Deux officiels centricois à la Coupe Grey

André Proulx sera l'arbitre en chef lors du... (Archives, La Presse)

Agrandir

André Proulx sera l'arbitre en chef lors du match de la Coupe Grey de dimanche.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Deux arbitres originaires de la région Centre-du-Québec seront d'office, dimanche, lors de la 104e présentation de la Coupe Grey opposant les Stampeders de Calgary au Rouge et Noir d'Ottawa.

Jocelyn Paul en sera à une deuxième participation... (La Tribune, Yanick Poisson) - image 1.0

Agrandir

Jocelyn Paul en sera à une deuxième participation à un match de la Coupe Grey en tant qu'officiel.

La Tribune, Yanick Poisson

Le Drummondvillois André Proulx en sera à une septième présence au match ultime, c'est la quatrième fois qu'il agira à titre d'arbitre en chef. Il aura la responsabilité d'un groupe d'une dizaine d'officiels, dont quelques-uns en seront à une toute première expérience à un match pour l'emblème suprême du football canadien.

Afin de s'assurer que tous sont sur une même longueur d'onde, les zébrés sont déjà en sol torontois depuis mercredi. Ils auront droit à plus d'une douzaine d'heures de réunions, d'ajustements et de visionnement de séquences de match afin de se familiariser avec les forces en présence.

Selon le vétéran de 19 saisons dans la Ligue canadienne de football, le travail des officiels ne doit pas être différent lors de cette rencontre décisive, et ce, même si tout est en place pour qu'ils sentent des fourmis dans tous leurs membres.

« Ce qui est le plus dur c'est le temps d'attente, tout est plus long. On arrive plus tôt, il y a davantage de pauses pendant le match. Il faut s'habituer à l'horaire, explique Proulx. Il faut s'assurer de faire la même chose que tout au long de l'année, il ne faut rien changer dans notre façon d'appeler les jeux. Il faut se dire que c'est une partie comme les autres ».

Paradoxalement, si l'enjeu est plus important que les rencontres de saison régulière, le match de la Coupe Grey est souvent plus facile à officier. Aucun joueur ne veut se faire prendre en défaut et coûter à son équipe de précieuses verges sur le terrain.

« Les équipes se livrent une véritable guerre de tranchées et ne veulent pas commettre de faute. Ça rend notre tâche plus facile. On n'est pas obligés de surveiller le chamaillage, on peut se concentrer sur nos appels en lien avec le jeu », ajoute le natif de Notre-Dame-du-Bon-Conseil.

Parmi les arbitres qui accompagneront Proulx sur le terrain du stade BMO, on retrouve le Victoriavillois Jocelyn Paul. Ce dernier n'en sera qu'à une deuxième présence à la grande finale, lui qui oeuvre au sein de la LCF depuis neuf saisons. En 2009, il avait accompagné l'équipe d'officiels à titre de remplaçant. Cette fois, il sera juge de mêlée.

« Tout comme les joueurs, nous souhaitons être sur le terrain jusqu'au tout dernier match. C'est notre objectif lorsqu'on amorce la saison. Comme pour les joueurs, nous devons démontrer de la constance dans nos appels. C'est une grande fierté pour moi d'être d'office pour une quatrième fois », affirme André Proulx.

Ce dernier en sera à une 327e partie dans la Ligue canadienne de football, un fait d'armes peu commun. Passionné de football depuis sa tendre enfance, il a d'abord voulu jouer, avant de se rabattre sur l'arbitrage.

« Au secondaire, mon entraîneur m'a fait capitaine et m'a dit que je devais apprendre tous les règlements. Un peu plus tard, j'ai été appelé à remplacer un arbitre absent. C'est là que ça a commencé et je n'ai plus arrêté depuis », conclut l'officiel de 52 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer