Le Vert & Or humilié à Québec

Le quart vétéran Jean-Christophe Bourque St-Hilaire a pris... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le quart vétéran Jean-Christophe Bourque St-Hilaire a pris la relève d'Alex Jacob-Michaud en deuxième demie, mais la défensive du Rouge et Or ne lui a pas laissé plus de chance.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En débarquant à Québec rempli de bonnes intentions, le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke espérait faire oublier sa prestation sans lustre offerte dans une défaite contre McGill, il y a une semaine.

Eh bien, ce fut mission complètement ratée.

Les Sherbrookois n'ont jamais été dans le coup lors de ce match contre le Rouge et Or de l'Université Laval, au Stade Telus de Québec, et ils se sont fait corriger 41-3.

Sherbrooke se retrouve désormais avec une fiche de 1-2, à égalité avec les Stingers de Concordia, tandis que le Rouge et Or est au deuxième échelon, à égalité avec les Redmen de McGill, avec une fiche de 2-1.

Comme ce fut le cas lors de la défaite de 19-18 contre McGill, l'attaque des Verts fut anémique dans ce cuisant revers.

En fait, ce fut pire que contre McGill; le jeune quart de première année Alex Jacob-Michaud a été remplacé en deuxième demie après avoir présenté une désastreuse et misérable fiche de deux passes complétées en 12 tentatives, pour un famélique sept verges de gain et une interception.

Son successeur, le vétéran Jean-Christophe Bourque St-Hilaire, avait l'air lui aussi très mêlé, comme en témoignent ses six passes complétées en 17 pour 80 verges, dont 42 sur un seul jeu.

En tout, l'attaque des Verts a généré 149 verges nettes de gain. Pendant les 60 minutes de jeu. Un touché de sûreté concédé par le Rouge et Or, ainsi qu'un simple, résument sa prestation offensive.

Si le Rouge et Or a mis du temps à se mettre en marche - ce n'était que 7-0 Québec après 15 minutes et 23-2 à la demie - il a ouvert les écluses en deuxième demie.

Car disons-le, la défensive du Vert & Or a fait le boulot, en première demie. Mais n'avait plus les munitions nécessaires en deuxième demie, un refrain qui se répète pour les Sherbrookois à Québec.

En bout de piste, le quart-arrière Hugo Richard s'est amusé, avec 17 passes complétées en 27 tentatives, trois passes de touché et deux touchés au sol. Félix Faubert-Lussier (126 verges et un touché), ainsi que Félix Lechasseur (73 verges et un touché), ont été ses cibles préférées.

Offensive inerte

On le comprend, les mines étaient déconfites, chez le Vert & Or, après le match. L'inertie de l'attaque était sur toutes les lèvres.

« Il faut travailler, on va la retrouver l'attaque. Il faut retrouver nos points de repère, revenir à la base, c'est tout. Les stratégies, c'est pas moi qui s'occupe de ça. Il faut que les gars fassent leur job sur le terrain. Elle est dure cette là, on s'attendait à un gros match de notre part. Je ne sais pas ce qui ne marche pas. Il faut regarder le film. On va trouver ce qui ne marche pas », a dit le joueur de centre et vétéran Francis Lapointe, laconique.

« En début de match, j'ai eu des opportunités de compléter des passes, mais j'étais pas capable. La balle sortait mal, pas sur la cible. On a tenté de créer une étincelle en deuxième demie avec l'entrée de Jean-Christophe. C'est difficile de se le faire dire, mais la seule chose que je peux faire, c'est l'encourager. Je dois travailler plus fort pour ravoir le poste », a précisé le jeune Alex Jacob-Michaud.

« On avait le temps, la ligne offensive nous a donné du temps. C'est aux quarts, la responsabilité de cette défaite. On n'a pas performé à la hauteur. On a une grosse semaine devant nous pour être prêt contre McGill. Je n'ai pas livré la marchandise, je ne suis pas satisfait. Il faut qu'on soit meilleurs. »

Après la rencontre, l'entraîneur-chef David Lessard ne s'est pas défilé.

« Alex n'était pas nerveux, rien de tel, mais quand tu es 2 en 12, il faut changer quelque chose. On voulait lancer plus sur les premiers essais. On n'a pas été capables de trouver les bons jeux et quand on l'a fait, on n'a pas été productifs. Quand tu es two and outs toujours, c'est toff, tu n'as pas de momentum. »

« Les gars au poste de quart doivent se faire confiance, relaxer. Alex a été trop patient dans sa pochette alors que JC a été trop vite. C'est pathétique, offensivement. Ça fait deux semaines de suite que non seulement on ne marque pas de points, mais on n'accumule pas de verges non plus. Et nos unités spéciales, ce fut punition par-dessus punition, on a perdu deux gros retours à cause de ça. Et ce sont deux vétérans qui sont en cause. On a perdu deux facettes sur les trois. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer