Place aux Jeux de Sherbrooke!

Les élèves de sixième année de l'école primaire... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Les élèves de sixième année de l'école primaire les Aventuriers, à Saint-Élie, Charlie Mercier, Alexandra Dupuis-Côté, Louis-David Ouellet et Zachary Blais ont tous hâte à la première édition des Jeux de Sherbrooke pour s'adonner à une multitude de sports.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Découvrir de nouveaux sports, faire de l'activité physique, bouger et s'amuser. Le fonds du legs des Jeux d'été du Canada - Sherbrooke 2013 n'est pas destiné qu'aux athlètes d'élite.

Quatrième créneau de soutien au développement sportif sur le territoire sherbrookois identifié comme balises du fonds du legs des Jeux du Canada, les Jeux de Sherbrooke miseront d'abord et avant tout sur le côté ludique du sport, et non sur son volet compétitif.

Cet événement sportif se déroulera les 3 et 4 mai 2017 au profit des quelque 1500 élèves de sixième année de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS).

Au menu? Se familiariser avec plus d'une trentaine de disciplines sportives différentes.

Ultimate frisbee, escrime, kinball, nage synchronisée, tir à l'arc, pêche à la mouche ou cheerleading, les choix ne manqueront pas!

Cette activité a été mise sur pied grâce à un budget de 50 000 $.

Rappelons que la présentation des Jeux du Canada en 2013 a permis de dégager un surplus de 2,2 millions de dollars, qui est désormais administré par le comité du fonds du legs des Jeux d'été du Canada.

« Réinvestir dans la communauté pour soutenir le développement sportif à Sherbrooke est une priorité; initier les jeunes à la découverte du sport, ça fait aussi partie du mandat », a dit le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny lors du dévoilement des grandes lignes de l'événement, jeudi après-midi dans le gymnase de l'école primaire les Aventuriers, à Saint-Élie.

« On avait carte blanche, c'est un projet très intéressant que l'on veut faire vivre à nos jeunes. Ainsi, l'héritage des Jeux du Canada et ses surplus vont fructifier de génération en génération. On a voulu mettre sur pied un événement qui sortait des sentiers battus », a indiqué le président du comité du legs, le conseiller municipal Bruno Vachon.

« On a quatre programmes au sein du legs, et les Jeux de Sherbrooke sont le quatrième, après le programme de soutien en prévision des Jeux du Québec, le programme Impulsion en prévision des Jeux du Canada et le programme Sherbrooke International en prévision des Grands Jeux. Là, c'est plus ludique, plus participatif que les trois autres volets, tout en mettant en valeur nos organismes sportifs. »

Les Jeux de Sherbrooke se dérouleront sur deux jours, sur cinq sites différents, soit l'Université de Sherbrooke, le Centre multisport Roland-Dussault et l'aréna Eugène-Lalonde, le Cégep de Sherbrooke, le Centre de foires et l'Université Bishop's.

« On a rencontré les responsables des 31 organismes sportifs reconnus qui seront mis à contribution; on ne savait pas comment articuler l'activité; comme des Jeux olympiques, ou faire un mois de l'activité physique? Tout ça, ça se faisait déjà. Dans le fond, ce qu'on voulait, c'est une grande fête du sport à Sherbrooke », a indiqué le président du comité sport, loisir de la Ville de Sherbrooke, Vincent Boutin.

Une fête du sport à laquelle les enfants ont hâte de participer et surtout, d'essayer plein de nouveaux sports.

C'est le cas de Zachary Blais élève de sixième année à l'Aventurier. « J'adore le sport, j'en fais régulièrement. Je fais du hockey, je joue dans une ligue, en plus de faire de la chasse, de la pêche, je joue au basket. Je trouve que c'est une bonne occasion pour les jeunes qui n'ont pas des parents très sportifs, de pratiquer des sports qu'ils ne connaissent pas. J'ai hâte », a dit le convaincant jeune homme qui veut aller en santé globale à l'école du Triolet l'an prochain.

« C'est une bonne idée, ces Jeux-là, c'est intéressant, ça va être vraiment le fun pour les jeunes » J'ai hâte d'essayer la crosse et l'escrime », a dit Louis-David Ouellet.

Pour Charlie Mercier, c'est plutôt la découverte du cheerleading qui l'allume.

La logistique de cette première édition se mettra en branle au retour de la période des Fêtes, par l'entremise des éducateurs physiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer