• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Les triathlètes de Magog-Orford s'éclatent à Lake Placid 

Les triathlètes de Magog-Orford s'éclatent à Lake Placid

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) C'est à croire que la région Magog-Orford est devenue un des berceaux des triathlètes Ironman au Québec. Présents au triathlon Ironman de Lake Placid, pas moins de quatre triathlètes de la région ont obtenu leur qualification pour le Championnat mondial Ironman qui sera disputé au mois d'octobre à Kona, à Hawaï.

Encore plus impressionnant de savoir que sur les 40 places à Lake Placid qui donnaient droit à un billet pour Kona, quatre l'ont été par des athlètes de Magog-Orford. Ces derniers repartent donc avec 10 pour cent des qualifications en poche. Quelque 2600 athlètes avaient mis le cap sur Lake Placid.

Katy Létourneau (1re femme 45-49 ans; 11 h 24 m 16 s), Bernard Tourigny (2e homme 50-54 ans; 10 h 14 m 35 s) de l'équipe Vivre à Fond, Roger Girard (2e homme 60-64 ans; 11 h 38 m 51 s) et Eva Alexy (1re femme 65-69 ans; 13 h 54 m 24 s) de l'équipe Endurance Aventure prendront donc la direction d'Hawaï pour le Championnat du monde.

Geneviève Bélanger, également de l'équipe Vivre à Fond, était aussi au départ de Lake Placid même si elle avait déjà obtenu sa qualification pour le Championnat du monde plus tôt dans l'année au Championnat nord-américain disputé au Texas. La magogoise a dompté le parcours de Lake Placid en 10 h 31 m 21 s pour une troisième place chez les femmes 30-34 ans. Chez les professionnelles, son chrono lui aurait valu une excellente cinquième position.

Mission accomplie

Tous ces triathlètes avaient le sourire facile à leur retour à la maison. « Ce sera ma 7e présence à Hawaï, dont quatre au cours des quatre dernières années, raconte Roger Girard. Je ne m'en lasse pas. C'est l'Ironman le plus prestigieux. »

« Je n'ai pas la même expérience que les quatre autres et j'étais peut-être la plus nerveuse à la ligne de départ. J'ai bien géré ma course. Maintenant, je vais récupérer. J'en ai besoin », commente Katy Létourneau.

L'aînée du groupe à 65 ans, Eva Alexy revivait la course dans sa tête. « Le parcours était montagneux. Ça commence à être plus ardu pour mes vieilles jambes, déclare Alexy, sourire en coin. Je suis très contente de me retrouver au Championnat du monde. Ce sera une première pour moi de faire deux triathlons Ironman la même année. J'ai hâte de vivre ça. »

Fidèle à son habitude, Geneviève Bélanger n'a pas pris les choses à la légère à Lake Placid, même si elle avait déjà sa qualification pour Kona. « Je vise toujours à donner le maximum tout en tenant compte du contexte. Il n'était pas question que je me la coule douce. C'est important aussi d'avoir des bonnes sensations dans les trois épreuves. Je peux dire mission accomplie et je suis heureuse de voir que nous aurons une bonne délégation à Kona, d'autant plus que d'autres triathlètes pourraient se greffer lors d'une prochaine qualification », a fait-elle valoir.

Bernard Tourigny était en Floride au moment de rédiger cet article.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer