Du terrain de golf à la chaloupe

Micheline Despré, Murielle Roy, Denis Brisebois et Nelson... (La Tribune, Luc Larochelle)

Agrandir

Micheline Despré, Murielle Roy, Denis Brisebois et Nelson Roy, habitant tous à Sherbrooke, se connaissaient à peine avant de partir pour un séjour dans le secteur Wessonneau de la réserve faunique du Saint-Maurice, un des territoires les plus convoités au Québec pour pêcher la truite mouchetée.

La Tribune, Luc Larochelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / La plupart des voyages de pêche sont planifiés entre amis des mois à l'avance. Ce ne fut pas le cas pour celui qui suit.

Deux couples sherbrookois sont récemment partis ensemble pour la réserve faunique du Saint-Maurice alors qu'ils se connaissaient à peine. En fait, Murielle et Nelson Roy de même que Micheline Després et Denis Brisebois ne s'étaient jamais croisés avant de se retrouver au sein du même quatuor pour une partie de golf.

« Nous avons fait connaissance en échangeant sur le terrain comme le font tous les golfeurs. Denis me parlait de pêche, il me racontait avoir réservé un séjour pour quatre personnes dans un chalet de la réserve du Saint-Maurice et être à la recherche de partenaires. Quand il a précisé que c'était dans le secteur Wessonneau, même si je ne suis pas le plus grand connaisseur, ça n'a pas été long que j'ai cliqué », raconte Nelson Roy.

Le secteur Wessonneau est l'un des plus convoités dans les réserves fauniques du Québec. Après y avoir accompagné des amis dans le passé, M. Roy avait souvenance d'être débarqué au royaume des grosses mouchetées.

« Ça ne m'a même pas pris une demi-heure pour convaincre ma femme Muriel que nous ne pouvions pas rater une pareille occasion », ajoute-t-il.

Jusque-là, Denis Brisebois ne savait pas qu'il détenait de véritables billets de loge.

« En contactant la centrale des réservations de la Sépaq, le matin où les forfaits de pêche ont été mis en vente à la fin du mois d'avril, j'avais arrêté mon choix sur cette réserve réputée. Mais, je ne connaissais absolument pas les territoires. Je m'orientais vers le lac Normand et c'est le préposé qui m'a signalé qu'il y avait des disponibilités au Wessonneau, le secteur le plus demandé », admet le frangin du regretté Rhéaume « Rocky » Brisebois, qui fut un coloré personnage du journalisme sportif au Québec.

Après quelques soupers pour apprendre à mieux se connaître et dresser la liste des articles à apporter, les deux couples ont pris la route de la Mauricie.

« La chimie s'est rapidement installée et nous passons un magnifique séjour », savoure Micheline Despré en m'offrant un café à l'intérieur de l'un des six nouveaux chalets du secteur Wessonneau.

Plancher de bois franc, céramique dans la salle de bain, balcon avec moustiquaire, escalier en pierres jusqu'au quai, c'est le grand luxe.

« Les installations, les accès tout est pratique, c'est franchement impressionnant », lance Murielle Roy.

« Un investissement considérable a été nécessaire pour adapter notre site d'hébergement à la qualité de pêche que nous offrons. Nos clients ont maintenant la chance de bénéficier de cette qualité sans qu'il leur en coûte plus cher qu'ailleurs dans le réseau », se réjouit le jeune directeur de la réserve, Francis Desjardins.

M. Brisebois lui glisse une remarque.

« Tant qu'à avoir des panneaux solaires pour alimenter les chalets en énergie, ça prendrait des convertisseurs et de prises pour recharger les cellulaires ou nos batteries de moteur électrique. Ça ne vous coûterait pas une fortune ».

« C'est noté sur ma liste des améliorations à prévoir », assure M. Desjardins.

La semaine prochaine, nous parlerons de qualité de pêche dans le territoire Wessonneau. Ça provoque un déclic pour vrai!

Les brunes du lac Wallace

Le Club de chasse et pêche de Coaticook vous convie ce samedi à son tournoi de pêche estival au lac Wallace, l'un des rares plans d'eau estriens où une association sans but lucratif est encore un propriétaire riverain, ce qui lui permet d'offrir à longueur d'année une rampe de mise à l'eau et d'accès à bas prix. On y pêche plusieurs espèces, dont la truite brune.

Les coûts d'inscription au tournoi sont de 10 $ pour les membres, 20 $ pour les non membres alors que tous les jeunes de moins de 12 ans peuvent participer gratuitement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer