Waschburger et Bridi de justesse

L'Allemand Andreas Waschburger a terminé sur la plus... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

L'Allemand Andreas Waschburger a terminé sur la plus haute marche du podium lors de la Traversée internationale du lac Mégantic. Il a été suivi de Chip Peterson, des États-Unis, et de Pepijn Smits, des Pays-Bas.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) Il ne fallait pas flâner trop en chemin si on avait décidé de rallier le parc de l'OTJ de Lac-Mégantic à 15 h samedi pour l'arrivée annoncée des nageurs de la Traversée internationale du lac Mégantic, car le rythme de la course a été très rapide. Les 38 participants de 11 pays différents n'ont visiblement pas été affectés par les intempéries.

C'est l'Allemand Andreas Waschburger qui a touché la plaque d'arrivée le premier, après une nage de seulement 2 h 2 min 26 s Parti à 13 h de Piopolis, le calcul rapide place l'arrivée du premier peloton à deux minutes seulement après 15 h! Le « photo finish » a été nécessaire pour le déclarer gagnant officiellement, car l'Américain Chip Peterson l'a suivi à une demi-seconde seulement! Ça ne pouvait être plus enlevant pour les spectateurs! La troisième place a été raflée par Pepijn Smits, des Pays-Bas, en retard de seulement quatre secondes sur le premier.

« Les nageurs ont profité d'un vent de dos, provenant du sud-ouest, plutôt que d'un vent de face qui venait, les autres années, de la baie Victoria », a fait remarquer Kevin Laflamme, le directeur de course.

Chez les femmes, l'Italienne Arianna Bridi, 21 ans, a été la plus rapide, bouclant le parcours de 10 km en 2 h 10 min 57 s, neuf secondes seulement devant l'Allemande Angela Maurer, 41 ans, tout un exploit vu la différence d'âge entre les deux. C'est la Russe Olga Kozydub qui a terminé en troisième place avec un temps de 2 h 11 min 53 s.

Les nageurs canadiens n'ont pu faire mieux que la quatrième place de Philippe Guertin, chez les hommes, 20 secondes seulement après le Néerlandais arrivé troisième, et la septième de Jade Dusablon, de Québec.

L'Allemand Waschburger était visiblement très heureux de sa course, lui pour qui c'était la première fois qu'il participait à un 10 km en ligne droite plutôt que dans un circuit fermé.

« J'ai vraiment aimé mon expérience. Ça a été une course folle! Pendant la course, j'ai décidé de prendre la même trajectoire que Chip Peterson et je pense que cette stratégie m'a aidé à remporter la victoire. J'ai vraiment apprécié nager dans les eaux du lac Mégantic, très propre, très claires. J'ai aussi adoré l'accueil lors de mon arrivée » , a confié Andreas Waschburger, rayonnant.

« Nous sommes très heureux du déroulement de la compétition. Les nageurs ont offert un spectacle extraordinaire à la foule. Après un petit repos, nous serons au travail pour notre édition 2017 », a conclu Kevin Laflamme, dont c'était la dernière édition après dix ans comme président-fondateur et directeur de course. Il assure qu'il reviendra comme bénévole.

Desharnais a « tout donné »

Anticipant un meilleur résultat qu'une 8e place à la Traversée internationale du lac Mégantic, samedi, le nageur de Sherbrooke Xavier Desharnais faisait quand même contre mauvaise fortune bon coeur, à Lac-Mégantic.

« Ce n'est pas un très bon résultat, mais dans les circonstances, après les 32 km au Lac-Saint-Jean, on a l'impression d'être bien dans l'eau, au départ, mais les bras deviennent rapidement plus lourds. Au moins, le 8e rang me permet d'être encore dans les points et dans les bourses. J'avais quand même beaucoup d'énergie tout au long de la course, je me sentais bien. À la fin, deux lignes se sont offertes à moi et je n'ai peut-être pas choisi la meilleure. Il y a eu un sprint d'Andreas et devant moi, ils ont tous fini très fort. J'ai tout donné ce que j'avais. C'est prometteur pour le futur, cette expérience », a admis Desharnais.

Philippe Guertin parle de stratégie

Le meilleur Canadien, avec la 4e place, Philippe Guertin a évoqué une erreur tactique pour expliquer son rang. « Il y a eu une séparation dans le groupe de tête, à un moment donné. Les trois premières places se sont détachées. Ils ont loupé le bord, j'aurais peut-être dû suivre, mais je ne savais pas quelle serait la meilleure ligne, j'ai suivi le bateau de la FINA, je jugeais que ce serait plus rapide, car lui a longé le bord. Ce ne fut pas une course difficile, au début j'ai essayé d'imposer le rythme, et je me sentais bien, même à la fin. Je sais que je peux rivaliser avec ces gars-là, et même si j'ai raté le podium, cela ne m'inquiète pas pour le futur. Je vais revenir à Lac-Mégantic! » a assuré Philippe Guertin.

Jade Dusablon très déçue

À sa sortie de l'eau où elle a fini 7e, Jade Dusablon, une nageuse de Québec qui s'entraîne à Montréal, semblait désemparée, malgré le meilleur chrono canadien chez les femmes, avec 2h16m43s. « Au 7e kilomètre, les filles ont accéléré et je n'ai pu les suivre. La dernière semaine d'entraînement a été difficile après le 32 km au Lac-Saint-Jean. Un 10 km en ligne droite, c'est assez difficile par rapport à une boucle en circuit fermé. C'est quand même agréable à Lac-Mégantic. Je prends des vacances trois semaines, ensuite c'est l'entraînement intensif, car j'ai été sélectionnée pour le Championnat du monde à Budapest, en Hongrie, en 2017! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer