• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Inspirante Josée Bélanger: «Le sport est une école de vie» 

Inspirante Josée Bélanger: «Le sport est une école de vie»

Josée Bélanger, entourée ici du président du Fonds... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Josée Bélanger, entourée ici du président du Fonds du sport et du loisir sherbrookois Éric Bergeron, de la fille de ce dernier, Marie-Ève, ainsi que du conseiller municipal Vincent Boutin, s'est adressée aux 250 convives présents au coquetel du Fonds du sport et du loisir sherbrookois afin de partager ses bonnes et moins bonnes expériences et d'encourager les gens à persévérer malgré les embûches.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Si l'olympienne Josée Bélanger s'était arrêtée à la première embûche qu'elle a vécue, la joueuse de soccer de Coaticook aurait pu mettre une croix sur la carrière qu'elle connait actuellement. Invitée par le Fonds du sport et du loisir sherbrookois, qui tenait son coquetel annuel jeudi soir au Théâtre Granada, Josée Bélanger a profité de l'occasion pour lancer un message inspirant.

« Dans le contexte de la soirée, je tenais à rappeler aux gens à quel point il est important pour un jeune d'être actif. Le Fonds aide les familles dans le besoin et permet aux enfants de pratiquer leur sport favori. Le sport est une école de vie. Les jeunes y développent la persévérance, la discipline et je le répète souvent, peu importe d'où nous venons, il est important de croire en nous et de travailler fort pour atteindre notre but », a lancé la membre de l'équipe nationale.

Les freins ont été nombreux dans la carrière de Josée Bélanger.

« Ce dont je souhaite que les gens se souviennent de sa conférence, c'est que Josée est passée à travers de nombreuses difficultés, indique le président du Fonds, Éric Bergeron. Elle est partie de Coaticook quand elle était jeune afin d'étudier et jouer au soccer à Sherbrooke. Elle a été ralentie par de nombreuses blessures et elle a fait face à la barrière de la langue lorsqu'elle a intégré les équipes nationales. Elle s'est toujours amusée en pratiquant son sport et on sait jusqu'où elle s'est rendue. »

« Le plus gros obstacle a probablement été ma blessure à la jambe subie en 2011. Je suis restée sur la touche pendant sept mois. Ce genre de blessures n'affecte pas seulement la forme physique, mais aussi le mental. Voilà pourquoi il est important pour un athlète d'être entouré de bonnes personnes qui offrent un encadrement psychologique, et ce, même à bas âge. »

«Nous sommes fiers d'aider les jeunes à pratiquer un sport plutôt que de les voir trainer dans les rues.»


Le Fonds du sport et du loisir sherbrookois a distribué pas moins de 45 000 $ cette année aux familles afin de payer les différents frais d'inscription. Près de 350 familles bénéficient chaque année de l'aide du Fonds.

« Nous en sommes à la 19e édition du coquetel et nous sommes fiers d'aider les jeunes à pratiquer un sport plutôt que de les voir trainer dans les rues. Quand c'est rendu qu'il y a des familles qui doivent choisir entre une nouvelle paire de jeans pour leur enfant ou une inscription au soccer, ce n'est pas normal. Dans leur cas, la question financière est une embûche et nous sommes contents d'accueillir Josée Bélanger, puisqu'elle représente un beau modèle de persévérance pour ces jeunes », a noté Éric Bergeron, fier des quelque 15 000 $ remis lors du coquetel.

La vie après les Jeux olympiques

Après avoir obtenu la médaille de bronze avec l'équipe féminine de soccer aux JO de Rio, Josée Bélanger a rapidement rejoint sa formation du Pride d'Orlando de la Major League Soccer.

« Avec le grand sentiment patriotique des Américains, c'était comme si j'étais revenue à Orlando avec une simple médaille de participation, lance-t-elle en riant. Ma bulle a explosé assez rapidement. »

À son retour au Québec, elle a enfin pu célébrer la conquête du bronze.

« Je suis tout de même pas mal occupée en étant invitée par plusieurs groupes, comme le Fonds du sport. Ça me permet de prendre une légère pause d'entraînement et de mettre de côté le stress de la compétition », a expliqué l'olympienne.

Notons que Josée Bélanger renouera avec l'action en rejoignant l'équipe nationale au milieu du mois de janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer