Forte compétition en vue au Challenger

Président et directeur général du Challenger, Alain Faucher... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Président et directeur général du Challenger, Alain Faucher (debout) n'a pas caché sa fierté en parlant de la qualité des athlètes attendus à Granby.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Le Challenger Banque Nationale de tennis de Granby est comme le bon vin. Il s'améliore en vieillissant.

Vendredi midi, lors d'une conférence de presse très courue au club de golf Miner, on a dévoilé l'identité de ceux et celles qui participeront à la prochaine édition du tournoi. Et à défaut de contenir le nom d'une tonne d'athlètes connus, la liste est impressionnante en termes de qualité de joueurs.

Certes, on vous l'a déjà dit auparavant. Mais cette fois, ça saute aux yeux: le 21e Challenger s'annonce comme le plus relevé de l'histoire.

Pour la toute première fois, aucun Canadien n'a réussi à accéder directement au tableau principal grâce à son classement. Ainsi, les Frank Dancevic et Aleksandra Wozniak devront recevoir un laissez-passer pour participer à l'événement. C'est vous dire. Les juniors Félix Auger-Aliassime et Charlotte Robillard-Millette, qui avaient atteint les quarts de finale il y a un an, recevront assurément aussi une invitation.

Pour la première fois également, le tableau féminin est plus relevé que le masculin. Ainsi, on retrouve pas moins de 10 joueuses dans le top-150 et la joueuse la moins bien classée parmi les 22 premières inscrites se retrouve au 202e rang mondial. La favorite est une Roumaine, Patricia Maria Tig, 99e joueuse mondiale.

Le favori masculin est un Français, Stéphane Robert, qui pointe au 83e rang mondial. À 36 ans, il a remporté sept tournois de type Challenger en carrière. Cette année, il a atteint le deuxième tour à Roland-Garros et le troisième aux Internationaux d'Australie.

L'Australien Jordan Thompson, 88e au monde, est l'autre joueur du top-100 attendu à Granby.

«Très honnêtement, je ne sais trop comment expliquer la très grande qualité du tableau, a expliqué le directeur du tournoi, Eugène Lapierre. On savait que le fait de présenter le tournoi après la Coupe Rogers risquait d'avoir des conséquences positives sur le Challenger, mais je reste quand même étonné par la liste que nous avons. C'est impressionnant.»

Le Français Vincent Millot, champion l'an dernier, reviendra à Granby. Mais oubliez la Britannique Johanna Konta qui, après avoir triomphé chez nous, est actuellement classée 18e au monde.

Le Challenger sera présenté du 30 juillet au 7 août.

Ça va se bousculer

La force du tableau va faire en sorte que ça va se bousculer pour obtenir un laissez-passer tantôt. Si Dancevic, Auger-Aliassime et Denis Shapovalov (qui vient de remporter le volet junior de Wimbledon) de même que Wozniak, Robillard-Millette et Françoise Abanda n'ont pas à s'inquiéter, les Philip Bester, Peter Polansky et Felip Peliwo devront faire leurs prières afin de recevoir la précieuse invitation qui restera et ainsi éviter les qualifications.

Les gens de Tennis Canada ont aussi eu de bons mots, vendredi, pour l'Ontarienne Bianca Andreescu, 16 ans, qu'ils qualifient de «très gros espoir». Elle pourrait obtenir un laissez-passer.

«Le Challenger n'aura jamais représenté un aussi gros défi pour nos athlètes, a repris Eugène Lapierre. Granby n'a jamais été une partie de plaisir, mais cette année, vraiment, la compétition sera intense.»

Plus loin, le président et directeur général Alain Faucher avait le sourire facile.

«Le calendrier nous avantage probablement, mais je pense que la réputation de notre tournoi commence à véritablement jouer en notre faveur, a-t-il dit. Le mot se passe: Granby est en train de devenir quelque chose qui ressemble à un incontournable.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer