. Les étoiles constituent les cinq championnats canadiens gagnés par les organisations sherbrookoises au fil du temps. Le bandeau nous rappelle l'écharpe des supporteurs dans le stade et les couleurs sont celles de la Ville de Sherbrooke : le bleu et le vert. On est partis du logo de la ville et on pensait que c'était une bonne idée de réunir tout le monde sous le même blason représenté par nos couleurs. »

« Il devait y avoir six étoiles. Mais celle du championnat national gagné par le Mistral en 1995 a été retirée afin de permettre à la nouvelle équipe de refaire l'histoire en gagnant un jour un autre championnat, ce qui nous permettra ensuite de l'ajouter à la série d'étoiles actuelle », précise M. Duquette.

Passion, respect, fierté

L'ancien membre du Mistral lors de cette conquête en 1995, Richard Pierre-Gilles, se réjouissait aussi en analysant le nouveau logo. 

« Cette fusion est un pas vers l'avant. C'est la volonté de réunir les forces vives d'une région riche en ce qui concerne le patrimoine de soccer et les réalisations du passé. C'est une belle étape de franchie et je fonde beaucoup d'espoir sur ce club en tant que président par intérim de Soccer Estrie. »

Finalement, les trois valeurs du Mistral ont été établies.

« Nous avons aussi discuté longuement de nos valeurs qui représenteront le Mistral, affirme Danny Champagne. Les mêmes mots revenaient souvent et seront compris autant par un enfant de cinq ans que par un joueur senior. D'abord, la passion. La passion qui nous anime tous autour du ballon rond. On souhaite la partager aux jeunes. Cette passion fait germer l'espoir et l'enthousiasme. Ensuite, le respect. Envers soi-même et l'adversaire. Ce respect passe par les arbitres, les joueurs, les entraîneurs et aussi les parents dans les gradins. Et pour terminer : la fierté. Celle qui nous fait vibrer. »

Les gagnants du concours seront annoncés en janvier.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer