Le Panthéon des sports fait devoir de mémoire

La deuxième cérémonie d'intronisation du Panthéon des sports...

Agrandir

La deuxième cérémonie d'intronisation du Panthéon des sports de Sherbrooke s'est déroulée mercredi soir. De gauche à droite, rangée du fond: Gregory Stevenson, le ministre de la Culture et des Communications Luc Fortin, Jean-Paul Ricard, Jean-Marc Rozon, André Lachance, le conseiller Vincent Boutin. Première rangée : l'ex-maire et président du Panthéon Jean Perrault, Roch Loignon, Lloyd Langlois, Denis Custeau, Maryse Turcotte et Nicolas Fontaine.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Cinq athlètes, une équipe, un événement marquant et trois bâtisseurs ont été présentés mercredi soir lors de la deuxième vague d'intronisation du Panthéon des sports de Sherbrooke.

Le Québec Air Force, formé de Lloyd Langlois, Jean-Marc Rozon et Nicolas Fontaine, l'haltérophile olympienne Maryse Turcotte, la surprenante équipe de volleyball de l'Université de Sherbrooke (1974-75), les Jeux olympiques de 1976 de même que l'avironneur Gregory Stevenson, ainsi que les bâtisseurs Clément Fortier (sport amateur), Roch Loignon (patinage courte piste) et Jean-Paul Ricard (boxe), seront immortalisés le long de la Promenade des Nations.

Une cérémonie haute en émotions où le retour dans le passé sportif sherbrookois était à l'honneur.

« Notre devoir est de ne pas oublier. Ici, en 1976, Sherbrooke a accueilli deux disciplines olympiques dans le cadre des Jeux olympiques de Montréal, soit le soccer et le handball. On a aussi accueilli un championnat mondial de baseball. Et l'an prochain, on célèbrera les 50 ans du Championnat mondial de ski nautique. Ces événements, ces athlètes, ces bâtisseurs ont fait une différence dans notre communauté », a éloquemment dit l'ancien maire de Sherbrooke Jean Perrault, qui préside le Panthéon des sports.

«La capitale du sport»

L'événement était sous la présidence d'honneur du député de Sherbrooke, Luc Fortin, également ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de l'Estrie.

« Pour moi, Sherbrooke est la capitale du sport au Québec. Et ce matin (mercredi matin), j'ai pris la parole en chambre lors d'une déclaration de député à l'Assemblée nationale, afin de souligner les intronisés 2016 au Panthéon. »

« On est très fiers de cette cuvée. Le Québec Air force a marqué le monde, trois gars d'ici qui ont développé un sport, une expertise qui se ressent encore dans le monde. Et ça a démarré ici, pas trop loin, sur la rivière Magog, avec le tremplin en bois de Jean-Marc Rozon », s'est enthousiasmé Jean Perreault.

« Ce que j'entends de ces gens qui sont honorés c'est merci de nous honorer dans notre ville. On a été reconnus au Canada, par nos fédérations sportives, là c'est notre ville qui nous immortalise. Ça fait le lien avec les jeunes, c'est ça la vie sportive. »

Le comité de sélection du Panthéon n'a pas terminé son boulot. Colossal, au demeurant.

« On a beaucoup de rattrapage à faire, on a beaucoup d'athlètes, dans tous les sports, de gens qui mériteraient d'être reconnus. On poursuit notre travail. »

Un enthousiasme contagieux chez les intronisés, très souvent émus lorsqu'on leur tendait la plaque qui les immortaliserait le long du lac des Nations.

Maryse Turcotte émerveillée

La Sherbrookoise Maryse Turcotte était du nombre des intronisés. Olympienne aux Jeux de Sydney en Australie, en 2000, avec à la clé une quatrième place, Turcotte s'est rappelé de bons souvenirs lors de cette soirée émotive.

« C'est un retour aux racines. Je suis née ici, j'ai grandi ici, j'ai commencé l'haltérophilie à l'école LeBer. C'est un honneur. L'idée est excellente, de voir les plaques des athlètes, des bâtisseurs et des événements autour du lac, alors j'ai comme projet de venir voir ça avec mes enfants éventuellement », a indiqué celle qui pratique la médecine à Drummondville.

Malgré sa petite taille, la détermination de Maryse Turcotte lui a permis de représenter le Canada à tous les championnats du monde de 1995 à 2008. Elle a de plus gagné les championnats nationaux 14 fois.

« Ça rappelle plusieurs souvenirs, tout ça, quand je m'entraînais en gymnase à l'école LeBer. Mon premier entraîneur est ici, Éric Gosselin. Et Gilles Poirier, qui s'occupe maintenant du club et qui est allé à Rio, récemment, de même que mon ancien professeur de biologie an secondaire, Denis Dubreuil, qui n'arrêtait pas de m'agacer pour que j'essaie l'haltérophilie. C'est plein de connaissances, ça fait vraiment plaisir de revoir tous ces gens. »

Partager

À lire aussi

  • Dix nouveaux membres au Panthéon des sports

    Sports

    Dix nouveaux membres au Panthéon des sports

    Dix nouvelles plaques seront bientôt ajoutées à la Place du Panthéon des sports de Sherbrooke, aux abords du lac des Nations, ce qui portera le total... »

  • Un saut dans le temps pour le Québec Air Force

    Sports

    Un saut dans le temps pour le Québec Air Force

    Le ski acrobatique des années 1980 et 1990 était l'affaire des Québécois. Et trois d'entre eux, originaires d'ici, ont dominé outrageusement la scène... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer