Alexandre Carrier entre la glace et la route

Alexandre Carrier entraîne les gardiens de but des... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Alexandre Carrier entraîne les gardiens de but des Cantonniers de Magog et des Saguenéens de Chicoutimi.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Entraîneur des gardiens de but chez les Cantonniers de Magog, Alexandre Carrier prend les bouchées doubles depuis deux ans, lui qui a accepté le même rôle avec les Saguenéens de Chicoutimi dans la LHJMQ. Chaque semaine, Carrier passe beaucoup de temps sur la glace et sur la route entre ces deux villes éloignées que sont Magog et Chicoutimi pour enseigner et superviser le travail de ses hommes aux lourdes jambières.

Si on se fie aux résultats que Carrier obtient avec ses gardiens, force est d'admettre que celui-ci est en voie de se bâtir une solide réputation à travers le Québec. À Chicoutimi, Carrier a aidé Julio Billia, actuellement blessé, à s'élever au rang des meilleurs gardiens de la LHJMQ la saison dernière. Toujours à Chicoutimi, peu d'observateurs évaluaient que Xavier Potvin pouvait être un gardien numéro un. Il prouve le contraire et toujours avec Alexandre Carrier derrière lui.

Chez les Cantonniers à Magog, il n'est certainement pas étranger au fait qu'Alex D'Orio, qu'il a eu deux ans sous ses ordres, ait été un choix de première ronde. Justin Blanchette était un pur inconnu quand il s'est amené à Magog la saison dernière et sa progression a fait en sorte qu'il a été réclamé en deuxième ronde par le Phoenix de Sherbrooke.

Pas vilain comme record en si peu de temps, surtout si on ajoute à ça la progression presque instantanée de Jacob Delorme et Rémi Poirier depuis le début de la campagne à Magog cette année.

Heureux

Le Sherbrookois de 30 ans est tout simplement heureux dans son rôle auprès des gardiens de but et il y a tout lieu de croire qu'il leur transmet sa passion. « J'aime ce que je fais. Comme mes gardiens de but, je n'ai pas le choix de chercher continuellement à m'améliorer pour les rendre meilleurs. Je ne m'ennuie pas », raconte-t-il.

En plus de se documenter à gauche et à droite, Carrier ne cache pas qu'il profite aussi de la présence à ses côtés de Félix Potvin qui a connu une belle et longue carrière dans la LNH. « Je ne suis pas pour le snober. Il me fait entièrement confiance et moi je n'hésite pas à lui demander son opinion. Il y a aussi des entraîneurs de gardiens de but qui m'ont marqué, et je ne rate jamais une chance d'échanger avec eux quand elle se présente. Je pense à des gars comme Stéphane Waite, François Allaire et Vincent Riendeau », mentionne Carrier qui ne se plaint pas de tous ses allers-retours entre Magog et Chicoutimi.

« Il suffit d'être bien planifié et d'avoir une structure de travail qui se tient. Les Cantonniers m'ont donné une première véritable chance. À Chicoutimi, c'est un honneur de travailler dans une organisation qui a vu passer tant de grands gardiens et qu'on me demande maintenant de perpétuer cette tradition. Un gars serait fou de laisser passer pareille occasion. »

Approche différente

L'approche de Carrier avec ses gardiens est différente selon qu'il soit à Chicoutimi ou Magog. « À Magog, j'ai un gardien de 15 ans et à Chicoutimi un de 20 ans. C'est certain qu'ils ne sont pas au même niveau. À la base les exercices diffèrent peu, sauf qu'avec les juniors je vais aller plus loin dans les petits détails. Je vais rendre la manoeuvre plus compliquée », fait valoir Carrier.

Le discours aussi diffère. « Chez les juniors, les grands discours sont moins fréquents. Ils ont l'expérience et on répète moins souvent. Je suis plus proche dans le midget. Je vais au-devant d'eux plus souvent, surtout quand ça va moins bien. »

En fin de semaine, Alexandre Carrier ne chômera pas avec deux joutes locales des Cantonniers samedi et dimanche, tandis que les Saguenéens s'arrêteront à Sherbrooke et Drummondville les deux mêmes journées. Mois de kilomètres au compteur, mais beaucoup de supervision et de notes à prendre en un très court laps de temps.

Un calendrier chargé comme Alexandre Carrier les aime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer