• La Tribune > 
  • Sports 
  • Les nouvelles règles exemptes du conflit à Québec 

Les nouvelles règles exemptes du conflit à Québec

Ce mâle au panache impressionnant de 10 pointes... (Photo fournie)

Agrandir

Ce mâle au panache impressionnant de 10 pointes s'est égaré dans le secteur Beckett (Nord de Sherbrooke) au cours des derniers jours. Ça ne sera pas le cas pour le projet expérimental de restriction sur la taille des bois, qui n'est pas menacé par la grève du personnel juridique du gouvernement et qui s'appliquera comme prévu en Estrie à compter de l'automne prochain.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Le tir groupé des avocats et notaires du gouvernement provincial, qui sont en grève générale illimitée depuis un mois, n'aura pas d'incidence sur la mise en oeuvre du projet expérimental qui imposera de nouvelles règles de chasse au chevreuil dans deux zones de l'Estrie à compter de l'automne prochain.

Un porte-parole du ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP), Jacques Nadeau, a nié l'information voulant que ces changements réglementaires soient parmi les projets gouvernementaux actuellement coincés en raison du conflit de travail avec les juristes.

« Il n'y a rien de tel. Les chasseurs peuvent tenir pour acquis que ce nouveau mode de gestion sera appliqué, comme prévu, à compter de l'automne 2017 en Estrie. Les détails ne tarderont pas à venir », a précisé M. Nadeau.

Au cours des cinq prochaines années, les chasseurs fréquentant les zones 6 nord et 6 sud de l'Estrie ne pourront abattre que les mâles dont le panache compte trois pointes ou plus d'un côté. La récolte des cerfs sans bois deviendra quant à elle contingentée.

Un décalage dans le calendrier d'implantation aurait pu être chose possible puisque pour un autre dossier, celui-là au ministère des Affaires municipales, on m'a confirmé qu'une procédure usuelle se retrouve flottante en l'absence des professionnels qui rédigent les lois et les règlements. À défaut d'une entente, ces derniers comptent prolonger leur débrayage jusqu'à la fin du mois de décembre.

J'avais contacté la semaine dernière le bureau du ministre Luc Blanchette. Je n'ai pas obtenu de réponse. En poste depuis seulement quelques mois, M. Blanchette se montre probablement prudent dans ses déclarations pour éviter le brouillage des signaux à la Faune, un service gouvernemental ayant vu passer pas mal de répondants politiques ces dernières années.

Parlant de brouillage, ce serait pour s'en prémunir que le Ministère a décidé de ne plus publier sur son site internet les statistiques de chasse au fur et à mesure que les fiches d'enregistrement étaient comptabilisées dans son système central.

« Les données partielles étaient interprétées de toutes sortes de façons. En découlaient toutes sortes de perceptions et d'hypothèses, notre personnel passait son temps à rectifier les faits. Ce système improductif est remplacé par une approche plus méthodique.

« Nos gestionnaires régionaux se rendront disponibles pour commenter, expliquer et nuancer les chiffres des récoltes pour chacune des espèces dès que tous les résultats seront comptabilisés. Vous serez à même d'en juger alors que nous publierons la semaine prochaine le tableau de la dernière saison de chasse à l'orignal en Estrie et pour tout le Québec », précise à ce sujet Jacques Nadeau.

La responsable des communications du MFFP vient donc de vous dévoiler le menu de la prochaine chronique. Ces résultats sont attendus dans la région puisque notre cheptel d'orignaux est encore considéré comme précaire. Nous verrons, jeudi prochain, où nous en sommes vraiment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer