L'UdeS rentre à la maison

Jacques Petit, directeur général d'Excellence Sportive Sherbrooke (ESS),... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Jacques Petit, directeur général d'Excellence Sportive Sherbrooke (ESS), Alain Webster, vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales, Bruno Vachon, conseiller municipal et président d'ESS, etJean-Pierre Boucher, directeur général du Centre sportif de l'UdeS, se réjouissent du nouveau partenariat  entre l'Université de Sherbrooke et ESS. -

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'Université de Sherbrooke a décidé de rentrer à la maison.

Membre fondateur de l'organisme Excellence Sportive Sherbrooke (ESS) en 2004 en compagnie de la Ville de Sherbrooke, l'institution d'enseignement supérieur est de retour au bercail après l'avoir quitté, en décembre 2012, prétextant des contraintes financières.

Ce nouveau partenariat, conclu officiellement il y a quelques semaines, a été entériné publiquement vendredi en conférence de presse.

Acteur majeur à Sherbrooke sur la scène sportive grâce à ses équipes sportives de haut niveau, mais aussi grâce à ses infrastructures, l'Université de Sherbrooke se devait de rentrer au bercail, dit Bruno Vachon, conseil municipal et président d'ESS.

« J'en ai fait un mandat personnel, c'était un engagement de ramener l'Université de Sherbrooke dans notre giron. C'était tout à fait incohérent qu'elle soit absente de ce partenariat. Son départ a ouvert la porte à une réorganisation de la gouvernance chez ESS. Par la suite, on s'est arrangé pour que l'UdeS retrouve son siège. Il fallait toutefois le faire dans le respect des autres autres partenaires, qui ont tenu le fort pendant ce temps-là. »

L'aide globale de l'Université de Sherbrooke à ESS est chiffrée à quelque 80 000 $, répartie en une aide financière et un ensemble de biens et de services.

L'entente initiale entre ESS et l'Université de Sherbrooke, qui venait à échéance en mai 2013, prévoyait une aide financière et de services de 200 000 $.

« Les paramètres ont changé. Les contraintes budgétaires de l'époque nous ont forcés à voir la problématique dans son ensemble. Ce qu'on apprécie, de ce nouveau partenariat, c'est qu'on utilisera désormais davantage nos forces vives grâce à ESS, par l'entremise de notre mission qui est la recherche et le développement dans le domaine des sciences et de l'activité physique. Notre maillage deviendra ainsi plus étroit », a de son côté précisé le vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales, Alain Webster.

« Nous sommes à établir un véritable laboratoire vivant. Il est certain que nos équipes Vert & Or, et celles supportées par ESS, deviennent un matériau de recherche très intéressant pour nos chercheurs, nos futurs professeurs, pour le financement de nos stagiaires. C'est une formation enrichie qui sera très utile », a mentionné Isabelle J. Dionne, doyenne de la Faculté des sciences de l'activité physique.

« La force d'ESS c'est d'être l'épicentre de la concertation du milieu sportif sherbrookois. Et dans l'équation, ça prenait l'UdeS. Maintenant, tous les partenaires sans exception sont là. On a 125 partenaires qui donnent des services gratuits à nos athlètes et le retour de l'UdeS est l'ajout d'un huitième partenaire financier. Le message est que toute la communauté est présente. On a les mêmes visions, les mêmes orientations. Il n'y a plus un milieu qui peut se permettre de ne pas concerter ses ressources s'il veut être compétitif avec l'externe », a dit Jacques Petit, directeur général d'ESS.

Le soutien aux athlètes et aux entraîneurs, l'accompagnement et la gestion de dossiers de candidatures pour l'obtention d'événements majeurs et la promotion des saines habitudes de vie et de la pratique de l'activité physique sont au coeur de la mission d'ESS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer