Crise identitaire à Hockey Sherbrooke

Les équipes AA portent l'uniforme des Harfangs depuis... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les équipes AA portent l'uniforme des Harfangs depuis quatre ans.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La grogne s'est installée chez plusieurs parents de jeunes hockeyeurs sherbrookois en ce début de saison du hockey mineur.

La Tribune a obtenu copie de plaintes transmises à Hockey Sherbrooke au cours de la dernière semaine et d'échanges de courriels de parents mécontents à propos, notamment, des coûts impliqués pour certaines équipes double lettre, mais aussi, de l'obligation, pour certaines catégories, d'acheter des vêtements aux couleurs des Harfangs de l'école secondaire du Triolet.

Dans les catégories double lettre, les membres de ces équipes civiles de Hockey Sherbrooke se voient dans l'obligation d'acheter un manteau et un survêtement sportif aux couleurs des Harfangs de l'école secondaire le Triolet.

Comme ces équipes sont composées de jeunes fréquentant différentes institutions scolaires secondaires, et pas obligatoirement le Triolet, un malaise s'est instauré chez les parents.

On aurait invité les parents mécontents à déposer une plainte à Hockey Sherbrooke.

Le conseiller municipal et président du comité sports et loisirs à la Ville de Sherbrooke, Vincent Boutin, a également été saisi du dossier.

« Les équipes de Hockey Sherbrooke sont composées de jeunes provenant de plus ou moins 10 écoles secondaires de la ville, d'où l'importance pour les équipes civiles de représenter leur ville et ses diverses institutions secondaires et pas [...] seulement le Triolet. En plus, [...] le choix d'acheter ou non des vêtements d'équipe devrait revenir à celle-ci et non à l'école le Triolet par l'entremise de Hockey Sherbrooke », peut-on entre autres lire dans l'une de ces missives dont La Tribune a obtenu copie.

Moyen de rétention immoral?

Une situation similaire prévaut en catégorie atome, à la différence, comme l'on mentionné certains parents à La Tribune, que les jeunes de cette catégorie d'âge ne fréquentent pas encore une institution secondaire.

Certains parents dénoncent cette publicité indirecte en faveur des Harfangs et du Triolet.

« [...] les équipes de Drummondville, Victoriaville, Magog, etc., portent le nom de leur équipe de la LHJMQ ou midget AAA. La logique voudrait que les équipes civiles de Sherbrooke portent l'uniforme du Phoenix ou autre, mais pas celui des Harfangs sur lequel il est inscrit en gros caractères le TRIOLET [...] », peut-on lire dans un autre courriel.

D'autre part, les frais de participation aux équipes double lettre ont été uniformisés par Hockey Sherbrooke à l'aube de cette année 2016-17 et ont augmenté.

Dans une missive de Hockey Sherbrooke à destination des parents, on y précise que « l'ajustement des coûts a été fait dans un contexte d'équité pour l'ensemble des jeunes évoluant à Sherbrooke ».

Dans l'atome AA, par exemple, le coût total est de 975 $. Dans ce montant est compris entre autres un montant de 375 $ destiné à payer l'ensemble des inscriptions aux tournois et aux championnats, un manteau et un « track suit » pour les jeunes et les entraîneurs, et un budget de 1139 $ fourni par Hockey Sherbrooke, par équipe.

« Il est très important de comprendre que vous n'aurez plus à payer plus tard pour un budget d'équipe. [...]. Pour vous, parents, nous y voyons même un certain avantage, car au lieu de payer plusieurs fois durant la saison comme par le passé, vous le ferez une seule fois et avec un montant fixe », peut-on lire dans cette lettre signée par le directeur général de Hockey Sherbrooke.

Précisons que l'achat de pièces d'équipements spécifiques, comme un casque et des gants aux couleurs des Harfangs, n'est pas compris dans ce montant.

Des plaintes et des questions

M. Dion confirme que deux plaintes ont été acheminées officiellement à Hockey Sherbrooke concernant l'un ou l'autre des éléments mentionnés ci-haut.

Ces points seront d'ailleurs à l'ordre du jour de la réunion du conseil d'administration de l'organisme, mardi prochain.

« Je crois qu'il y a eu un manque de communication auprès des parents pour expliquer les changements de prix. C'est pourquoi nous avons tenu à envoyer cette précision aux parents. Tout est inclus dans le montant final et les parents n'ont plus rien à débourser », a-t-il indiqué.

Quant à l'affiliation aux Harfangs et à l'école secondaire du Triolet pour les jeunes qui sont encore d'âge élémentaire, M. Dion confirme qu'il s'agit d'une façon de maximiser la rétention des jeunes vers les programmes Harfangs.

« Ça fait maintenant quatre ans que les équipes AA portent l'uniforme des Harfangs. On sait que rendu au secondaire, plusieurs portes d'accès différentes s'offrent aux jeunes et ça serait mentir que de dire que ça n'a pas d'impacts sur Hockey Sherbrooke. Et on n'a rien contre les autres options, mais on essaie de se démarquer. On veut garder les jeunes dans nos organisations. Et un de ses moyens est que les jeunes puissent poursuivre dans une équipe d'excellence ».

L'école secondaire le Triolet est le dépositaire en région des équipes de la Ligue d'excellence du Québec (LEQ) et de la structure intégrée de Hockey Québec. Les joueurs qui forment les équipes d'élite doivent obligatoirement fréquenter le Triolet pour des raisons évidentes d'horaires de classe et de déplacements.

« Et pour amener des joueurs potentiels vers ces équipes, on a eu l'idée dès l'atome de les sensibiliser aux programmes Harfangs. Ce n'est pas pour nuire ou porter préjudice aux autres programmes, mais pour garder nos joueurs dans la structure. On est très au fait que ces jeunes ne sont pas au secondaire encore. Mais le mandat de notre Fédération de développer l'excellence est clair et on a déjà un partenariat avec le Triolet pour l'achat de chandails », a poursuivi M. Dion.

« On a eu des rencontres avec le Phoenix de Sherbrooke, mais malheureusement, ils n'avaient pas de disponibilité financière pour des achats comme ça. On tente toujours de garder le hockey le plus accessible possible. »

« Les questions des parents portent surtout sur l'affiliation, les manteaux, les "track suits" pour une équipe civile. Le but premier, c'est de développer un sentiment d'appartenance. On va regarder ça de près à notre prochaine réunion. »

La Ville suit le dossier

Hockey Sherbrooke est l'organisme reconnu par la Ville de Sherbrooke pour le développement du hockey.

Déjà au fait du dossier, M. Boutin préfère laisser la chance au coureur. « On va leur laisser la puck et voir ce qu'ils vont décider par la suite. Le mécontentement vient surtout du fait d'acheter des vêtements aux couleurs spécifiques du Triolet alors que le jeune peut fréquenter une autre école secondaire. Et je comprends très bien le malaise. Déjà que le hockey coûte cher, les parents n'ont pas le goût de dépenser en plus pour ça. Est-ce qu'on ne pourrait rendre ça moins visible en retirant le mot Triolet inscrit dans le dos, par souci d'équité? Je vais suivre le dossier de près », a-t-il dit.

Un an de retard pour les nouveaux chandails

Les équipes civiles de Hockey Sherbrooke arboreront leurs nouvelles couleurs et leur nouveau logo d'équipe à temps pour le début de la saison 2017-18, soit un an plus tard que prévu.

Maintenant que la fusion entre les deux associations qui géraient autrefois le hockey mineur - les Mineurs et le Shermont - est complétée depuis 2012, la prochaine étape consistait à harmoniser couleurs et logo.

Un comité a été mis sur pied l'an dernier pour la réalisation du projet, mais des délais ont forcé Hockey Sherbrooke à revoir le processus.

« Le projet est repoussé d'un an, et il est certain qu'on ne pourra pas dépasser la limite cette fois. Nos chandails ont atteint le maximum de leur utilité », a précisé Stéphane Dion, directeur général à Hockey Sherbrooke.

« D'un point de vue financier, on aurait pu réaliser le projet pour cette année, mais cela nous aurait mis dans une position précaire. Après le rapport de la responsable des équipements, qui nous a confirmé qu'on pouvait faire une dernière année avec nos gilets, on a pris la décision administrative de repousser le changement. »

Un nouveau comité a été mis sur pied et une décision au sujet des nouvelles couleurs, du nouveau logo et du fournisseur choisi devrait être prise au maximum en février prochain, dit M. Dion.

Le budget pour le remplacement des gilets pour les équipes sherbrookoises est évalué à quelque 225 000 $.

« Nous procéderons à un appel d'offres conforme, non public, mais sur invitation, pour nous approvisionner. Bien sûr, les marchands locaux seront considérés. »

« Quant au nom et aux nouvelles couleurs, il nous a été déconseillé de faire un concours populaire ou quoi que ce soit de la sorte, afin de ne pas nous exposer à des suggestions discutables. Notre comité va voir à trouver des idées intéressantes afin d'arriver au concept le plus approprié. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer