Le Marathon de Magog garde le pas

Cinq ans après sa création, le Marathon de... (La Tribune archives, René Marquis)

Agrandir

Cinq ans après sa création, le Marathon de Magog s'apprête à recevoir quelque 2000 coureurs et coureuses dimanche prochain.

La Tribune archives, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) En 2012 lorsque Patrick Mahony a lancé le Marathon de Magog, les sceptiques étaient nombreux à prédire que l'événement s'essoufflerait rapidement en raison de sa date de déroulement tardive en octobre. Cinq ans plus tard, l'événement magogois est toujours là et s'apprête à recevoir quelque 2000 coureurs et coureuses dimanche prochain.

Patrick Mahony... - image 1.0

Agrandir

Patrick Mahony

Certes, le nombre de coureurs qui se pointent à Magog pour le Marathon a diminué, mais Patrick Mahony est loin de s'en inquiéter.

« En 2015, il y a eu une baisse d'achalandage d'environ 10 pour cent dans la plupart des courses à pied au Québec. La tendance est encore à la baisse en 2016. Seulement dimanche prochain, il y aura huit courses à pied à travers le Québec. Il y a cinq ans, j'étais à peu près seul le dernier dimanche d'octobre. Pas question de changer de date pour attirer une plus grosse clientèle. Le Marathon de Magog a un cachet particulier avec son parcours unique et c'est de cette façon qu'on veut se démarquer », fait valoir Mahony.

Un parcours piégé

À la blague, on entend parfois que le parcours de 42,2 km du Marathon de Magog ne s'adresse pas aux coureurs du canal de Lachine.

« Il y a deux façons de voir ça, enchaîne Patrick Mahony. C'est impossible de s'endormir sur le parcours. Les bons coureurs sont constamment allumés par les côtes, à monter et à descendre, et le paysage. Par contre, c'est certain que le marathonien qui vise un temps à Magog risque d'avoir une désagréable surprise. Les pièges sont nombreux. »

Pour le coureur moyen, celui qui ne fait pas partie de l'élite, le parcours de 42,2 km peut en faire baver plusieurs, surtout ceux qui ne prennent pas la précaution de bien étudier le trajet avec ses nombreux dénivelés. « Si vous me permettez l'expression, c'est un parcours qui pince, qui peut faire souffrir. Bizarrement, la souffrance est souvent plus mentale que physique. Je me fais raconter par les coureurs qu'ils trouvent difficile de repartir après avoir complété la première boucle de 21,1 km. Ils passent juste à côté du parc des Braves au centre-ville avec toute l'ambiance qu'on y retrouve et soudain leurs jambes deviennent plus lourdes. Mais ils repartent pour la deuxième et dernière portion du parcours et quand ils ont terminé, difficile de trouver des hommes et des femmes plus fiers d'avoir relevé leur défi », commente le directeur du Marathon.

Gardner le recordman

D'ailleurs, les temps réalisés au demi-marathon et au marathon au fil des années démontrent hors de tout doute que la réputation du parcours du Marathon de Magog n'est pas surfaite. Les chronos les plus rapides enregistrés jusqu'ici ont été de 1 h 17 min 3 s sur 21,1 km et 2 h 40 min 51 s sur 42,2 km. Fait intéressant, les deux marques appartiennent à Alister Gardner de la région de Bromont.

Celui-ci sera de retour dimanche prochain, mais Mahony ne pouvait encore confirmer s'il serait sur la ligne de départ du demi ou du marathon. Champion en 2014, Samer Slim, du Liban, sera sur place pour tenter de reconquérir son titre.

Mentionnons qu'il y aura aussi des courses sur 5 et 10 km. Le parcours de 5 km a été légèrement modifié et s'annonce un peu plus facile, question de ne pas décourager les nouveaux adeptes de la course à pied selon Mahony.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer