Serena Williams en confiance

Serena Williams en a surpris plusieurs en se... (The Associated Press)

Agrandir

Serena Williams en a surpris plusieurs en se révélant incapable d'enlever les honneurs des trois derniers tournois majeurs après avoir remporté celui de Wimbledon en 2015.

The Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
The Associated Press
La Tribune

(LONDRES) Serena Williams n'a pas gagné de tournoi du Grand Chelem depuis Wimbledon l'an dernier, mais la championne de 21 tournois majeurs en carrière semble persuadée de pouvoir défendre son titre à la veille du coup d'envoi de la compétition.

« Honnêtement, je ne ressens pas de pression, a dit Williams, qui a offert des réponses très courtes lors de sa conférence de presse d'avant-tournoi dimanche. Je me sens bien et j'ai confiance. »

Williams en a surpris plusieurs en se révélant incapable d'enlever les honneurs des trois derniers tournois majeurs.

Elle s'est inclinée devant l'Italienne Roberta Vinci en demi-finale des Internationaux des États-Unis en 2015, devant l'Allemande Angelique Kerber en finale des Internationaux d'Australie en janvier et devant l'Espagnole Garbine Muguruza en finale des Internationaux de France plus tôt ce mois-ci.

Plutôt que de songer à ces revers, Williams préfère se concentrer sur la tâche qui l'attend.

« Je crois qu'il est important de tirer des leçons de chaque défaite, a-t-elle dit. Je crois, en particulier, que j'ai bien fait tout au long de ma carrière pour apprendre de mes défaites et devenir une meilleure joueuse. »

Williams entamera le tournoi de Wimbledon à titre de no 1 mondiale pour une 300e semaine consécutive.

Cependant, Muguruza, Kerber, Agnieszka Radwanska et Simona Halep pourraient toutes se hisser devant elle d'ici la fin de la quinzaine londonienne.

Williams affrontera au premier tour mardi la Suissesse Amra Sadikovic, 148e joueuse mondiale. Une joueuse qu'elle ne connaît absolument pas, de son propre aveu.

« Peu importe contre qui je joue, a-t-elle répondu. Ça n'a pas d'importance. »

Tout comme Williams, le double champion en titre Novak Djokovic est arrivé à Wimbledon sans avoir pris part à un seul tournoi préparatoire sur le gazon.

Leur approche est toutefois fort différente : Williams insiste pour dire qu'elle ne ressent pas la pression, alors que le Serbe estime qu'il est impossible de se soustraire aux attentes.

« Elles sont toujours là. La pression fait partie du sport, a-t-il expliqué. Ce genre de sensation est inévitable pour un joueur au sommet de la hiérarchie, parce qu'on s'attend à de bons résultats et à ce qu'il atteigne au moins le carré d'as, sinon la finale. »

Djokovic commencera son parcours vers la conquête d'un quatrième titre à Wimbledon en affrontant l'invité britannique James Ward.

Le Serbe espère toujours devenir le premier joueur depuis Rod Laver en 1969 à réussir un Grand Chelem au cours d'une même saison, après avoir triomphé aux Internationaux d'Australie et de France plus tôt cette année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer