Le Vert & Or joue sa saison samedi

Le Vert & Or a une fiche de... (Archives, La Presse)

Agrandir

Le Vert & Or a une fiche de 3-1 contre les Stingers lors des trois dernières saisons.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) CHRONIQUE / On ne se racontera pas d'histoires jusqu'à la semaine prochaine : si l'équipe de football du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke veut participer aux séries éliminatoires dans quelques semaines, elle devra impérativement gagner son duel de samedi contre les Stingers de Concordia. Point à la ligne.

Le Vert & Or, à l'instar des cinq autres équipes du football universitaire québécois, émerge d'une semaine de congé.

Après ce repos bénéfique, les joueurs du Vert & Or (2-3) se retrouvent au quatrième rang du classement québécois, dernier échelon donnant accès aux séries éliminatoires.

Ils y sont à égalité avec les Redmen de McGill.

Un rang plus haut, on retrouve les Stingers de Concordia et leur fiche de 3-2. Plus haut au sommet, les Carabins de l'Université de Montréal (5-0) et le Rouge et Or de l'Université Laval (4-1) trônent, comme d'habitude.

Et en bas, les Gaiters de l'Université Bishop's ferment la marche avec une fiche de 1-4.

Deux équipes au sommet, trois regroupées au centre, et une en bas. Il n'y a pas à dire, le football universitaire québécois est serré, en 2016.

Revenons à nos moutons vert et or. Advenant une égalité au classement à l'issue des huit matchs du calendrier régulier entre Sherbrooke et McGill, c'est Sherbrooke qui aurait l'avantage du bris.

Les deux équipes se sont affrontées deux fois en saison et chacune d'elle a remporté un match. Mais au cumulatif des points, Sherbrooke a les devants 38-20. Voilà donc un dossier de réglé si, et seulement si, les deux équipes complètent 2016 à égalité.

Sherbrooke et Concordia ne s'affrontent qu'une fois cette saison; les Stingers ont déjà une longueur d'avance grâce à leur victoire en plus cumulée jusqu'ici.

Sherbrooke doit donc impérativement remporter son duel de samedi, 16 h au Stade de l'Université de Sherbrooke, pour espérer jouer en séries.

Car, pour le reste de la saison, Stingers et Vert & Or n'auront pas les mêmes adversaires, voyez-vous?

Concordia conclura avec des matchs contre McGill et Bishop's. Deux matchs que les hommes de Mickey Donovan doivent, et peuvent, très bien gagner.

Sherbrooke, par contre, a Montréal et Québec pour finir.

Historiquement, on s'entend, voilà deux matchs qui ne favorisent pas Sherbrooke. Même si les Verts ont chauffé Montréal il y a deux semaines, ils ont malgré tout perdu, en bout de piste.

Donc, si Sherbrooke gagne samedi, il complètera fort probablement sa saison avec une fiche de 3-5.

En conséquence, Concordia pourrait terminer avec une fiche de 5-3.

Au final, Montréal terminerait premier, suivi de Québec, de Concordia, de Sherbrooke à égalité avec McGill, et de Bishop's.

Le bris, favorisant Sherbrooke, permettrait au Vert & Or de se faufiler en séries.

Tout ce scénario est bien sûr hypothétique. Tout peut arriver, dans cette conférence québécoise, compte tenu de la parité.

Et avec des si, c'est connu, on va à Paris.

Je vous entends déjà dire : et alors? Si le Vert & Or fait les séries, à quoi bon? Il perdra de toute façon au premier tour éliminatoire contre Montréal - ou Québec - comme c'est le cas depuis 2010.

Soit. Mais participer aux séries pour le Vert & Or, qui se maintient bon an, mal an parmi les trois premiers du football universitaire québécois, c'est déjà un exploit en soi.

Chaque année, il doit affronter Montréal et Québec à deux reprises. Je le rappelle, les équipes classées 1 et 2 au classement national, rien de moins.

Mais le Vert & Or ne peut se permettre une saison sans séries. Ce serait catastrophique pour son recrutement ultérieur. Déjà que la défaite contre McGill, à la semaine 2, a porté un coup aux flancs des Verts, il ne faudrait pas en ajouter.

Et en cette année post-Jérémi Roch, avec tous les ajustements que cela a engendrés, ce serait déjà une petite victoire, les séries. Quoiqu'il advienne au premier tour.

Le Vert & Or a une fiche de 3-1 contre les Stingers lors des trois dernières saisons.

Le joueur par excellence du RSEQ en 2015, le quart Trent Miller (1674 verges de gain, huit passes de touché et huit interceptions) sera à surveiller.

La dernière fois que le Vert & Or n'a pas participé aux séries? 2009.

Les Harfangs sur une lancée

Les Harfangs de l'école secondaire le Triolet ont réussi une première dans leur jeune histoire en catégorie juvénile division 1, la semaine dernière en battant les Condors de St-Jean-Eudes par 30-9. Une victoire qui permet aux protégés de l'entraîneur Mathieu Lefaivre d'occuper seuls le troisième rang du classement cumulatif avec leur fiche de 4-2.

La commande du prochain match sera de taille vendredi sur le plateau Sylvie-Daigle, alors que le Blizzard du Séminaire Saint-François, toujours invaincu, sera en ville.

L'objectif ultime des Harfangs est d'accueillir un premier match éliminatoire à la maison.

Les Rebels s'inclinent contre les Dragons

Les Rebels de l'école La Montée se sont inclinés 19-0 contre les Dragons de Massey-Vanier de Cowansville la semaine dernière. Une défaite qui complique les choses pour l'équipe de l'entraîneur Marc-Antoine Joseph.

« Ce fut un festival de revirements encore pour notre équipe qui, clairement, aspire au championnat, mais qui ne joue pas comme tel depuis le début de la saison. Nous avons accordé deux touchés faciles à l'autre équipe à la suite de revirements qui leur a donné le ballon à la ligne des buts. »

Même si la défensive n'a permis que 87 points en cinq parties, les Rebels se retrouvent avec une fiche de 1-4.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer