Stéphane Rivard optimiste pous les Vulkins

Les Vulkins devraient donner du fil à retordre... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les Vulkins devraient donner du fil à retordre à leurs rivaux l'an prochain, eux qui pourront compter sur des joueurs aguerris en 2017.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Le nouvel entraîneur-chef des Vulkins de Victoriaville, Stéphane Rivard, entrevoit l'avenir de la formation avec optimisme. Il est rare, au cours des dernières années, que la formation ait été en mesure de retenir autant de vétérans.

Le nouvel entraîneur-chef des Vulkins de Victoriaville, Stéphane... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Le nouvel entraîneur-chef des Vulkins de Victoriaville, Stéphane Rivard, entrevoit l'avenir de la formation avec optimisme. Il est rare, au cours des dernières années, que la formation ait été en mesure de retenir autant de vétérans.

Archives, La Tribune

« Nous avons vu de quoi avait l'air la division, nous avons remarqué que nous avons été en mesure de rivaliser à chacun de nos matchs et nous devrions être encore meilleurs l'an prochain », affirme-t-il.

39 éléments de l'édition 2016 des Mauves seront de retour l'automne prochain. En fait, seulement cinq joueurs ont annoncé leur départ. Ce noyau d'athlète devrait également être à peu près le même en 2018, laissant entrevoir deux occasions de championnat pour les Victoriavillois.

« Nous avons mis beaucoup d'efforts sur le recrutement depuis deux ans et ça porte fruit. Nos joueurs viennent et aiment jouer avec nous, alors ils restent ici », dit-il.

Au groupe de joueurs en place pourraient s'ajouter d'excellents éléments provenant des rangs juvénile et midget. Les Vulkins seraient en discussion avec de bons athlètes issus des programmes des Vicas de Victoriaville et du Polypus de Sorel.

« Ces deux équipes ont connu beaucoup de succès et il y a du talent qui vient de là comme j'en ai rarement vu. Ça augure bien », ajoute Rivard.

La vieille garde

Stéphane Rivard n'a pas tenu à revenir sur les événements qui ont mené au congédiement de l'entraîneur précédent, Alain Tourigny. Il préfère regarder devant que de ressasser les histoires du passé.

L'instructeur refuse d'ailleurs de faire allusion à la « vieille garde » lorsqu'il est question de l'ancien entraîneur et des membres du conseil d'administration qui ont annoncé leur départ à la suite de son renvoi.

« Je ne vois pas ça comme ça. Il n'y a pas de vieille ou de nouvelle garde, ça adonne comme ça. Il y a un groupe d'entraîneurs qui s'entend super bien et qui a une vision commune pour l'avenir de l'équipe. Cela dit, j'ai beaucoup de respect pour ce qui a été fait avant », résume-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer