• La Tribune > 
  • Sports 
  • > La structure intégrée de Hockey Québec, ça marche ! 

La structure intégrée de Hockey Québec, ça marche !

Il suffisait d'assister aux rencontres du dernier Tournoi... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Il suffisait d'assister aux rencontres du dernier Tournoi international bantam de Sherbrooke pour prendre conscience que le hockey mineur avance dans la bonne direction.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) COMMENTAIRE / Êtes-vous de ceux qui sont cinglants envers le travail qui se fait au Québec au niveau du développement de nos jeunes hockeyeurs ? Alors, je vous l'annonce en primeur : votre beau temps achève.

L'abondance de critiques est assez phénoménale. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu'elles soient toujours justifiées, loin de là. On prétend que le hockey au Québec prend du recul sur les autres provinces et d'autres pays. Et même si c'était vrai, faut-il se cacher la tête dans le sable pour autant ? L'important, c'est de s'ajuster. Certains font preuve de mauvaise foi en dénigrant tout ce qui sort des tiroirs de Hockey Québec sans donner la chance au coureur. J'ai des petites nouvelles pour ceux qui tombent à bras raccourcis sur Hockey Québec : vous allez bientôt déchanter.

Il suffisait d'assister aux rencontres du dernier Tournoi international bantam de Sherbrooke pour prendre conscience que le hockey mineur avance dans la bonne direction. Le talent ne cesse d'éclore partout au Québec. Préparez-vous à une invasion de hockeyeurs plus talentueux les uns que les autres dans les deux et trois prochaines années, tout d'abord dans la Ligue midget AAA du Québec et ensuite dans la LHJMQ. Le talent fourmille dans toutes les régions, ce qui me fait dire que la structure intégrée mise de l'avant par Hockey Québec il y a quelques années pour réunir sous le même toit et développer les meilleurs hockeyeurs y est pour quelque chose. À vrai dire, c'est la principale cause.

Compétence et permanence

Ces jeunes évoluent pour la plupart dans la Ligue Excellence du Québec (LEQ) et bénéficient pour la très grande majorité d'un programme sport-études avec des entraîneurs permanents compétents. Car il faut se le dire, un programme sur papier, c'est bien beau, mais ça prend les bons intervenants sur la glace pour les appliquer. Quand j'entends dire qu'on devrait imiter ce qui se fait en Finlande, par exemple, et pratiquer quatre ou cinq fois pour un match, sachez que c'est exactement ce qui se produit au Québec dans la LEQ. Le gazon n'est pas plus vert chez le voisin.

La structure intégrée mise de l'avant par Hockey Québec à travers les 15 régions administratives de la province a radicalement donné un nouvel élan au développement de ce sport chez nous. Pas nécessairement au même rythme partout, mais les résultats sont là et sont très encourageants. Le programme des Équipes Québec en est un autre qui favorise le développement de notre élite.

En parallèle, le réseau scolaire se développe aussi. Cette année, le nombre de joueurs provenant du RSEQ et de la LHPS est passé de 11 à 22 dans la Ligue midget AAA du Québec. Il doit donc se faire du bon boulot de ce côté-là également.

Si on reste en Estrie, les partisans des Cantonniers seront heureux d'apprendre que parmi les joueurs de 12 à 14 les plus prometteurs au Québec, plusieurs logent dans notre région. Ce qui me fait dire que le meilleur est à venir pour les Cantonniers de Félix Potvin.

Je n'essaie pas de vous convaincre ou de vous tordre les bras pour me croire sur parole. Les prochaines années me donneront raison. Entre-temps, si le coeur vous en dit, promenez-vous dans les arénas et allez voir des joutes de la LEQ, pee-wee ou bantam, et même midget espoir. Attendez-vous à un choc. La relève brille de tous ses feux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer