Malgré Rio, 38 nageurs dans le lac Mégantic

Les organisateurs de la 10e Traversée internationale du... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Les organisateurs de la 10e Traversée internationale du lac Mégantic Daniel Leduc, délégué technique de la Fédération internationale de natation, Philippe Guertin, champion du 10 km de la Traversée internationale du Lac-Saint-Jean, Julie Caron, présidente d'honneur de l'événement, Kevin Laflamme, président-fondateur et directeur de course de l'événement, et la nageuse Jade Dusablon sont fins prêts.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) Il n'y a pas que les dates qui unissent les Jeux olympiques de Rio à la 10e édition de la Traversée internationale du lac Mégantic, tenue samedi et comptant pour la Coupe du monde FINA/HOSA de nage en eaux libres.

« Une grosse proportion des 50 nageurs qui prendront part au 10 km en eaux libres à Rio, soit 11 nageurs, ont nagé déjà à Lac-Mégantic, à un moment ou à un autre! C'est remarquable! C'est une fierté pour nous! Ils ont pris de l'expérience ici », s'est exclamé Kevin Laflamme, directeur de course à Lac-Mégantic, vendredi en conférence de presse.

Si la présentation en même temps des deux événements sportifs fait en sorte que moins de nageurs se sont présentés à Lac-Mégantic, le fondateur de l'événement de Lac-Mégantic, il y a 10 ans, n'a pas trop fait voir de déception. Une quarantaine de nageurs prendront le départ à Piopolis samedi. La course des hommes s'amorcera à 13 h tandis que celle des femmes commencera à 13 h 15.

« Nous avons 20 nageuses et 18 nageurs, représentant 11 pays, dont le meneur de la Coupe du monde FINA/HOSA, l'Allemand Andreas Waschburger », a confié M. Laflamme.

« Il s'agit d'un excellent groupe de nageurs. Localement, il faut parler de Philippe Guertin, champion du 10km il y a deux semaines à la Traversée internationale du Lac-Saint-Jean, et de Jade Dusablon, de Québec, qui a terminé deuxième pour sa part au 32 km au même endroit, chez les femmes. »

Concernant la météo qui ne s'annonce pas clémente pour la tenue de l'événement, le directeur de course s'est fait rassurant. « La pluie n'est pas véritablement un enjeu, c'est plus l'absence du soleil qui habituellement réchauffe les nageurs. Ce qu'on souhaite, c'est qu'il n'y ait pas d'orage violent. »

Kevin Laflamme a ensuite révélé qu'il s'agissait du chant du cygne pour lui, à titre de directeur de course.

« Après dix ans, c'est maintenant le temps de faire confiance à la relève. D'ailleurs, le bateau roule, le comité organisateur est très bien formé, je n'ai pas de stress à laisser ma place et permettre à d'autres de faire leurs marques. Je passe le flambeau à une ex-nageuse des premiers temps de notre Traversée, Alexandra Désilets. J'ai maintenant deux jeunes enfants en bas âge, il y a la distance à partir de Saint-Joseph-de-Beauce. D'où je réside, c'est loin Lac-Mégantic pour venir aux réunions, ça commençait à être lourd. Je vais revenir comme bénévole, sans doute pour aider, mais je ne serai plus la tête d'affiche! » a-t-il déclaré.

Xavier Desharnais... (La Tribune, Ronald Martel) - image 2.0

Agrandir

Xavier Desharnais

La Tribune, Ronald Martel

Des conditions rudes appréciées par les athlètes

L'eau du lac Mégantic sied plutôt bien au nageur sherbrookois Xavier Desharnais, qui a l'habitude de bien performer à la Traversée internationale du lac Mégantic, la dernière course de la saison comptant pour la Coupe du monde de nage en eaux libres, un marathon de 10 km.

« À Roberval, il y a deux semaines, pour le 32 km, j'ai eu des problèmes au début avec mes épaules qui me faisaient souffrir, et mon maillot qui ne voulait pas coopérer. Il m'a fallu plus de deux heures pour me placer, c'était dur mentalement de voir le peloton s'éloigner. Je suis content de mon effort qui m'a amené de dernier à huitième! » a-t-il raconté.

Pour ce qui est de la météo rébarbative prévue pour aujourd'hui, il a été porté à rire. « Je trouve ça bien le fun! C'est bon pour moi, si je peux rester avec le peloton! Plus c'est nuageux, plus il y a de vagues, même la pluie, ça ralentit la cadence de tout le groupe, mais cela m'avantage, me permet de m'amuser. L'eau plus froide, l'absence du soleil, contrairement aux autres nageurs qui souffrent plus, me permettent de résister plus à la douleur. Je suis dû pour une bonne performance, c'est la dernière de la saison », a confié un Xavier enthousiaste et optimiste.

Pour Philippe Guertin, vainqueur du 10 km à Roberval il y a deux semaines, la météo ne sera pas déterminante non plus. « Je suis fier de représenter mon pays en participant chez nous, au Québec, à cet événement international. Je suis optimiste, ma confiance est à son plus haut, compte tenu de ce que j'ai réalisé au Lac-Saint-Jean. La pluie ne me dérange pas et les vagues, j'aime ça, ça m'avantage», a-t-il témoigné.

Chez les nageuses, Jade Dusablon dit elle aussi aimer les conditions météorologiques plus rudes. « C'est un défi supplémentaire, c'est une de mes forces. Ça va déranger plus les kayakistes qui nous accompagnent! J'ai assez bien récupéré de mon 32 km d'il y a deux semaines, même si je suis encore un peu fatiguée. Mais je veux finir la saison en beauté! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer