• La Tribune > 
  • Sports 
  • > La Ligue de hockey benjamine du RSEQ doublera ses effectifs 

La Ligue de hockey benjamine du RSEQ doublera ses effectifs

Les activités de la Ligue de hockey benjamine... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Les activités de la Ligue de hockey benjamine D3 se sont amorcées cette semaine. Les Barons du Séminaire de Sherbrooke ont disputé le premier match dans l'histoire de leur programme de hockey, contre les Marquis du Mont-Sainte-Anne.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Vous n'êtes pas obligés d'être collés sur l'actualité pour constater que le hockey scolaire a le vent dans les voiles depuis quelques années. Si les effectifs et le nombre de programmes hockey ne cessent de grandir au sein de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), c'est aussi le cas au Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), où les inscriptions ont augmenté de façon importante pendant la même période.

C'est le cas pour la Ligue de hockey benjamine du RSEQ Cantons-de-l'Est, qui a vu ses effectifs doubler à l'aube de cette saison 2016-17.

En effet, trois nouvelles équipes sont venues grossir les rangs de cette ligue qui en compte désormais sept.

« Et il est très logique de croire que nous pourrions atteindre les 10 équipes dans un avenir rapproché, car plusieurs institutions scolaires sont intéressées », a indiqué le commissaire de la ligue pour le RSEQ, Mathieu Rompré.

Ainsi, le Séminaire de Sherbrooke, l'école secondaire La Ruche et l'école secondaire anglophone Alexander-Galt sont les petits nouveaux cette année, qui se greffent au Tandem/Le Boisé (Victoriaville), le Collège Clarétain (Victoriaville), de même que le Mont-Sainte-Anne et l'école secondaire le Triolet, à Sherbrooke.

« Le Séminaire Salésien est passé près de joindre les rangs de la ligue pour cette année. Et la Frontalière, à Coaticook, de même que La Samarre à Plessisville, avait des programmes autrefois. Nous sommes aussi en pourparlers avec le Stanstead College. Il y a certains détails d'ordre scolaire à régler avec eux, mais ils sont intéressés. »

« Ce que ça démontre, c'est que le hockey scolaire est en nette progression. Lorsqu'on était plus jeune, le portrait était différent, c'était le hockey civil et rien d'autre. Maintenant, l'offre de services est plus importante. On le constate, les jeunes et les parents sont intéressés par le hockey scolaire, notamment grâce à l'horaire. On a une courte saison de 18 matchs, et les activités de hockey sont concentrées du lundi au jeudi. Tout est intégré dans l'horaire scolaire, ce qui laisse les soirs et les week-ends libres », a précisé M. Rompré.

« Et il faut ajouter à cela le fait que les jeunes veulent jouer pour leur école secondaire ; le sentiment d'appartenance à son école, qui est déjà très fort dans la majorité des autres disciplines sportives, s'étend maintenant au hockey. »

Certes, le calibre de jeu n'est pas le même que celui que l'on retrouve dans le civil. Ou même dans la LHPS.

La Ligue benjamine du RSEQ est de catégorie D3 et elle est sans placage.

À un certain moment, ce facteur ne devient plus un critère prioritaire pour les enfants et les parents, dit M. Rompré.

La montée en flèche de la popularité du hockey scolaire, et les visions de développement différentes qui peuvent opposer le hockey scolaire au hockey civil doivent forcer les différents intervenants à s'asseoir à une même table afin d'en arriver à un consensus, pour le bien des jeunes.

« Le hockey scolaire est là pour rester. Il faut maintenant travailler à le développer en collaboration avec tout le monde, et à faire connaître les différentes offres de service. Nous sommes les partenaires officiels de Hockey Québec pour le développement du hockey scolaire. Bien souvent, il faut éclaircir tout ça pour les parents. On parle d'un possible partenariat avec la LHPS, on va continuer à suivre la situation de près. »

Mises en échec dans le RSEQ: aucune école touchée dans les Cantons

Il n'y aura toujours pas de mises en échec dans la division 2 du circuit scolaire du RSEQ des Cantons-de-l'Est malgré la nouvelle entente avec Hockey Québec. Du moins, pas pour l'instant.

Lors de la prochaine année, aucune école de la région ne sera touchée par les changements apportés dans le cadre d'un projet pilote, qui consiste à assouplir les règles et permettre la mise en échec restrictive dans la division 2. Le contact sera donc toujours interdit, ce qui n'est pas le cas de la division 1 comme au Triolet et à La Ruche.

Le projet pilote touche uniquement les régions de la Montérégie, de Montréal, de Québec et de l'Est-du-Québec, là où sera créée une ligue division 2 avec contact restrictif.

«Aucune école des Cantons-de-l'Est ne s'est manifestée jusqu'à maintenant puisque la nouvelle vient tout juste d'être annoncée, mais s'il y a de l'intérêt, les changements pourraient être appliqués après la première saison du projet pilote», mentionne le directeur général Olivier Audet.

En modifiant ses règles, le RSEQ souhaite répondre à la demande de ses membres tout en attirant de nouvelles équipes provenant des différentes ligues parallèles dans le hockey scolaire comme la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS) et la Ligue de hockey interscolaire du Québec (LHIQ).

«C'est très positif puisqu'on assiste à une ouverture de Hockey Québec, qui avait interdit les mises en échec autrefois dans ce niveau. Maintenant, elle sera permise, mais il sera interdit entre autres d'effectuer un plaquage en plein centre de la patinoire. Ce que le RSEQ souhaite est de permettre aux élèves de jouer au hockey tout en étudiant à l'école de leur choix, ce qui n'est pas toujours le cas», explique M. Audet du RESQ Cantons-de-l'Est.

Ainsi, il serait peut-être possible de revoir les formations du Collège Saint-Bernard, du Collège Clarétain ou du Mont-Sainte-Anne intégrer le réseau de Hockey Québec.

«Dans la LHPS, on ne respecte pas les règles de sécurité de la fédération. Je comprends l'attachement des différentes écoles pour ce circuit, mais je suis confiant de voir certains collèges se tourner vers nous dans un futur rapproché. Ces collèges sont déjà membres chez nous, mais pas en ce qui concerne le hockey», ajoute Olivier Audet, qui estime qu'un jour, le réseau scolaire pourrait être aussi important dans le monde du hockey que dans le monde du football en ce qui concerne le développement des athlètes.

«Plusieurs croient que le succès du hockey au Québec passe par le réseau scolaire et je crois qu'il serait possible d'adopter le même principe qu'aux États-Unis et peut-être même de faire mieux!» résume le directeur général du RSEQ Cantons-de-l'Est.

Rappelons qu'un registre des blessures sera tenu dans cette nouvelle ligue scolaire division 2 par le spécialiste des commotions cérébrales Dave Ellemberg afin de bien évaluer la situation. Avec Jérôme Gaudreault

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer