Sport Canada largue Sébastien Beaulieu

Sébastien Beaulieu n'a plus le support financier de... (Photo fournie)

Agrandir

Sébastien Beaulieu n'a plus le support financier de Sport Canada, mais veut tout de même aller aux Jeux olympiques de 2018.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

La Tribune

(Sherbrooke) Deux ans séparent Sébastien Beaulieu des Jeux olympiques de Pyeongchang 2018. Pourtant après la meilleure saison de sa carrière, le jeune homme s'est fait retirer l'aide financière de Sport Canada. De nouveaux critères d'admissibilité établis par la fédération Canada Snowboard, basés sur l'âge des athlètes, sur lesquels Sport Canada se base, sont à l'origine de cette coupe.

Au cours des deux dernières années, le planchiste a reçu 22 600 $ par an grâce au brevet de développement du Programme d'aide aux athlètes de Sport Canada (PAA). « Avant, le critère d'admissibilité était en durée, donc on ne pouvait pas avoir accès au brevet plus de cinq ans. Pour une raison peu rationnelle, Canada Snowboard a changé les critères pour que les athlètes de plus de 25 ans ne soient plus admis », explique l'athlète.

Seulement quatre mois l'empêchent d'avoir le brevet PAA. « J'ai 25 ans et quatre mois. Selon les nouvelles règles, c'est trop même si je suis en pleine progression. » Le jeune homme a terminé au 38e rang du classement de la Coupe du monde FIS et a décroché la deuxième place lors de la Coupe Nor-Am.

Ce support de Sport Canada est la principale source de revenus de Beaulieu. « C'était essentiel à la continuation de ma carrière, puisque Canada Snowboard ne couvre aucune des dépenses reliées à mon sport (hébergement, avions, assistance technique, physiothérapie, psychologie sportive, etc.) tout en me chargeant 5000 $ chaque année pour couvrir le salaire de l'entraineur de l'équipe nationale. »

Bien qu'il ait porté sa cause devant un arbitre du Centre de règlement des différends sportifs du Canada, rien n'y fait. « Même s'il y a plusieurs problèmes dans l'analyse de mon dossier, rien ne bouge. L'arbitre a dit qu'il ne pouvait pas faire grand-chose puisque Sport Canada a reconnu que les critères de Canada Snowboard étaient conformes au brevet APP. Il n'avait pas le pouvoir de juger si ces critères sont satisfaisants pour les athlètes », ajoute Beaulieu.

Il a également contacté la ministre canadienne des Sports et des personnes handicapées, Carla Qualtrough, mais il reste sans réponse.

Les olympiques à portée de main

Sébastien Beaulieu ne reste cependant pas sans rien faire. Il a lancé une campagne de sociofinancement, « En route vers Pyeongchang 2018! », où il espère récolter 50 000 $.

Pour prendre part aux Jeux olympiques, il doit être dans le top 32 mondial. « J'ai bon espoir d'y arriver puisque je suis seulement allé à cinq des sept compétitions mondiales et que je me suis classé au 38e rang », ajoute-t-il.

Pour l'aider à « atteindre son rêve », visitez le www.sebbeaulieu.com/JO2018.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer