Vers une présaison et le contingentement 

Des modifications réglementaires en cours d'évaluation à Québec... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Des modifications réglementaires en cours d'évaluation à Québec pourraient mener au contingentement de la chasse aux cerfs sans bois dans les zones 6 nord et 6 sud durant la saison à la poudre noire, qui serait alors devancée.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Une autre phase d'ajustements majeurs pointe à l'horizon pour les adeptes de la chasse à la poudre noire en Estrie. Des modifications réglementaires, actuellement en phase d'approbation à Québec, pourraient mener à la gestion contingentée des cerfs sans bois dans les zones 6 nord et 6 sud au cours d'une saison qui serait devancée.

Les gestionnaires de la Faune souhaiteraient ainsi parer aux effets prévisibles de la mise en application du projet expérimental qui, à compter de l'an prochain, doit restreindre la récolte des mâles aux cerfs dont le panache comptera un minimum de 3 pointes d'un côté dans ces deux zones de chasse de l'Estrie.

« Pour éviter de créer de la confusion durant la saison de chasse qui s'amorce, nous jugeons préférable d'annoncer toutes les modalités du projet expérimental seulement au début de l'an prochain. Mais, oui, ces modifications font partie de nos recommandations », confirme la biologiste Sonia de Bellefeuille sans spéculer sur la décision des autorités politiques.

Une baisse de 30 pour cent de la récolte de mâles a été observée durant les premières années dans les États américains ayant introduit la restriction légale de la taille des bois (RTLB) afin de protéger les jeunes mâles (daguets).

Rappelons que c'est le mode de gestion qui sera mis à l'essai pour une période de cinq ans dans les deux sous-territoires de la zone 6 qui couvrent le centre de l'Estrie, de la frontière américaine jusqu'à Drummondville en passant par Sherbrooke.

De tels résultats sont prévisibles dans les zones 6 nord et 6 sud où les daguets (communément appelés « spikes ») représentent autour de 60 pour cent des mâles actuellement récoltés par les chasseurs. D'où l'anticipation d'une pression de chasse accrue sur les cerfs sans bois.

En face de statistiques de récoltes de femelles et de faons qui allaient sans cesse en augmentant dans un cheptel fragilisé, Québec a opté il y a quelques années pour un semblable contingentement dans une autre zone de l'Estrie. Seuls les détenteurs de permis obtenus par tirage au sort peuvent maintenant récolter des cerfs sans bois dans la zone 4, durant la post-saison à la poudre noire qui prolonge toutefois pour les autres chasseurs les espoirs de récolter un mâle.

Des représentations régionales avaient été faites en marge du projet expérimental afin de placer la saison à poudre noire avant celle de l'arme à feu, comme c'est le cas notamment au New Hampshire. Mme de Bellefeuille n'a rien voulu préciser à cet effet.

« Je peux cependant vous fournir dès maintenant l'assurance que les cheptels des zones touchées par le projet expérimental feront l'objet d'un suivi plus serré que partout ailleurs au Québec. Des inventaires aériens seront effectués l'hiver prochain, en dehors du cadre des programmes réguliers, afin de documenter le point de départ. Nous ferons de même à la fin de la période d'essai.

« De plus, nous communiquerons avec 3000 chasseurs de la zone 6 nord et autant de la zone 6 sud pour les inviter à nous communiquer leurs observations sur le terrain. Nous nous intéresserons notamment au succès de chasse et aux efforts de chasse afin de pouvoir suivre ces indicateurs au fil des ans », indique la biologiste s'étant vu confier le mandat spécifique de coordonner ce projet expérimental.

Ça fait déjà pas mal plus sérieux que la gestion à vue de nez ayant mené dans le passé à des frappes improvisées et inconsidérées dans le cheptel estrien de chevreuils.

Le processus de révision a été entrepris à temps afin de faire approuver le nouveau cadre parlementaire à l'intérieur des délais permettant une mise en application à l'automne 2017, tel qu'annoncé il y a deux ans. Mais, même cela n'est pas encore certain.

Vous êtes cependant branché à la bonne source pour suivre l'évolution du dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer