La police de la faune sera plus visible

Le ministère des Forêts, de la Faune et... (Le Nouvelliste, François Gervais)

Agrandir

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a diffusé en direct sur sa page Facebook la conférence de presse au cours de laquelle le commandant Gérald Desharnais a fait rapport des résultats obtenus lors d'une frappe ayant neutralisé deux groupes de braconniers qui étaient actifs en Mauricie.

Le Nouvelliste, François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Même si la saison de chasse à l'orignal est terminée depuis un mois en Estrie, le système informatisé archaïque utilisé pour l'enregistrement du gros gibier nous condamne à attendre, avant de pouvoir jeter un oeil sur la récolte de cette année.

On espère des améliorations d'une année à l'autre, mais celles-ci tardent à venir. Les statistiques de chasse au chevreuil nous parviendront avec la même lenteur.

Fort heureusement, tout n'est pas d'une autre époque au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) qui utilise maintenant les médias sociaux afin de donner plus de visibilité au travail de ses agents.

Le Ministère a présenté en direct sur sa page Facebook la conférence de presse au cours de laquelle le commandant Gérald Desharnais a dévoilé mercredi matin les détails de l'Opération Crépuscule, une frappe au cours de laquelle pas moins de 170 agents se sont déployés simultanément pour mener une série de perquisitions qui visait à neutraliser deux réseaux de braconniers de la Mauricie.

Ces deux groupes, qui opéraient distinctement, s'adonnaient à la vente illégale de la chair d'orignal, de chevreuil et de doré. Une soixantaine de personnes ont été ciblés et des amendes pouvant s'élever à 700 000 $ leur pendent au bout du nez, a expliqué M. Desharnais, directeur des bureaux de protection de la faune de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de Lanaudière.

Un couple qui se livrait à une pêche lucrative et intensive aurait vendu pas moins de 1200 livres de filets de doré, pêché principalement au réservoir Gouin. Considérant qu'il faut en moyenne trois dorés pour fournir un livre de filet, c'est dire que les deux personnes soupçonnées auraient capturé et vendu plus de 3500 dorés.

Trois mille cinq cents dorés à deux pêcheurs! Ça vaut la peine de l'écrire autrement pour insister sur l'odieux de la chose.

Une pêche évidemment excessive et abusive d'une espèce faisant l'objet d'un contrôle plus serré depuis la mise en application du plan de gestion 2011-2016. Les pêcheurs ne peuvent avoir plus de six dorés en leur possession. De plus, des limites de taille sont imposées afin de protéger les géniteurs représentant les plus belles captures. Ces limites de taille varient d'un secteur à l'autre, mais presque toutes les régions du Québec sont touchées.

La conférence de presse ainsi que certaines photos prises au cours de l'Opération Crépuscule sont encore disponibles sur la page du MFFP. N'hésitez pas à les propager, à partager cette chronique ou encore à poser d'autres gestes pour exprimer votre colère contre de tels agissements.

C'est de nature à faire grimper l'intolérance contre ces pratiques. Certains n'ont tellement pas de pudeur qu'ils osent se vanter d'avoir un « sideline payant »

Ne vous attendez toutefois pas à y voir parader les personnes soupçonnées. Contrairement à des accusations criminelles, pour lesquelles l'identité d'un accusé peut être dévoilée dès que les accusations sont déposées, ce n'est pas le cas pour les infractions jugées au Code pénal. Il faut attendre le verdict de culpabilité avant d'exposer les délinquants sur la place publique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer