Jérémi Roch, le professeur

Jérémi Roch... (Archives La Presse)

Agrandir

Jérémi Roch

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Jérémi Roch et Alexandre Jacob-Michaud se connaissent depuis quelques années déjà, depuis un camp d'entraînement spécialisé pour les quarts-arrière qui s'est déroulé à Montréal. Ça tombe bien que les deux se connaissent et s'entendent bien, car ils se verront souvent, très souvent, cet automne. Et deux fois plutôt qu'une.

Roch sera le mentor de Jacob-Michaud, son dauphin au poste de pivot pour le Vert & Or, tout en étant son enseignant, chaque vendredi matin, à la Faculté d'administration, où Rochdonne une charge de cours à l'automne.

Professeur Roch aura double tâche, à l'automne. «Je connais très bien Alex, pour cette clinique de quarts, mais pour avoir aussi participé activement à son recrutement. Je suis allé chez lui le rencontrer, et quand il venait à l'Université, je n'étais jamais très loin. Il est aussi venu travailler avec les gars cet été.» Membre du personnel d'entraîneur depuis l'hiver dernier à titre d'entraîneur des quarts, après sa carrière de joueur actif au niveau universitaire, Jérémi Roch a bien sûr eu voix au chapitre afin de désigner son successeur.

Un choix qu'il a dû faire lucidement, sans tenir compte de l'amitié qu'il a avec les vétérans Loranger et Bourque St-Hilaire. «Ce fut difficile, oui et non. Faire la part des choses et oublier que je devais juger des amis avec qui je suis allé à la guerre lors de mon passage, mais en même temps je devais à l'équipe d'aider à choisir le meilleur candidat. Celui qui nous aiderait à gagner des matchs. Tout simplement.»

«On m'a consulté, tout le monde voulait être sur la même longueur d'onde. Alex est celui qui a le mieux fait, qui été le plus constant depuis l'été. Son choix allait de soi. Il a le désir de bien faire les choses. C'est important pour lui de réussir. Il est talentueux, et son attention aux détails fait la différence.»

La présence de Roch près de son dauphin facilitera certainement la transition, notamment en ce qui concerne le livre de jeux offensifs, bâti en grande partie sur les forces et qualités de Roch. Sans compter que le cheminement de Jacob-Michaud ressemble étrangement à celui de Roch à son arrivée à Sherbrooke. Débarqué de Vanier, le jeune Jérémi avait alors succédé à Jean-Philippe Shoiry, le premier quart d'importance avec le Vert & Or. «Oui, ça me rappelle un peu lorsque je suis arrivé ici. J'espère pouvoir l'aider en lui partageant ce que j'ai vécu, les bons coups comme les moins bons. Il est différent de moi à certains égards, mais je serai là pour le calmer, gérer ses émotions s'il a besoin.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer