La boîte de vers

Le repêchage 2016 de la LNH est maintenant... (Archives, La Presse)

Agrandir

Le repêchage 2016 de la LNH est maintenant chose du passé, et P.K. Subban est toujours avec le Canadien de Montréal.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Le repêchage 2016 de la LNH est maintenant chose du passé, et P.K. Subban est toujours avec le Canadien de Montréal.

S'il n'a finalement pas changé d'adresse, malgré les nombreuses rumeurs entourant cette possibilité, Subban fut sans contredit le talk of the town à Buffalo pendant au moins deux jours complets.

J'avais fait état de rumeurs évoquant la possibilité de voir le CH transiger avec les Jets de Winnipeg, dans un billet publié mercredi dernier dans La Tribune. Les rumeurs ne se sont pas arrêtées là. L'ancien du Canadien Georges Laraque a plutôt lancé que le CH cherchait à transiger avec les Oilers, détenteur du quatrième choix du général. Des infos corroborées en partie par les réputés journalistes Darren Dreger et Bob McKenzie.

L'ancien de la LNH et maintenant analyste à TSN Ray Ferraro, de son côté, évaluait les chances que le Canadien échange Subban vendredi, jour 1 de la tenue de la première ronde du repêchage, à 50 %.

Ajoutez à cela les propos du DG des Canucks de Vancouver, Jim Benning, qui a avoué avoir lâché un coup de fil à Marc Bergevin pour s'enquérir de la disponibilité du P.K. national - Benning a été mis à l'amende pour 50 000 $ par la LNH pour ces propos - et vous avez là les ingrédients pour une marmite bien pleine de rumeurs.

Et le comble, Gary Bettman qui lâche un solide « We have a trade to annonce », tout juste avant la deuxième sélection des Jets de Winnipeg! Un échange impliquant le CH, en plus! Le parquet de journalistes était en émoi.

Mais non. Finalement, le Canadien a échangé Lars Eller à Washington et il a acquis Andrew Shaw des Hawks de Chicago. Pouet pouet.

Marc Bergevin a dû, en fin de journée jeudi, répondre à un barrage de questions en anglais et en français, sur le cas P.K.. S'il a dit qu'il ne magasinait pas son défenseur étoile, il n'a pas non plus clairement indiqué que Subban n'était pas intouchable ou indisponible. Simplement qu'il écoutait, mais que la discussion n'était jamais très longue.

Avouez, on a déjà fait dans le plus convaincant.

Et maintenant, on fait quoi? Sûrement que toute cette saga a dû, pour le moins, agacer Subban et son clan. Les deux parties ont eu, disons, quelques démêlées dans le passé, à commencer par la houleuse séance d'arbitrage menant à l'obtention de son contrat de transition.

Que P.K. soit encore avec l'équipe, après tout ce brouhaha signifie que l'organisation du CH devra réparer les pots cassés. Les trop nombreuses rumeurs balayées du bout des lèvres par le CH trouveront certainement, encore, écho chez les journalistes lorsque s'amorcera la saison de l'équipe, lors du tournoi de golf.

Encore des distractions. Mais pire, jusqu'à présent, encore des lacunes à combler dans l'alignement tricolore.

Et avec la petite marge de manoeuvre sous le plafond salarial dont Bergevin dispose, ce dernier devra être très créatif pour réellement améliorer son club.

Un Carey Price en santé améliore de beaucoup, beaucoup, le Canadien. On le sait. Mais on a aussi vu ce que le CH a l'air quand le grand gardien est absent. Et ça c'est inquiétant.

Est-ce que le Canadien sera actif vendredi?

David Perron disponible?

Et si David Perron signait avec le Canadien de Montréal? L'option est plausible. Le CH a besoin d'un ailier gauche pour compléter son top 6 et les demandes salariales du Sherbrookois seraient certainement à la portée de l'organisation montréalaise.

Magogois d'adoption, père depuis quelques mois, il y a fort à parier qu'Allan Walsh et son client seraient attentifs à une proposition sérieuse du Canadien.

Perron a beaucoup voyagé depuis qu'il a été choisi par les Blues de Saint-Louis, en 2007 (26e choix au total) et il a joué avec quatre équipes jusqu'ici (Pittsburgh, Edmonton et Anaheim).

Il vient tout juste de compléter un pacte de quatre ans qui lui rapportait 4,5 millions à sa dernière année. Perron a un potentiel offensif intéressant, avec 332 points en 570 matchs depuis son entrée dans la LNH, effectuée à 18 ans. Il n'a que 28 ans. En voilà un autre qui amènerait du caractère à l'alignement du Tricolore!

Perron sera l'un des participants au match des champions mercredi soir au parc Central de Fleurimont, dans le cadre du tournoi de balle du Pif. On en saura certainement un peu plus à ce moment-là.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer