Diane Roy savoure chaque moment à Rio

Diane Roy ne devait même pas être à... (Collaboration spéciale, Comité paralympique canadien)

Agrandir

Diane Roy ne devait même pas être à Rio de Janeiro, pour les Jeux paralympiques d'été. Des ennuis de financement auprès de Sports Canada lui ont coupé les vivres pour son année de compétition préparatoire à Rio.

Collaboration spéciale, Comité paralympique canadien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Diane Roy ne devait même pas être à Rio de Janeiro, pour les Jeux paralympiques d'été. Des ennuis de financement auprès de Sports Canada lui ont coupé les vivres pour son année de compétition préparatoire à Rio.

Athlète à temps plein, maman monoparentale, Diane Roy... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Athlète à temps plein, maman monoparentale, Diane Roy ne regrette surtout pas ses choix. Elle les embrasse, plutôt.

Archives, La Tribune

Elle a tout payé. Ses compétitions en Europe, aux États-Unis, ses déplacements.

Athlète à temps plein, maman monoparentale, Diane Roy ne regrette surtout pas ses choix. Elle les embrasse, plutôt.

Mardi soir, elle a terminé sixième au 1500 m T53/T54. Mercredi matin, elle s'est qualifiée pour la finale du 5000 m, qui se déroulera jeudi soir. Et samedi, elle sera de la demi-finale du 800 m.

À 45 ans, Roy se bat contre des filles d'un peu partout au monde qui ont entre 18 et 30 ans. Les Américaines, par exemple, ont fait une percée intéressante en athlétisme paralympique, au cours des dernières années. Mercredi, les Américaines ont rempli le podium au 1500 m. Tatyana McFadden, Amanda McGrory et Chelsea McCLammer ont dominé l'épreuve.

« Depuis quelques années, les Américaines s'entraînent dans un centre d'entraînement spécialisé, en Illinois. Elles ont une belle gang, elles travaillent fort en équipe. Mets-moi là un an avec eux et je serai là moi aussi au top! »

Roy, seule Canadienne en lice, a terminé sixième en enregistrant son meilleur chrono de la saison sur la distance.

« Après analyse, je suis très satisfaite! En y repensant, j'aurais aimé battre l'Australienne qui a terminé devant moi, mais pour les quatre premières, elles étaient très rapides. Alors oui, je suis très satisfaite de mon 1500m, avec mon deuxième meilleur temps à vie sur cette distance. Il faut savoir voir ce qu'on a fait de bon et qu'on a tout donné », a-t-elle expliqué à La Tribune, depuis Rio, mercredi.

«J'ai tout payé»

Les attentes de Diane Roy sont donc réalistes. Plutôt conséquentes avec les moyens financiers à sa disposition pour la préparation de celle qui en est à ses sixièmes Jeux paralympiques (Atlanta 1996, Sydney 2000, Athènes 2004, Beijing 2008 et Londres 2012). En tout, elle a remporté cinq médailles (trois à Beijing et deux à Athènes).

« Oui, le financement, c'est un autre point important et qui influence directement mes résultats! Mon premier objectif était de faire les standards pour me qualifier, ce que j'ai réussi et même très bien. Même si je crois qu'on a tout fait pour me tasser, j'ai réussi à me tailler une place et ça me rend très fière! Pour le reste, j'apprécie mon séjour et je vais faire du mieux que je peux, même si jusqu'ici, je suis surtout déçue de mon 400m », a-t-elle dit.

« Mais oui, j'ai tout payé : au moins j'ai eu le coup de pouce de Global Excel, qui sont avec moi depuis plusieurs années, d'Excellence sportive Sherbrooke et Parasport Québec. C'est bien évident qu'une année de sport comme ça, ça coûte cher, les compétitions en Suisse, aux États-Unis, un camp d'entraînement en Floride pendant deux mois. Si tu veux performer, tu dois faire des choix. »

Cette passion de la performance, du dépassement de soi, Diane Roy en est toujours animée. Mère depuis un peu plus d'un an d'un petit garçon, son attrait pour les pistes n'en a pas souffert.

Exemple? Roy a récolté l'or (800m) et le bronze (400m) en 2015 aux Jeux panaméricains, à Toronto. Alors pour ce qui est de raccrocher, c'est plus difficile. Même si l'inévitable se produira plus tôt que tard.

« J'aime encore ça »

Alors, pourquoi faire tout ça? Pourquoi s'investir de la sorte? Le jeu en vaut la chandelle?

« Oui!!!! Parce que j'aime encore ça, parce que c'est encore une passion, parce que je sais que je peux très bien faire. Cette année, j'ai fait plusieurs de mes meilleures performances à vie, dont celle au 1500m mardi. Si j'étais vraiment poche, ça serait facile, mais je performe encore très bien. La décision est encore plus difficile à prendre. »

« Aussi, il y a une transition à faire; lâcher et arrêter du jour au lendemain, c'est pas évident. En gros, c'est une question de dépassement de soi je crois, de passion, de plaisir! Mais la retraite est proche et je la prépare psychologiquement », a-t-elle concédé.

Diane Roy a encore deux courses à son agenda d'ici la fin des Jeux; d'abord cette finale au 5000 m jeudi soir, et les qualifications pour la finale du 800 m, samedi.

« Au 5000 m, je voulais me classer pour la finale. Je commençais à sentir la fatigue. J'ai environ une journée pour récupérer, alors l'objectif est de rouler le mieux possible, d'être bien placée, d'avoir la bonne stratégie et on verra le résultat, tout peut arriver. Un top 5 serait très bon, mais il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte. Mais une belle médaille serait le top du top. Mais je suis honnête, ça sera très difficile. »

Diane Roy n'a jamais reculé devant l'adversité. Le Comité paralympique canadien n'hésite pas à la qualifier de « l'une des plus grandes vedettes internationales du Canada en course en fauteuil roulant » des dernières décennies ».

Un podium lors de l'une de ses deux dernières courses à Rio serait l'accomplissement ultime.

De toute façon, pour Émile, âgé d'un an et demi, maman sera toujours la meilleure.

Partager

À lire aussi

  • Pas de médaille pour les Estriens à Rio

    Sports

    Pas de médaille pour les Estriens à Rio

    Même s'ils se disent fiers d'avoir accédé à la plus grande compétition au monde qui leur est accessible, les athlètes estriens n'ont pas connu le... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer