Deux fractures pour Goulet-Veilleux

Le secondeur recrue Olivier Goulet-Veilleux a subi une... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le secondeur recrue Olivier Goulet-Veilleux a subi une fracture du tibia et du fibula jeudi, si bien qu'il sera à l'écart du jeu pour au moins six mois.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Comptois
Le Droit

(Ottawa) Couché au sol et entouré d'une dizaine de préposés médicaux, Olivier Goulet-Veilleux criait de douleur sur le terrain. Sa jambe gauche venait de plier comme elle ne devrait pas.

Quelques heures plus tard, le secondeur québécois du Rouge et Noir s'est retrouvé sur une table d'opération dans un hôpital de Montréal. Le diagnostic des médecins? Fracture du tibia de même que du fibula.

« Je me sens très mal pour lui. La vie n'est pas juste », a soutenu le directeur général Marcel Desjardins, vendredi matin, au lendemain de la victoire des siens contre les Alouettes.

Goulet-Veilleux ratera au moins de « six à huit mois ». Il s'est blessé au deuxième quart sur un retour de botté de dégagement.

Un joueur des Alouettes, Martin Bédard, est tombé contre sa jambe.

« On nous a dit rapidement de ne pas l'approcher tellement ce n'était pas beau à voir, a relaté le quart Trevor Harris, qui a tout de même tenu à consoler la recrue.

« J'ai prié pour lui afin que Dieu le guérisse rapidement », a-t-il ajouté.

Il s'agissait d'un deuxième match en carrière pour Goulet-Veilleux dans la LCF. Sa mère et des amis assistaient à cette joute contre les Alouettes.

« Quand je l'ai vu en douleur sur le terrain, j'ai revu en tête les deux dernières années qu'il a vécues », a confié son agent Fred Weinrauch, qui se trouvait ces dernières heures au chevet de l'ancien joueur du Vert et Or de Sherbrooke.

Goulet-Veilleux a été snobé au repêchage de la LCF en 2015. Il a donc disputé une dernière année dans les rangs universitaires. Puis il a participé à des essais avec quelques clubs en avril, sans toutefois obtenir de contrat.

Il a fallu plusieurs blessures à des joueurs canadiens pour que le Rouge et Noir lui fasse signe lors de la dernière semaine du camp d'entraînement. Il a participé à une pratique et un match hors-concours.

Ce fut suffisant pour lui valoir une place dans l'alignement régulier au sein des unités spéciales.

« Il jouait très bien », a tenu à souligner Desjardins.

D'autres cas

Ce ne fut pas le seul éclopé de cette visite à Montréal.

Le porteur de ballon Travon Van ratera « plus qu'une semaine », a indiqué le dg du Rouge et Noir. Il n'a pas terminé la première demie, lui qui avait déjà accumulé 86 verges au sol.

Van remplaçait le demi-offensif William Powell, qui s'est déchiré le talon d'Achille lors du camp d'entraînement.

Ce n'est pas tout. Le petit Jamill Smith n'a effectué qu'un retour de botté avant de prendre la direction de l'infirmerie. « Ça n'aide pas de devoir jouer deux matches en quatre à cinq jours. Les gars sont plus fatigués et ça contribue à des blessures », a déploré Desjardins.

Ottawa avait affronté les Eskimos d'Edmonton, le 25 juin. Un match dans lequel il avait perdu les services du vétéran quart Henry Burris, qui ratera les cinq prochains matches en raison d'un problème à un doigt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer