Mission accomplie pour Pascal Plamondon

Les Jeux de Rio étaient les premiers et... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

Les Jeux de Rio étaient les premiers et peut-être les derniers de Pascal Plamondon. L'athlète d'Ascot Corner peut aujourd'hui dire mission accomplie.

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Pascal Plamondon ne pouvait rien demander de plus. Un séjour parfait à Rio, une prestation qui dépasse ses attentes et un objectif atteint. Et ce, en plus des deux records canadiens pulvérisés. L'haltérophile d'Ascot Corner n'oubliera jamais sa première expérience olympique.

L'Olympien a soulevé un total de 345 kg, la troisième plus lourde charge du groupe B vendredi matin à Rio. Grâce à ses 155 kg levés à l'arraché et ses 190 kg à l'épaulé-jeté, l'athlète d'Ascot Corner a obtenu le troisième rang provisoire, jusqu'à ce que ses rivaux du groupe A se mettent à l'oeuvre en soirée.

Plamondon a finalement pris le 13e rang. L'Iranien Kianoush Rostami a obtenu l'or après avoir soulevé un total de 396 kg. Le Chinois Tao Tian (395 kg) et le Roumain Gabriel Sincraian (390 kg) ont respectivement obtenu l'argent et le bronze.

« Je suis vraiment satisfait. Je visais le top- 15 et j'y suis parvenu. Mon but, c'était de soulever 340 kg. Je ne pouvais pas espérer mieux. »

Ce total de 345 kg constitue un record olympique canadien chez les moins de 85 kg. Dire que l'Estrien s'était qualifié de peine et de misère aux JO d'été.

« Mon record à l'épaulé-jeté et celui au cumulatif me rendent très heureux également. C'est la plus belle compétition de ma vie et ma meilleure performance jusqu'à maintenant », a révélé Plamondon, rejoint par La Tribune quelques minutes après son exploit.

Tout cela, il l'a fait devant ses parents et sa copine. De quoi rendre cet instant encore plus mémorable.

« Tout était parfait. J'ai adoré mon voyage à Rio du début jusqu'à la fin », admet-il.

Puis contrairement à tout ce qui a été dit de négatif depuis les Jeux olympiques de Rio, Plamondon estime que l'événement connaît un franc succès.

« Dans mon cas, tout était sur la coche. J'ai rien à dire de mal sur les Jeux de Rio. »

Une légère inquiétude

L'athlète de 23 ans s'est payé une petite frousse lorsqu'est venu le moment de se rendre à la pesée officielle tôt le matin : il était trop lourd de 130 grammes. Pourtant, il ne dépassait pas les 85 kg au moment de quitter le village des athlètes.

Son truc? Mâcher de la gomme et cracher suffisamment pour perdre les 130 g.

Autre inquiétude : son essai refusé par les juges même s'ils l'avaient accepté un peu plus tôt. À l'arraché, Plamondon avait réussi son deuxième essai à 155 kg, mais la tentative a été rejetée par la suite. Ce qui l'a forcé à revenir sur le plateau quelques minutes après pour finalement réussir à soulever le poids. Mais il avait malheureusement un essai de moins en banque. Cela ne l'a pas empêché de battre le record canadien par un kg.

« J'ai gardé ma concentration. Ce n'est pas la première fois que je vivais cette situation », a-t-il confié.

La grande question maintenant : est-ce qu'il poursuivra sa route dans le monde de l'haltérophilie en espérant prendre part aux Jeux de Tokyo?

Pascal Plamondon se donnera du temps pour y réfléchir, mais n'a pas l'intention de laisser tomber sa passion aussi rapidement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer