L'équipe canadienne gonflée à bloc

La Coaticookoise Josée Bélanger... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

La Coaticookoise Josée Bélanger

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Neil Davidson

(SAO PAOLO, Brésil) Vingt-quatre heures après une victoire importante contre l'Australie en lever de rideau des Jeux olympiques, l'équipe féminine de soccer du Canada était de retour au boulot jeudi.

La présence de la Coaticookoise Josée Bélanger, qui n'a pas joué contre l'Australie mercredi, demeure incertaine pour le match contre le Zimbabwe vendredi.

Au lendemain d'un spectaculaire triomphe de 2-0, l'attention a été mise sur le repos et la récupération. Toutefois, les Canadiennes ont aussi eu droit à une séance vidéo en prévision du match de samedi contre le Zimbabwe, qui occupe le 93e rang du classement mondial et qui représente une sorte de mystère.

À la première sortie de leur histoire aux Jeux olympiques mercredi, les Africaines ont subi une dégelée de 6-1 contre l'Allemagne, qui se classe au deuxième rang dans la hiérarchie du soccer mondial féminin.

« Nous ne pouvons les prendre à la légère. Il faudra oublier la victoire contre l'Australie et faire preuve d'un très grand niveau de concentration, a fait savoir l'attaquante Melissa Tancredi.

« Nous savons qu'il s'agit d'une équipe imprévisible, a-t-elle ajouté. Nous savons qu'elles sont robustes. Nous savons aussi qu'elles sont en excellente condition physique. »

Selon celle-ci, l'ambiance au sein de l'équipe est positive, mais également réaliste.

« Nous savons qu'il nous reste beaucoup de travail à faire. La route est longue... Si vous perdez cette attitude, vous perdez votre concentration et des matchs. »

Tancredi a amorcé la rencontre contre l'Australie, appliquant la pression qui a mené à un revirement et au but historique de Janine Beckie, marqué après seulement 20 secondes de jeu. Mais elle a été sacrifiée pendant la 23e minute lorsque Herdman a décidé de faire appel à Rebecca Quinn, à la suite de l'expulsion de Shelina Zadorsky.

Celle-ci ratera d'ailleurs l'affrontement de samedi au sujet duquel Herdman a lancé un avertissement.

« Tout le monde s'attend à ce que les équipes récoltent les trois points contre le Zimbabwe, mais vous ne pouvez sous-estimer cette formation. Mais nous occupons le siège du conducteur. C'était important d'obtenir un résultat (contre l'Australie), que ce soit un point ou trois points.

« Ce type de tournoi est très difficile, a enchaîné Herdman. Je ne suis pas sûr que les gens comprennent ce qu'exige un délai de seulement deux jours entre deux matchs. Ainsi, nous avons la chance d'établir une stratégie de repos pour nos 18 joueuses. »

Une victoire contre le Zimbabwe signifierait probablement que le Canada, classé 10e au monde, affrontera l'Allemagne mardi prochain, àBrasilia, pour l'obtention du premier rang du groupe F.

Le gagnant du groupe F affrontera l'équipe de deuxième place du groupe G - probablement la France ou les États-Unis - en quarts de finale à Sao Paulo. La formation de deuxième place du groupe F se mesurera à celle ayant terminé au deuxième rang du groupe E, possiblement la Suède ou le Brésil, à Salvador.

Les deux meilleures équipes de troisième place parmi les trois groupes participeront également aux quarts de finale.

Partager

À lire aussi

  • Une première victoire pour « notre » équipe

    Sports

    Une première victoire pour « notre » équipe

    On l'a espérée tout au long du match, mais son entraîneur a probablement décidé de préserver ses forces pour le prochain, a supposé le père de Josée... »

  • Luc Larochelle | <em>Les yeux ronds comme des ballons</em>

    Perspectives

    Les yeux ronds comme des ballons

    CHRONIQUE / Grâce au succès phénoménal de Foresta Lumina, la gorge de Coaticook est bondée de touristes. La ville, elle, est gorgée de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer