MacDonald peu utilisé devant les recruteurs

Rejoint à Sault-Sainte-Marie en Ontario après une victoire... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Rejoint à Sault-Sainte-Marie en Ontario après une victoire de 4 à 1 contre l'équipe Canada Noir, Anderson Macdonald ne filait pas le parfait bonheur.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Rejoint à Sault-Sainte-Marie en Ontario après une victoire de 4 à 1 contre l'équipe Canada Noir, Anderson Macdonald ne filait pas le parfait bonheur. Sa présence au sein de la formation Canada Blanc au Défi mondial des moins de 17 ans ne le réjouissait pas autant qu'à son départ de Sherbrooke la semaine dernière.

Peu utilisé par l'entraîneur Brent Kisio, MacDonald aurait espéré jouer un rôle différent au sein de l'équipe. Surtout après le début de saison qu'il connaît avec le Phoenix de Sherbrooke, durant lequel il a compté neuf buts en dix parties en plus d'avoir obtenu deux mentions d'aide.

« Je ne joue presque pas, admet l'attaquant des Oiseaux. On a disputé une partie préparatoire contre la Russie et une vraie rencontre contre Canada Noir, mais je ne me suis pas retrouvé souvent sur la glace. Je tente de rester positif et concentré malgré tout. Je serai prêt si l'entraîneur décide de m'utiliser davantage. »

La recrue avoue toutefois avoir une grande fierté de pouvoir revêtir l'uniforme de son pays.

« J'aime représenter le Canada. Je vais tout donner et en jouant bien, je forcerai peut-être l'équipe à m'envoyer sur le jeu plus régulièrement. Je sais que j'évolue avec les meilleurs joueurs de moins de 17 ans de la planète, mais j'aurais tout de même souhaité un meilleur sort. J'espère maintenant que ma formation puisse connaître du succès et j'aimerais y contribuer. Je suis d'ailleurs persuadé qu'il est possible de gagner ce tournoi », explique-t-il.

Jusqu'au 5 novembre, Anderson MacDonald tentera de profiter du championnat au maximum afin de revenir à Sherbrooke avec un bagage d'expérience plus rempli.

« Il y a beaucoup de recruteurs ici, mais je ne pense pas du tout à ça même si ce tournoi est important dans l'évaluation des différents joueurs admissibles au repêchage l'an prochain. Les entraînements sont un peu différents ici et le système de jeu aussi. Ça me permet d'acquérir de nouvelles connaissances et j'aime tout de même mon expérience, je ne veux pas me plaindre », résume MacDonald, qui se préparait à affronter les États-Unis lundi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer