• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Alexie Guay choisit le prestigieux Boston Collège 

Alexie Guay choisit le prestigieux Boston Collège

Convoitée par plusieurs universités américaines, la hockeyeuse magogoise... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Convoitée par plusieurs universités américaines, la hockeyeuse magogoise Alexie Guay s'est entendue verbalement avec la prestigieuse institution scolaire du Boston College, qui lui a consenti une bourse complète de quatre ans.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Magogoise Alexie Guay a mis fin au suspense. Convoitée par plusieurs universités américaines, Alexie Guay s'est entendue verbalement avec la prestigieuse institution scolaire du Boston College qui lui a consenti une bourse complète de quatre ans.

C'est à l'automne 2019 qu'Alexie Guay joindra le Boston College dans la division 1 de la NCAA. D'ici là, Alexie Guay, qui est âgée de 15 ans seulement, continuera d'évoluer avec les Spartans du Collège Stanstead de l'entraîneuse Sarah Vaillancourt.

Harvard, Boston U, Clarkson et Providence étaient quelques-unes des autres universités qui courtisaient Alexie Guay. « Boston College était mon premier choix et dès que j'ai mis les pieds sur le campus pour la visite des lieux, ça s'est confirmé. Je me suis sentie confortable dès mon arrivée. J'ai quand même pris plusieurs mois pour y réfléchir en pesant le pour et le contre de chaque université. Lorsque j'ai annoncé la nouvelle aux entraîneuses Katie Crowley et Courtney Kennedy de Boston College, elles célébraient autant que moi. J'en déduis qu'elles tenaient réellement à mes services », confie la soeur de Nicolas et Patrick Guay, deux autres excellents hockeyeurs.

Des garçons aux filles

De l'avis de plusieurs experts, le talent d'Alexie Guay est exceptionnel, rarissime même. Jusqu'à sa dernière année pee-wee, elle évoluait chez les garçons au niveau AAA et était dominante. Plusieurs s'accordaient pour dire qu'elle aurait pu se mesurer à l'élite masculine bantam. « J'ai effectué un virage pour aller voir comment ça se passait du côté féminin avec les Harfangs du Triolet. Le jeu physique des gars ne m'effrayait pas du tout. J'ai aimé l'expérience et il y a eu ensuite l'appel des Spartans. Jouer pour Sarah Vaillancourt, une ex-olympienne et médaillée d'or, je ne pouvais laisser passer cette opportunité », commente celle qui évolue à la ligne bleue.

Et s'ennuie-t-elle du jeu robuste des garçons? « Un peu, mais avec les Spartans on affronte souvent les Ontariennes et les Américaines qui sont très physiques. Ça fait mon affaire », rigole Alexie Guay.

Du talent à revendre

Sarah Vaillancourt ne tarit pas d'éloges envers sa protégée. « C'est remarquable de voir le talent, la passion et la détermination d'Alexie. Elle est dotée d'une force physique incroyable, sa vision du jeu est largement au-dessus de la moyenne, elle varie ses jeux, sa puissance, son coup de patin, elle a tout pour elle, Alexie. C'est certain qu'elle allait tomber rapidement dans l'oeil des universités qui offrent les meilleurs programmes hockey. Elle a encore des étapes à franchir, des expériences à vivre avec des équipes nationales de différents groupes d'âge, mais elle se dirige tout droit vers l'équipe olympique canadienne. Ce n'est pas le genre de fille qui va s'asseoir sur ses lauriers et cesser de se développer », fait valoir Sarah Vaillancourt.

Cette dernière a rappelé que c'est quand même la meilleure équipe universitaire féminine des États-Unis qui a décidé de lui faire une place dans leur programme. « Qu'une petite Québécoise parvienne à les impressionner de la sorte, ça dit tout sur Alexie. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer