Trimemphré : gagnant à coup sûr

Non-voyant, Frédéric Gauthier et son guide Éric Milot... (Fournie)

Agrandir

Non-voyant, Frédéric Gauthier et son guide Éric Milot ne passeront pas inaperçus en fin de semaine au triathlon Trimemphré de Magog. Le tandem prendra le départ de la distance sprint dimanche matin vers neuf heures.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Frédéric Gauthier est un gagnant! Chaque fois qu'il s'amène à la ligne de départ d'un triathlon, c'est une victoire de plus pour ce triathlète non voyant. Dimanche, Gauthier sera parmi les participants du triathlon sprint au Trimemphré de Magog.

Ce n'est pas un hasard si Gauthier s'amène à Magog pour le Trimemphré. Dimanche, cela fera exactement 21 ans que sa vie a basculé à la suite d'un malencontreux accident. « J'étais camionneur. Un pneu m'a éclaté en plein visage et j'ai perdu la vue. Cela va peut-être vous sembler étrange, mais dimanche je vais souligner ça à ma façon en participant au triathlon. Ma vie n'est pas un cauchemar pour autant. Je m'amuse dans un triathlon », raconte le résident de Mont St-Hilaire.

Celui-ci a participé à son premier triathlon il y a un peu plus d'un an à Gatineau. Depuis c'est la piqûre et il les enchaîne. Un Ironman 70.3 au Triathlon Esprit de Montréal est inscrit à son agenda pour la mi-septembre. Un troisième marathon et un ultra marathon sont d'autres défis à venir.

Pas un athlète

Pourtant, Gauthier fait preuve d'une très grande humilité quand il affirme ne pas se considérer comme un athlète. « Je fais ça pour le plaisir et ma santé, ce qui ressemble davantage à l'étiquette d'un simple sportif, précise-t-il. Le sport me permet de maintenir un bon équilibre mental et de conserver une attitude positive. La détermination que je mets à mon entraînement montre aussi à mes enfants qu'on peut s'accomplir dans la vie malgré un handicap. Ils me le redonnent en me disant chaque fois qu'ils sont fiers de moi quand je reviens d'une course. »

En raison de son handicap visuel, Frédéric Gauthier ne peut évidemment pas nager, pédaler et courir fin seul. La présence d'un guide à ses côtés devient indispensable. Gauthier est tombé sur l'équipier idéal par hasard il y a deux ans.

« J'ai croisé Éric Milot en 2014. Il s'est montré très intéressé à me servir de guide. Il me talonnait presque pour que cette association prenne naissance rapidement. Il regardait le calendrier de 2015 et ciblait des compétitions. Je me suis dit qu'il était très motivé et que c'était peut-être le guide idéal », explique Gauthier, 44 ans.

Sur le terrain

Au-delà du bon vouloir d'Éric Milot, il fallait voir les résultats sur le terrain. « Ça pend un guide plus fort et plus rapide que moi. Je ne peux pas être celui qui sera devant. On me raconte aussi à la blague qu'il a des yeux tout le tour de la tête et que je n'ai pas à m'inquiéter pour ma sécurité. La moindre crevasse, il sait comment la contourner. Difficile de trouver un guide plus complet », fait valoir Frédéric Gauthier.

La nage est la discipline parmi les trois du triathlon qui cause le plus d'embêtements à Gauthier. « Nous sommes reliés par une corde à la hauteur des genoux. En raison des vagues, je peux être déporté vers Éric et lui foncer dedans ou encore à l'inverse on nage assez loin un de l'autre. Il faut simplement que j'évite de paniquer tout en restant confortable et avoir assez d'énergie pour les volets vélo et course à pied », explique Frédéric Gauthier qui estime avoir mis derrière lui ce mauvais souvenir du 31 juillet 1995.

« Je suis le même homme. En réalité oui j'ai changé, mais c'est le cours normal de la vie qui s'en est occupé comme tous les êtres humains. Cela n'a rien à voir avec mon accident », insiste-t-il.

Lorsqu'il se lancera à l'eau dimanche matin autour de neuf heures au lac Memphrémagog, Frédéric Gauthier en inspirera plus d'un par sa force de caractère et sa fougue contagieuse.

Une histoire d'amour qui perdure

Pas de divorce en vue entre les triathlètes et le Trimemphré du Club de triathlon Memphrémagog. Ils seront un peu plus de 2000 à participer samedi et dimanche à la 21e édition de l'événement magogois.

Une histoire d'amour qui s'étire entre les triathlètes et le Trimemphré, toujours le plus gros triathlon au Québec. « On avait attiré 2500 triathlètes l'an dernier, mais si vous vous rappelez bien, nous étions les hôtes aussi d'un championnat canadien et d'une course Pan-Am qui ne sont pas de retour cet été. On ne pensait pas dans ce contexte atteindre le chiffre de 2000 participants. Ça ne devrait plus nous étonner, mais la réponse des athlètes de tous les âges est tout simplement formidable année après année. C'est vrai que le sport se porte bien au Québec et que nous en profitons par la bande. Mais on dirait que les triathlètes se passent tous le mot pour se retrouver chez nous à Magog année après année », a mentionné le directeur de course René Pomerleau.

Contrairement aux années antérieures, le demi Ironman, épreuve reine du Trimemphré, se déroulera dès samedi au lieu de dimanche. Sur le coup de sept heures, la première vague de triathlètes plongera dans le lac Memphrémagog.

« Le demi Ironman accueillera cette année un nombre record de participants pour notre événement. Le fait que ce soit le championnat provincial n'est pas étranger à ce phénomène. La course sera très relevée », soutient René Pomerleau.

Au total, plus d'une quarantaine de départs se succéderont samedi et dimanche à la tête du lac Memphrémagog, à proximité du stationnement Cabana.

En plus des épreuves habituelles, mentionnons les nouveautés que représentent l'aquavélo (nage et vélo) et les trois courses pour les jeunes de 15 ans et moins qui se dérouleront sur deux jours. Dimanche sera couronnée l'équipe championne au total des points accumulés durant la fin de semaine.

Dans un autre ordre d'idées, mentionnons que les activités du Trimemphré se termineront plus tôt samedi et dimanche, ce qui réduira la fermeture partielle et complète de certaines rues avoisinantes, dont la route 112 entre le chemin Southière et l'Étoile sur le Lac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer