Soccer féminin : le Canada en demi-finale

La victoire de 1-0 contre la France vendredi... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La victoire de 1-0 contre la France vendredi est la plus récente surprise causée par les Canadiennes, classées 10e, qui ont préalablement vaincu  trois équipes du top-10 depuis le début du tournoi olympique.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Sao Paulo

L'équipe canadienne de soccer féminin atteint sa maturité aux Jeux olympiques de Rio.

Maintenant à une victoire d'une médaille olympique, la formation de John Herdman montre une fiche de 4-0-0 et a battu trois équipes du top-10 depuis le début du tournoi : l'Allemagne (no 2), la France (no 3) et l'Australie (no 5). Elle a trouvé son identité et a le vent dans les voiles.

La plus récente surprise causée par les Canadiennes, classées 10e, fut la victoire de 1-0 contre la France, vendredi, devant 38 688 spectateurs au Corinthians Arena. Les Canadiennes ont été opportunistes en attaque alors que Sophie Schmidt a inscrit le seul but du match à la 56e minute.

La foule a apprécié le spectacle, soutenant le Canada de plus en plus au fur et à mesure que le match avançait. Il s'agissait du troisième match des Canadiennes à Sao Paulo et les amateurs leur ont démontré leur amour.

Ce ne fut pas beau, a dit Herdman en rappelant que l'équipe avait concédé 22 coups francs, mais le Canada, affamé, a fait preuve de détermination.

Herdman, qui a changé le visage de l'équipe après une élimination en quarts de finale lors de la dernière Coupe du monde, affirme que la chimie est spéciale entre les joueuses expérimentées et les plus jeunes.

« Elles ont formé quelque chose qui se voit sur le terrain, a-t-il expliqué. C'est bien de parler de la culture et du plan de match, mais ça se voit dans l'adversité. Et ce groupe le démontre match après match.

« Match après match, elles continuent de démontrer quelque chose qui laisse croire que c'est possible d'accomplir de grandes choses. »

Nombreux partisans à Coaticook

Toujours plus nombreux à chaque nouvelle rencontre, les partisans de Josée Bélanger étaient près de 70 à avoir les yeux rivés à l'écran du Pavillon des arts et de la culture de Coaticook pour ce match crucial. Le nombre de chandails marqués du #9 aussi étaient à la hausse dans la salle, les membres de la famille de la joueuse originaire de Coaticook ayant profité de cette soirée de congé pour se réunir.

« C'est serré. Les deux équipes sont assez égales au point de vue du jeu. Ça nous prend un point et on va l'avoir » prévoyait avec espoir la tante et marraine de la joueuse coaticookoise, Marie-Louise Bélanger, après la première mi-temps.

Tout restait à jouer après 45 minutes de partie où les deux équipes ont mesuré leurs forces dans un affrontement continu, sans toutefois arriver à marquer de but. En remplacement d'Allysha Chapman, blessée à l'épaule à la quarante-deuxième minute de jeu, Josée Bélanger est entrée sur le terrain pour les minutes supplémentaires, sa présence galvanisant un public usé par une première mi-temps des plus énervantes.

Un premier but a finalement été marqué à la 56e minute par Sophie Schmidt, mais la tension est demeurée jusqu'à la fin.

« Les Canadiennes ont vraiment dominé dans la deuxième mi-temps, autant en attaque qu'en défense » estimait Valérie Whissell à l'issue de la rencontre.

Venue assister à une retransmission de match au Pavillon pour une première fois comme de nombreux spectateurs en ce vendredi soir, elle saluait la performance de la gardienne de but. « La France a souvent attaqué, une chance qu'on avait Stéphanie Labbé. »

« Les prochains matchs vont être de plus en plus enlevants, il n'y a plus de place à l'erreur » commentait quant à elle Jessica Bélanger, la soeur de Josée. « Les dernières minutes sont dures sur le coeur! »

Par cette victoire de 1-0 sur la France, l'équipe canadienne passe en demi-finales où elle affrontera mardi prochain l'Allemagne qu'elle avait défaite lors du troisième match du tournoi.

Les Allemandes ont disposé de la Chine (no 12) 1-0, plus tôt dans la journée.

Suite à l'attribution d'un carton jaune, Josée Bélanger ne sera pas au jeu, ce qui n'empêche pas ses proches d'attendre avec fébrilité cette prochaine rencontre avec l'équipe allemande. « Elles les ont déjà battues une fois, je suis confiante », affirme Jessica Bélanger. Avec Eve Bonin, La Tribune

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer