Le sourire inspirant de Mélisa Chabot

Atteinte d'un cancer du sein, Mélisa Chabot, 29... (La Tribune, Jean-Guy Rancourt)

Agrandir

Atteinte d'un cancer du sein, Mélisa Chabot, 29 ans de Sherbrooke, ne s'est pas contentée d'un rôle de bénévole au XMAN d'Orford. Elle était aussi du nombre des quelque 4500 participants à cette course à obstacles.

La Tribune, Jean-Guy Rancourt

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) C'état le plus beau sourire du week-end à la course à obstacles XMAN en fin de semaine au Mont-Orford. Celui de Mélisa Chabot de Sherbrooke. Tenue de coureuse samedi troquée pour des vêtements de bénévole dimanche. Deux journées intenses et remplies d'émotions de toutes sortes malgré son cancer du sein.

Apprendre une telle nouvelle à l'âge de 29 ans seulement a de quoi ébranler. Le 2 juin dernier, lorsqu'elle a été mise devant les faits, Mélisa Chabot a été secouée. Pourtant, deux jours plus tard elle était au départ du XMAN de Sutton. Samedi dernier à Orford, Mélisa Chabot avait déjà subi son troisième traitement de chimiothérapie à peine 12 jours plus tôt. Est-il nécessaire de rappeler que le XMAN d'Orford comporte tout près d'une cinquantaine d'obstacles en montagne sur un parcours de plus de 7 km? Des murs à franchir, des charges à tirer et porter, des pentes abruptes, de la boue, tout pour se salir et surtout aller au bout de ses ressources physiques et mentales?

Affaiblie par son cancer, Mélisa Chabot n'a jamais pensé faire marche arrière. « J'ai toujours participé au XMAN depuis que c'est dans la région. Je savais à quoi m'en tenir. J'y allais davantage pour moi-même, à mon rythme et en écoutant les signes que mon corps pouvait m'envoyer. À ma grande surprise, j'ai eu besoin de seulement sept minutes de plus (2 h 17 min) que l'an dernier pour compléter la course. J'ai eu la chance que le XMAN ne se déroule pas dans la semaine qui a suivi mon dernier traitement de chimio. C'est toujours plus difficile dans la première semaine », confie celle qui ne croit pas avoir accompli un exploit hors du commun en dépit de son état de santé.

« Si on fouillait le parcours de tous les participants, on trouverait des histoires incroyables et inspirantes. Cependant, je suis consciente que je peux en avoir motivé à mon tour. Et comme j'ai la ferme intention de demeurer active, que la vie ne s'arrête pas avec un diagnostic de cancer, tant mieux si je peux aider d'une certaine façon », enchaîne Mélisa Chabot, à qui l'organisation a réservé une belle surprise en soulignant son courage après son exploit samedi.

Bénévole

Moins de 24 heures après avoir vaincu le XMAN, Mélisa Chabot était à son poste de bénévole tôt dimanche matin dans les hauteurs du mont Giroux. « C'est extrêmement positif pour moi de rencontrer les participants sur le parcours. Si j'ai la chance de faire le XMAN moi-même le samedi, c'est parce qu'il y a des centaines de bénévoles qui ne ménagent rien pour nous rendre la journée agréable. Le lendemain de ma compétition, c'est dans l'ordre des choses et tout à fait normal que je donne aux autres à mon tour. Le petit conseil, l'encouragement que je leur adresse, qui sait si ça ne fera pas une différence aussi minime soit-elle dans leur course? Et puis, je le dis à tout le monde. Faire partie de l'équipe de bénévoles du XMAN, c'est une expérience unique et enrichissante que je souhaite de vivre à tout le monde. »

En fin de semaine au Mont-Orford, la marche la plus haute du podium revenait d'emblée à Mélisa Chabot et son sourire étincelant qui brillait sur la montagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer