• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Un québécois dépasse les 200 mp/h en moto 600 cc 

Un québécois dépasse les 200 mp/h en moto 600 cc

Gilles Gagné, à gauche, en compagnie de son... (La Tribune, Matthew Vachon)

Agrandir

Gilles Gagné, à gauche, en compagnie de son acolyte, Syvlain Goulet, à droite, posent avec la Canadian Eagle.

La Tribune, Matthew Vachon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon

(Coaticook) En devenant la première à franchir l'impressionnante barre des 200 mp/h chez les motos 600 cc de fabrication spéciale, l'équipe de Gilles Gagné s'est emparée du record du monde de vitesse de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM). La moto nommée la Canadian Eagle a signé une vitesse moyenne de 204,4 mp/h (329 km/h) dans le cadre du Bonneville Speed Week aux États-Unis.

L'ancienne marque, qui était de 179,9 mp/h, a été aisément battue par la moto québécoise. Une réalisation qui représente énormément aux yeux de M. Gagné. « Quand j'étais petit, ma famille n'avait pas de véhicules motorisés. Pour cette raison, on se moquait de moi. De plus, dans ma poursuite du record du monde, j'ai été victime d'un important accident qui a failli me coûter la vie et qui a nécessité une longue convalescence. Pour ces raisons, d'avoir atteint cet objectif et de devenir l'un des meilleurs préparateurs de motos au monde, ça apporte un sentiment immense de fierté. C'est le plus beau sentiment de pouvoir léguer ça. Dans notre petite ville de Coaticook, le monde est fier de ce que nous avons réalisé », note le propriétaire de Gagné Lessard Sports.

L'homme de 59 ans a tenu à remercier sa valeureuse équipe qui l'accompagnait. « S'il fallait que je résume le record en un seul mot, ce serait équipe. Notre pilote Sébastien Lessard a été fantastique au volant de la moto et notre équipe a été sensationnelle pour réparer les différents problèmes mécaniques que nous avons connus à travers nos tentatives », vante-t-il.

De plus, cette nouvelle marque mondiale pourrait bien créer un précédent pour l'entreprise coaticookoise. « À Bonneville, il n'y a pas de bourses reliées à ça. De ce fait, tout est dans les répercussions pour nous. Par exemple, les consommateurs peuvent acheter de n'importe quel concessionnaire, mais ils savent qu'ici, nous pouvons faire bien aller les motos. De plus, nous fabriquons beaucoup de pièces de performance et nous les exportons dans différents marchés. Quand les gens font le lien avec notre compagnie et notre record, ça aide beaucoup c'est certain », explique M. Gagné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer