Le Vert & Or se cherche une identité

L'intensité était au rendez-vous lors du quatrième jour... (Collaboration spéciale, Yves Longpré)

Agrandir

L'intensité était au rendez-vous lors du quatrième jour du camp d'entraînement de l'équipe de football du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke, mercredi.

Collaboration spéciale, Yves Longpré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « On a un jeune groupe de leaders, tout doit se mettre tranquillement en place; c'est le rôle du personnel d'entraîneurs de s'assurer que ça se fait selon les règles établies à l'interne et qu'on ne dépasse pas les bornes. Les jeunes sont intenses, très intenses, mais la marge est mince entre l'intensité et l'indiscipline. »

L'entraîneur-chef du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke David Lessard avait décoléré un peu, après l'entraînement de mercredi matin.

Lessard venait tout juste de mettre abruptement fin à l'entraînement, un entraînement rude, physique, où les éclopés ont été nombreux. Trop nombreux.

Le demi défensif Jean-Philippe Huot venait tout juste de plaquer sévèrement le porteur de ballon et recrue Guillaume Conraud-Arès le long des lignes de côté, à la fin d'un jeu, lorsque Lessard a renvoyé ses joueurs aux douches, très mécontent.

« On a manqué de discipline en fin de pratique, et il fallait qu'ils le sachent. C'est pas un manque de désir, de passion, d'effort, c'est un manque de discipline. J'en avais assez vu, alors ça s'est terminé là. Si tu peux pas te contrôler en pratique, tu ne le pourras pas en match. »

Si le Vert & Or avait quelque 90 joueurs au début de son camp, il n'en reste qu'un peu plus de 80. Et d'autres joueurs seront retranchés à l'issue du match préparatoire programmé pour samedi, à midi, contre les Lions de York, qui évoluent en Ontario.

Une audition qui arrive rapidement et qui nécessite une coordination au poil. Pas de temps à perdre, comme dirait l'autre.

Mercredi, les coups d'épaule ont été nombreux. Les beaux attrapés aussi, de même que les solides prestations en défensive. Le Vert & Or est en transition après l'ère Jérémi Roch.

« Les gars sont all-in comme jamais, il faut contenir ça pour que ça sorte au bon moment. Cette équipe-là va aller à la guerre à chaque répétition, ça ne sera pas facile jouer contre nous! Il y a des batailles intéressantes à tous les postes : receveurs, porteurs, demis défensifs, secondeurs. »

Sans compter la bataille pour le poste de quart numéro un : mercredi, les vétérans Jean-Christophe Bourque-Saint-Hilaire, Mathieu Loranger et la recrue Alex Jacob-Michaud, ont vu la majorité des répétitions.

« Ça fait juste trois pratiques qu'on observe tout ça, c'est pas beaucoup de répétitions. On commence à voir des choses surtout aujourd'hui (mercredi), je sens qu'il y a eu une séparation; j'ai seulement hâte de confirmer mes impressions sur le film. Est-ce qu'on va entrer samedi avec trois quarts, ou quatre, ou seulement deux? Je ne sais pas encore, tout est ouvert », a dit Lessard.

Entre 70 et 75 joueurs seront en uniforme ce samedi contre York, pour ce match qui servira d'audition pour plusieurs.

« Jouer tout de suite, après une semaine de préparation, et de pouvoir poursuivre la préparation, comme on a fait l'an dernier, c'est parfait. L'impact est très positif dans le camp, ça amène un sentiment d'urgence », a dit David Lessard.

Le match est prévu à samedi, midi, et il est ouvert au public.

Le Vert & Or s'entraîne à 10 h 30, jeudi et vendredi, sur son site d'entraînement.

Mathieu Hébert et Pierre-Antoine D'Astous seront les deux... (La Tribune, Sébastien Lajoie) - image 2.0

Agrandir

Mathieu Hébert et Pierre-Antoine D'Astous seront les deux botteurs d'office chez le Vert & Or. 

La Tribune, Sébastien Lajoie

Du renfort pour Hébert

Sans aucun doute, la saison 2015 du Vert & Or a carrément changé de direction le 25 octobre lorsque le botteur de l'équipe Mathieu Hébert s'est blessé face au Rouge et Or de l'Université Laval à la suite d'un jeu de routine.

Le Vert & Or, qui n'avait pas d'autres botteurs à sa disposition, a joué à Botteur Académie pendant quelques semaines avant de donner le boulot à un retraité qui a fait un retour pour l'occasion, Louis Désautels.

On n'a jamais pu remplacer Hébert adéquatement, lui qui s'occupait de tous les bottés, précision, dégagement et bottés d'envoi.

« On a eu une belle leçon de profondeur je dirais! », a dit Hébert.

La complicité était visible entre D'Astous, un produit des Pionniers de Rimouski, et Hébert. Ce dernier se retrouve avec un coéquipier botteur pour la première fois depuis son arrivée chez les Verts.

Logiquement, Hébert fera les dégagements et D'Astous, les bottés de précision la saison prochaine.

« Avoir une autre paire d'yeux, c'est toujours bénéfique. On s'encourage mutuellement, on se donne des conseils. Ce n'est pas une compétition, mais une relation d'entraide », ont insisté les deux joueurs.

« C'est plaisant de ne pas être seul, pour les entraînements, les séquences vidéo, la préparation des exercices, l'amélioration, ça amène un autre vibe. Être botteur au football canadien, c'est un rôle important, c'est le tiers du jeu, littéralement », a dit le jeune D'Astous

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer