• La Tribune > 
  • Sports 
  • > La Traversée du lac Memphrémagog ne renaîtra pas 

La Traversée du lac Memphrémagog ne renaîtra pas

Jean-Guy Gingras... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Jean-Guy Gingras

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La Traversée internationale du lac Memphrémagog ne renaîtra pas. Lundi matin, Jean-Guy Gingras, de l'ancien conseil d'administration et conseiller spécial de la TILM, a confirmé que l'événement magogois rendait l'âme.

Gilles Bélanger, promoteur bien connu à Magog, a bel et bien rencontré les anciens dirigeants de la TILM pour faire revivre l'événement magogois. Lynn Blouin, ex-présidente de la TILM et ex-secrétaire général de l'International Marathon Swimming Association (IMSA), avait accompagné l'homme d'affaires dans sa réflexion.

 C'est finalement l'état actuel du marathon en eaux libres qui a fait reculer le tandem Bélanger-Blouin. «Le risque est beaucoup trop élevé et cela n'a rien à voir avec la situation financière de la Traversée et l'expertise  qu'il y a en région pour organiser l'événement. C'est plutôt l'incertitude qui règne autour de des marathons de nage, soutient Bélanger. On ne peut se permettre de réamorcer la machine sans savoir ce qui nous pend au bout du nez au niveau de la discipline comme telle. Les nageurs se tournent vers les plus petites distances, celles qui donnent accès aux Jeux Olympiques et aux Championnats mondiaux. Le Circuit Grand Prix  se meurt avec seulement trois épreuves à son calendrier et l'une d'elles, Capri en Italie, comptait cinq nageurs à la ligne de départ en 2016. Et puis, il y a la FINA qui demeure rigide dans ses règles et qui ne bouge pas. On a parlé à des nageurs, des entraîneurs, des promoteurs et on en vient à la conclusion que c'est inutile de donner suite au travail entrepris depuis plusieurs semaines.»

 «Dans ce contexte, sans oublier l'incertitude quant au retour des bailleurs de fonds privés et publics, on en vient à la conclusion que la pérennité de l'événement resterait aussi fragile qu'au cours des dernières années», a mentionné Gilles Bélanger.

  «C'est une page d'histoire que l'on tourne, de renchérir Jean-Guy Gingras. Mais c'est sans surprise pour nous de voir que ça se termine ainsi. On va maintenant s'affairer à liquider et redistribuer les actifs de la Traversée.»

 «Nous sommes émotifs devant la tournure des événements. Mais c'est aussi faire preuve de lucidité dans les circonstances», a ajouté Lynn Blouin.

 «Je suis triste pour les nageurs qui s'accrochaient encore à nous faire vibrer dans cette discipline. Je pense à eux, notamment Xavier Desharnais, en ce moment», a conclu Gilles Bélanger.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer