Rallumer la flamme des Alouettes

Jacques Chapdelaine est le premier entraîneur francophone des... (Archives, La Presse)

Agrandir

Jacques Chapdelaine est le premier entraîneur francophone des Alouettes.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) C'était mercredi dernier, au pavillon Armand-Nadeau du parc Jacques-Cartier, lors de la deuxième cérémonie d'intronisation du Panthéon des sports de Sherbrooke.

Des images d'archives gracieuseté de Radio-Canada sont montrées aux convives lorsque vient le temps d'honorer le bâtisseur Clément Fortier, président du comité organisateur de la finale provinciale des Jeux du Québec de 1977.

Sur les images, on peut voir des séquences de la cérémonie d'ouverture. Un jeune homme avec un short vert porte fièrement le flambeau des Jeux, en courant vers la vasque, pour l'embraser de la flamme des Jeux.

Ce jeune homme, c'était Jacques Chapdelaine. Nommé le premier entraîneur-chef francophone des Alouettes de Montréal il y a quelques jours.

« Oh, ça remonte à loin, ça! 1977 fut un été assez occupé pour moi. J'avais 15 ans, lors des Jeux du Québec, j'avais participé aux épreuves combinées en athlétisme, si je me rappelle bien. C'est le père Georges Harkins, alors entraîneur au Séminaire Salésien, qui m'avait proposé de porter le flambeau. Ça m'a rendu nerveux, cette aventure-là, le flambeau était plus lourd que je pensais, et il fallait absolument que je le tienne d'une certaine manière pour ne pas que la flamme s'éteigne! Il y avait pas mal de vent cette journée-là! »

« D'ailleurs, c'est Georges qui m'avait aussi convaincu de faire du saut à la perche. Alors moi, aussi fou que n'importe qui, je l'ai fait. On s'entraînait sur un terrain fait de concassé, près de l'Université, où ils allaient construire la nouvelle piste d'athlétisme. Le matelas qui nous accueillait après la chute n'avait que trois pieds d'épaisseur. Tout l'air le quittait quand on atterrissait; ce n'était pas très agréable! »

Le sport a toujours fait partie de la vie de Jacques Chapdelaine. Né rue Maurice, près de la rue King, paroisse Saint-Boniface, il a fréquenté l'école Carillon et le Séminaire de Sherbrooke.

Athlétisme, baseball, hockey, et football ont été ses passions sportives.

Les valeurs véhiculées par le sport, rigueur, discipline, organisation, passion, furent les premiers prononcés par l'assistant-entraîneur André Bolduc, lorsque fut venu le temps de commenter la nomination de Chapdelaine à la tête des Alouettes.

« Mon passé sportif explique certainement certains de mes traits de caractère actuel. Mais pour ce qui est de ma discipline, probablement que ma mère rirait en entendant cela! J'ai pu compter sur des entraîneurs rigides, mais justes. »

Des qualités dont il aura indéniablement besoin afin d'aider les Alouettes à conclure leur saison 2016 sur une note, disons, plus positive.

Avec six matchs à jouer, mathématiquement, les Alouettes peuvent toujours espérer aux séries.

Alors pourquoi avoir accepté le poste dans des conditions, disons-le, loin d'être idéales?

« Si je ne prenais pas l'opportunité, je ne le saurais jamais. Nous avons six matchs pour changer les choses. Je me sentais capable de le faire et je voulais faire quelque chose. C'est un défi de bonne taille, mais pas impossible », dit-il.

Des changements à prévoir

Après une carrière de huit ans à titre de receveur de passe dans la LCF, Jacques Chapdelaine a amorcé sa carrière d'entraîneur comme coordonnateur à l'attaque avec les Gaiters de Bishop's en 1990.

Son passage à l'Université Laval, où il a remporté la Coupe Vanier avec le Rouge et Or, la première d'une longue série de succès, l'a propulsé vers les professionnels.

Il a occupé différents postes, principalement comme coordonnateur à l'attaque, avec cinq équipes de la LCF, incluant les Alouettes.

C'est cependant la première fois qu'il a sa chance comme entraîneur-chef.

Et avec son impressionnant bagage à titre de coordonnateur offensif, sera-t-il tenté de faire des changements à l'attaque des Alouettes? Gardera-t-il Anthony Calvillo dans ses fonctions de coordonnateur?

« C'est normal que tu poses la question, mais je ne peux y répondre, pour l'instant. J'ai la réponse. Il va y avoir des changements, mais ils vous seront communiqués par l'équipe, avant notre retour sur le terrain dimanche. »

« On doit retrouver une meilleure production offensive afin d'aider notre défensive. Il faut aborder les matchs restants un après l'autre. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer