La patience est la mère de toutes les vertus

Chose certaine, il faudra oublier la candidature de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Chose certaine, il faudra oublier la candidature de Jean-François Joncas.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Vous connaissez certainement le proverbe français suivant : « La patience est la mère de toutes les vertus ». Voilà une phrase qui sera certainement appliquée à la lettre par l'Université Bishop's et l'Université de Sherbrooke dans leur quête respective d'un nouvel entraîneur-chef.

Chérif Nicolas, l'ancien entraîneur-chef des Spartiates du Vieux-Montréal,... (IMACOM: Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Chérif Nicolas, l'ancien entraîneur-chef des Spartiates du Vieux-Montréal, a manifesté son intérêt pour le poste d'entraineur-chef des Gaiters de Bishop's.

IMACOM: Maxime Picard

C'est drôle comment les choses peuvent changer rapidement dans le petit monde du football universitaire québécois.

Dans l'édition du 5 novembre dernier de La Tribune, je vous relatais justement par le truchement de cette chronique que, puisque les équipes de football du Vert & Or et des Gaiters ne participeraient pas aux séries éliminatoires toutes les deux, pour la première fois depuis 2009, l'heure des grands changements était arrivée.

Prophète de malheur ou visionnaire, voilà qu'une dizaine de jours plus tard, les deux programmes de football sont à la recherche d'un entraîneur-chef pour diriger leur équipe.

Vraiment, le football universitaire à Sherbrooke s'est déjà mieux porté, avouez-le.

Si les deux programmes cherchent la même chose, ils sont loin d'offrir les mêmes conditions.

La date limite pour la recherche des Gaiters a été fixée au 18 novembre, alors que celle du Vert & Or est pour le 27 novembre, à 16 h.

Mais dans un cas comme dans l'autre, la patience doit être de mise, afin qu'on déniche le bon candidat.

Je sais, cela a, et aura, un impact pour le recrutement 2017. C'est le prix à payer pour ces deux programmes. D'où l'importance de faire le bon choix.

Voyons maintenant les options pour chacun des programmes

À Bishop's, je n'ai pas entendu beaucoup de noms. Comme beaucoup de choses, le processus est entouré d'un certain secret - procédure normale - donc bien peu de noms ont émergé.

Chérif Nicolas, l'ancien entraîneur-chef des Spartiates du Vieux-Montréal a effectivement donné son nom. Je sais que le coordonnateur Brent Bailey n'est pas intéressé au boulot. Quant à Marc Loranger, coordonnateur défensif, qui représentait Bishop's lors du vote pour les honneurs individuels RSEQ, il ne semble pas avoir démontré son intérêt.

On m'a glissé le nom de Dave Parent, ces jours-ci. L'ancien de Bishop's est entraîneur-chef avec le Titan de Limoilou, un programme qui a connu une belle progression depuis son entrée au football division 2 du RSEQ en 2009, et qui a gradué en division 1 en 2015.

J'aurais pensé à Pat Gregory, qui a fait tout un travail avec les Islanders de John-Abbott en division 2, mais je n'ai pas eu de nouvelles de ce côté.

Ne mettez pas de côté le nom d'André Bolduc. L'actuel assistant du coordonnateur des unités spéciales des Alouettes de Montréal Khavis Reed répond à tous les critères exigés par Bishop's.

Dans son cas par contre, il faudra attendre de voir ce qui se passe chez les Alouettes. On ne sait toujours pas qui va remplacer Jim Popp comme directeur général...

Si Loranger et Bailey ne postulent pas, le nouvel entraîneur-chef devra donc composer avec deux adjoints qu'il n'aura pas choisis. Voilà un élément un peu spécial.

Les particularités de Sherbrooke

Sherbrooke aussi à un poste à combler. Par contre, de ce côté, c'est plus difficile d'obtenir de l'information.

Les particularités du poste pèsent aussi dans la balance du candidat recherché et rétrécissent davantage le spectre des candidats intéressants.

On me dit que l'actuel instructeur de la ligne défensive Mathieu Lecomte aurait un réel intérêt à tenter sa chance. Ancien joueur du Vert & Or, il a aussi occupé un poste d'entraîneur de position avec les Cougars du Collège Champlain, en plus d'être président du Club des anciens du Vert & Or.

C'est lui qui a représenté le Vert & Or lors des finales du Bol d'or, récemment.

Le nom d'Alex Surprenant, actuel entraîneur-chef des Géants de Saint-Jean (division 1) est aussi à considérer. Le jeune homme a fait des Géants une référence avec deux Bols d'Or consécutifs en division 2 (2015 et 2014), en plus d'une finale en 2013. Sa formation est maintenant en division 1.

On me dit par contre qu'il est bien en selle à Saint-Jean.

Le Vert & Or pourrait aussi être tenté d'attendre que la situation chez les Alouettes se clarifie; si les rumeurs voulant que Dany Maciocia soit nommé DG de l'équipe, il est possible qu'il se tourne vers quelqu'un d'autre que Jacques Chapdelaine comme instructeur-chef.

Ce qui rendrait ce dernier disponible. Ou bien encore André Bolduc!

Mais bon, c'est là un scénario plus qu'hypothétique, Bolduc ayant déjà occupé le poste à Sherbrooke. Et comme on le dit, c'est rare qu'on mange à la même assiette deux fois!

Chose certaine, il faudra oublier la candidature de Jean-François Joncas; ce dernier m'a confirmé jeudi soir qu'il restait à Champlain, et que son objectif est de ramener le Bol d'or à Lennoxville en 2017.

Quant à son bon ami Marc-André Dion, qui vient justement de remporter le Bol d'or en division 1 du foot collégial avec le campus Notre-Dame-de-Foy, il a confirmé à mon collègue Richard Boutin de Québec qu'il comptait bien rester dans la Vieille Capitale.

Ce qui rend la situation à Sherbrooke encore plus particulière, c'est le fait que l'offre d'emploi actuelle est faite au nom de la Corporation études-sport du Vert & Or, et non de l'Université de Sherbrooke elle-même.

C'était le cas pour David Lessard, aussi. Mais ça signifie que les avantages financiers ne sont pas les mêmes, la sécurité d'emploi non plus. C'est donc moins intéressant.

Et comme l'a mentionné le vice-recteur au développement durable Alain Webster à la suite de l'annonce du non-renouvellement du contrat de David Lessard, et à qui on a confié le sport d'excellence, « on n'est pas là pour financer une équipe semi-professionnelle ».

C'est donc dire que le budget attitré à l'équipe ne sera fort probablement pas bonifié.

Que ce soit à Bishop's ou à Sherbrooke, les prochains jours risquent d'être très intéressants à suivre.

De leurs décisions respectives découlera l'importance accordée au sport d'excellence.

L'avenir, ensuite, nous dire si c'était la bonne voie à suivre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer