L'amorce d'une tradition

Yves Fortin est le premier boucher de la... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Yves Fortin est le premier boucher de la région à avoir adhéré au programme Chasseurs généreux qui se déploie dans tout le Québec. M. Fortin a notamment reçu un don de viande d'orignal de la part du duo de chasseurs composé de Maurice Guay et Maurice Latulippe, venaison que la banque alimentaire Moisson-Estrie remettra à des familles ou à des individus bénéficiant de son service communautaire.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Malgré un départ est tardif et plutôt improvisé, la région est engagée dans le programme provincial Chasseurs généreux avec l'adhésion d'une première entreprise de dépeçage prête à assurer le relais des dons de venaison vers la clientèle de Moisson-Estrie.

La Boucherie René et Richard, de Sainte-Catherine-de-Hatley, a accepté ce rôle et sera d'ailleurs cet automne l'unique point de chute pour répondre aux critères de qualité et de salubrité afin d'étendre l'initiative lancée dans le Bas-Saint-Laurent à toute la province, sous la coordination des Banques alimentaires du Québec et avec la collaboration de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs.

Le copropriétaire de la boucherie, Yves Fortin, a notamment reçu mercredi la contribution symbolique de Maurice Guay et de Maurice Latulippe, qui ont remis quelques paquets de viande de l'orignal qu'ils ont récolté à l'arbalète en Gaspésie.

« J'ai quatre enfants. Chacun d'eux est évidemment preneur pour sa propre famille. J'étais quand même tout à fait d'accord à appuyer l'oeuvre qui démarre dans la région », se réjouit M. Guay, le chasseur ayant fait mouche.

« De la viande sauvage, j'en ai toujours distribué à gauche et à droite. Ma part d'une trentaine de kilos de l'orignal représente bien plus que ce dont nous avons besoin, ma conjointe et moi. J'ai également l'espoir de récolter un chevreuil. Alors, aussi bien en offrir à la clientèle des banques alimentaires », souscrit également M. Latulippe.

Outre les orignaux rapportés des quatre coins du Québec, autour de 15 000 chevreuils sotn abattus chaque automne par les chasseurs de la région.

« Cette année, comme je suis seul, je serai heureux d'atteindre entre 200 et 250 kilos. Dans mon esprit, il faut en venir à ce que toutes les boucheries de la région participent, car l'effet du nombre peut faire une énorme différence. J'ai remis dans le passé au nom de chasseurs de la viande sauvage à des familles démunies, mais la coordination provinciale est nettement préférable aux initiatives personnelles pour viser la continuité et ancrer la tradition ».

« Le cadre négocié par les partenaires nationaux est descendu dans les régions juste avant le début de la chasse. Nous serons beaucoup mieux structurés l'an prochain », promet quant à elle la directrice générale de Moisson-Estrie, Geneviève Côté,

Seuls les paquets de viande portant le sceau de boucheries certifiées peuvent être acceptés par la banque alimentaire régionale.

Sur la liste des blessés

Le populaire animateur de l'émission télévisée Le Québec à vol d'oiseau, José Boily est sur le carreau. Il souffre de fractures à une jambe ainsi qu'au bassin.

« Une blessure de hockey. Comme dans mes films, j'ai l'intensité au jeu de celui qui veut la Coupe Stanley! Cette inactivité est contraignante, mais je prends déjà du mieux. Reste que ça va m'obliger à toute une gymnastique pour les tournages. La bonne nouvelle est que ça ne compromet pas le calendrier de diffusion des émissions de la prochaine saison », m'a-t-il confié.

Je suis persuadé que tous les chasseurs de l'Estrie se joignent à moi pour souhaiter à ce gentilhomme de l'écran un rétablissement aussi complet que le précieux Carey Price.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer