• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Paralympiques: une directrice d'école inspirante 

Paralympiques: une directrice d'école inspirante

Immédiatement après sa course, Nicole Clermont a appelé... (Sportcom, Émilie Bouchard-Labonté)

Agrandir

Immédiatement après sa course, Nicole Clermont a appelé ses élèves, qui attendaient impatiemment dans le gymnase de l'école Boisjoli, dont elle est la directrice.

Sportcom, Émilie Bouchard-Labonté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Ils étaient tous réunis devant les écrans géants installés au gymnase de leur école. Les élèves de Boisjoli attendaient impatiemment de voir à l'oeuvre leur directrice Nicole Clermont lors de la poursuite individuelle en paracyclisme aux Jeux de Rio. Malheureusement, l'épreuve n'a jamais été présentée sur les ondes de Radio-Canada.

Tous les élèves de l'école Boisjoli ont touché... (Spectre Média, René marquis) - image 1.0

Agrandir

Tous les élèves de l'école Boisjoli ont touché leur nez peu avant la compétition de leur directrice Nicole Clermont, qui devait à son tour poser le même geste avant de se lancer sur la piste mercredi à Rio.

Spectre Média, René marquis

C'est donc avec la mine basse que les élèves ont regagné leur classe. Jusqu'à ce qu'ils entendent la voix de leur directrice dans les haut-parleurs :

« Salut la gang de Boisjoli, a lancé soudainement Nicole Clermont immédiatement après sa course. J'ai pensé à vous autres et j'ai fait notre petit signe secret plusieurs fois avant ma course. J'étais sur la piste, ça faisait mal et c'était difficile, mais je pensais à vous autres les élèves qui donnez tous les jours votre 110 % alors ça m'a donné des ailes pour finir la course en force. Je suis super fière d'être votre directrice et je vais continuer de travailler fort pour les autres épreuves à venir! »

Le petit signe secret de Nicole Clermont? Se toucher le nez avec le doigt avant la compétition. Geste que tous les élèves ont également posé avant que leur directrice ne s'élance sur la piste.

« Malheureusement, je sais que vous n'avez pas pu me voir, mais je vous avais dans mon coeur pendant la course », a affirmé l'athlète de Saint-Denis-de-Brompton après avoir pris le neuvième et dernier rang des qualifications de la poursuite individuelle à la suite d'un chrono de 4 min 8,557 s.

« Je suis la directrice d'école la plus heureuse sur la terre! » a-t-elle tout de même avoué à l'agence de presse Sportcom, présente sur les lieux.

« On a crié fort pour Madame Nicole, a pour sa part indiqué Élodie Blanchet, une élève de cinquième année. Elle est aux Jeux paralympiques parce que son bras ne lève pas très haut. Donc on a encouragé notre directrice pour qu'elle puisse connaître une belle course. On est déçus un peu de ne pas l'avoir vue, mais au moins on a pu entendre son message. Je suis contente parce que Nicole m'inspire beaucoup. Plus tard, j'aimerais aller aux Olympiques en gymnastique ou en judo. Je lui souhaite maintenant beaucoup de chance au contre-la-montre. »

Un modèle de persévérance

Ce rassemblement n'était pas du tout la première activité organisée à l'école Boisjoli en lien avec les Jeux de Rio :

« Lors de l'accueil des élèves à la rentrée, on avait opté pour le thème des pays pour faire le lien vers les Jeux olympiques et paralympiques de Rio ainsi que l'aventure de Nicole, a informé Audrey Scalabrini, professeure de cinquième année. On a aussi présenté un documentaire aux jeunes dans lequel on décrit tous les sacrifices et les implications qui entourent une participation aux Jeux de Rio. »

« Même à la fin de la dernière année scolaire, on avait réuni les élèves afin d'encourager Nicole dans son entraînement estival et dans sa préparation pour les Jeux de Rio, a renchéri Nathalie Madore, professeure en communication. Quand les élèves ont su qu'ils allaient voir la course de Nicole aujourd'hui, ils étaient tous excités à l'idée d'assister à la compétition de leur directrice. »

« Pour nous, Nicole est un modèle, a confié Audrey Scalabrini. Un modèle de persévérance et de courage parce qu'elle est allée au bout de ses rêves. Malgré son âge, elle croyait en elle. Même si nous ne l'avons pas vu à l'oeuvre, on souhaitait lui donner de l'énergie et lui montrer qu'on est là et qu'on l'aime beaucoup. »

« Mes courses sont terminées pour moi aujourd'hui, a annoncé aux élèves la membre de la direction de Boisjoli. Ça me servait d'entraînement pour la course sur route. Je n'ai pas atteint mon objectif et ce n'est pas grave. Vous savez que ce n'est pas toujours le résultat qui compte, mais l'effort. »

« J'ai 55 ans, j'ai fait une course aux Jeux paralympiques sur la piste à Rio. Qu'est-ce que je peux demander de mieux! » a également admis l'athlète à l'agence Sportcom.

« Les élèves comprennent aujourd'hui que l'important, ce n'est pas toujours de gagner, mais de participer et de vivre un rêve », a conclu la professeure Nathalie Madore.

Nicole Clermont s'attaquera maintenant aux courses sur route le 14 septembre (contre-montre) et le 17 septembre (course en ligne).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer