Nicole Clermont vise Tokyo 2020

Une vague d'amour attendait la directrice Nicole Clermont... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Une vague d'amour attendait la directrice Nicole Clermont à l'école Boisjoli lundi après-midi. Une assez grosse vague qui lui permettra probablement de surfer jusqu'à Tokyo.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Après être passée à un cheveu de ramener une médaille de bronze des Jeux paralympiques de Rio 2016, Nicole Clermont souhaite se reprendre en 2020 à Tokyo.

« J'ai un oeil sur Tokyo, admet la spécialiste du paracyclisme. Par contre, je repars au bas de l'échelle. Je suis encore membre de l'équipe canadienne, mais je devrai obtenir mes standards et participer aux coupes du monde et aux championnats du monde. Je devrai me rendre en Italie, en Belgique, en Hollande et en Afrique du Sud prochainement. Je dois monter sur le podium à une reprise au moins en coupe du monde ou aux mondiaux. »

Maintenant âgée de 55 ans, c'est donc dire que la directrice de l'école Boisjoli vise une participation à l'âge de 59 ans, rien de moins.

« Je dois prouver que j'ai ma place et que je fais partie de l'élite mondiale. J'espère poursuivre mon développement et continuer à m'améliorer. Je ne peux pas rester au même niveau, parce que mes compétitrices s'amélioreront aussi. Par contre, je prends une journée à la fois. »

L'étape difficile maintenant : s'entraîner.

« Ce n'est pas ce qui me tente le plus, explique celle qui a toutefois très hâte de reprendre son travail à l'école Boisjoli. Je devrai m'entraîner le soir après le travail et cela demande beaucoup de discipline. J'affronterai des athlètes de 25, 30 ou 35 ans, alors je devrai être dans une forme optimale comme lors de mon arrivée au Brésil. »

Une vague d'amour

Lundi, une belle surprise attendait Nicole Clermont. Des centaines d'écoliers de Boisjoli ont rempli le gymnase et ont crié à répétition le prénom de Nicole en attendant son arrivée, pour ensuite chanter la chanson Au bout de mes rêves de Jean-Jacques Goldman lorsque l'athlète s'est présentée devant eux.

« Dans votre vie, vous ne rencontrerez pas souvent des gens qui sont allés aux Jeux olympiques ou paralympiques, a rappelé le professeur Danny Labonté. Mais nous sommes chanceux parce que nous connaissons super bien une athlète paralympique qui s'est entraînée très fort. Elle a même arrêté de travailler à l'école pour se mettre en forme et améliorer ses chances de bien performer au Brésil. »

« Je suis vraiment hyper excitée et très touchée d'être avec vous cet après-midi, a lancé Nicole Clermont, peu avant de voir son chandail de l'école Boisjoli être retiré comme on le voit régulièrement dans le monde du hockey. J'ai connu des moments difficiles à Rio et des moments très agréables. Mais j'ai beaucoup pensé à vous durant les Jeux. D'ailleurs, je vous encourage aussi à aller au bout de vos rêves. Qu'ils soient grands ou petits. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer