Josée Pérusse de retour à Sherbrooke

Le directeur général Guy Bellavance et la professionnelle... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Le directeur général Guy Bellavance et la professionnelle Josée Pérusse entendent redonner ses lettres de noblesse au Club de golf de Sherbrooke.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La professionnelle de golf Josée Pérusse revient à ses anciens amours.

Elle a en effet accepté un contrat de trois ans afin de redevenir professionnelle en titre au Club de golf de Sherbrooke, poste qu'elle a occupé de 1999 à 2005, avant de quitter pour un poste similaire à Golf Horizons.

Elle a par la suite occupé le poste de professionnelle en titre au club de golf Asbestos, avant d'être à l'emploi du Club de golf Venise, cet été, où elle agissait à titre de professionnelle enseignante.

« Je n'y pensais pas beaucoup, à vrai dire. Mais j'ai rencontré Guy (Bellavance, le directeur général du Club de golf de Sherbrooke), et il m'a relancé quelques fois. Ça s'est vite concrétisé. J'ai sauté sur l'occasion, il n'y a pas beaucoup de postes du genre en région », a indiqué la native d'Asbestos.

Bien des choses ont changé, depuis son premier passage au Club de golf de Sherbrooke, et Josée Pérusse le sait très bien.

Elle entend toutefois appliquer la même recette qui a fait son succès, et ses preuves, lors de son passage, alors que le Club avait plus de 500 membres et accueillait plusieurs tournois de tout genre.

« La structure a changé. Guy a un bon flair; lui et moi, on a la même philosophie quant à l'administration d'un terrain de golf. Tu ne peux pas laisser tomber aucun aspect; que ce soit les membres, les golfeurs amateurs qui nous visitent de temps en temps, ou les organisateurs de tournois, il faut voir à tout. Avec la santé générale actuelle des terrains de golf, il faut faire attention aux détails! »

Les activités avec les membres, qui étaient son dada lors de son premier passage, seront à nouveau le fer de lance de la relance pour Josée Bélanger.

« C'est là qu'on apprend à se connaître, qu'on se côtoie, et que le Club développe une vie. Le terrain est très beau, et en bon état. J'entre en poste en fin de semaine, ça me laisse le temps pour apprivoiser plein de choses, à temps pour la saison 2017, qui promet d'être fantastique! »

C'est au début 2016 que Guy Bellavance a hérité du poste de directeur général du CGS.

Et il était clair dans son esprit que la relance du Club, qui compte désormais environ 150 membres, passait par la présence d'un professionnel à temps plein.

« Pour un club, pour sa crédibilité, c'est très important. Et à ce chapitre, Josée n'a plus besoin de présentation. Elle a une réputation enviable, partout où elle est passée et on a des visées similaires pour l'avenir du club. »

« Le Club a connu beaucoup de soubresauts côté personnel, récemment. Et il y a eu du laisser-aller. Mon intention était claire, lorsque j'ai discuté avec M. Savoie (Marcel Savoie, le propriétaire), que je voulais redonner les lettres de noblesse au Club de golf de Sherbrooke. On ne pourra pas retourner en arrière, à l'époque où il y avait 500 ou 600 membres. On vise une croissance normale et intéressante, chaque année. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer