Week-end en deux temps pour les Tigres

Les amateurs de hockey victoriavillois ont eu droit à deux visages de leurs... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Les amateurs de hockey victoriavillois ont eu droit à deux visages de leurs Tigres ce week-end. Ces derniers ont remporté un gain sans équivoque de 5-2 face aux Wildcats de Moncton, samedi, avant de se faire varloper 7-3 par les Mooseheads d'Halifax, dimanche en fin de journée.

« La différence, c'est la préparation, on a pris Halifax à la légère. Peut-être est-ce qu'on était aussi un peu sur l'émotion du match de la veille? Toujours est-il que les Mooseheads en était à un quatrième matche en cinq soirs et qu'ils voulaient terminer leur voyage sur une bonne note. Ils la voulaient plus que nous », analyse l'entraîneur-chef Louis Robitaille.

Le pointage était 2-1 pour les visiteurs en début de deuxième période lorsque Nico Hishler a déjoué James Povall lors des premiers instants de la période. Ce but a jeté une douche froide sur les Félins qui ont baissé les bras et accordé quatre autres filets au cours de l'engagement.

« Je m'attends à ce que tout le monde continue de batailler même si on vient d'accorder un but. J'ai senti que certains joueurs ont baissé les bras ou tenté de tout faire tout seul. On avait une belle recette samedi et il y en a qui ont décidé d'ajouter des ingrédients inutiles dimanche », ajoute l'homme de hockey.

Le KO à Laberge

Il faut aussi dire que les Victoriavillois devaient se débrouiller sans l'attaquant Pascal Laberge, victime d'une mise en échec sournoise de Zachary Malesta en début de rencontre samedi. Le joueur des Wildcats a immédiatement été chassé de la rencontre et suspendu indéfiniment le temps que la LHJMQ statue dans son cas.

Laberge a subi une commotion cérébrale sur la séquence et Robitaille estime que le geste du récidiviste était volontaire. « Au début, j'ai minimisé l'impact, mais je me suis rendu compte en visionnant la séquence qu'il a attendu que Laberge soit dans son angle mort pour le frapper. Dans les années 1990 c'était permis, mais plus maintenant », suggère-t-il.

La séquence a mis en furie l'agent de Laberge, Allan Walsh. Ce dernier demande au département de sécurité des joueurs de faire preuve d'une grande sévérité envers Malesta.

« Le coup à la tête de Malesta envers Laberge me rend malade et est révoltant. Il n'y a pas de place pour ce genre de geste dans ce jeu. Est-ce qu'on va poursuivre ce non-sens jusqu'à ce que quelqu'un meurt sur la patinoire? » demande-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer