Le Pif voit double en 2016

C'est avec une classe locale revampée que le... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

C'est avec une classe locale revampée que le Pif lancera sa 41e édition. Sylvain Pelletier, qui a joué avec Location Pelletier dès 1996 au Pif, a joint sa voix au comité organisateur afin de bonifier le nombre d'équipes dans cette catégorie. Il est accompagné du président Marco Leclerc, de René Dépatie, du directeur général Jean-Charles Doyon et de la mascotte du tournoi.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Il y aura des équipes américaines, il y aura de gros cogneurs américains et canadiens lors du concours de coups de circuit, mais il y aura aussi deux fois plus d'équipes dans la classe invitation à la 41e édition de la Classique Pif de balle donnée, qui monopolisera le parc Quintal de Fleurimont du 27 juin au 3 juillet.

Ce rehaussement de la popularité de la classe locale était une priorité pour le comité organisateur. S'il est agréable pour les amateurs d'être témoin des prouesses des impressionnants cogneurs américains, la participation massive d'équipes du Québec aux activités de la classe locale est une prérogative importante de la pérennité du tournoi et de la pratique du sport.

Seulement quatre équipes ont participé à la compétition en classe locale, en 2015, un nombre anormalement bas.

C'est pourquoi Sylvain Pelletier, qui a joué pour la première fois au Pif en 1996, et qui a cumulé les succès tant dans la classe locale, a décidé de donner quelques suggestions au comité organisateur afin de revamper les activités de cette classe.

« Le problème, quand on réussit à amener de nouvelles équipes au Pif, c'est qu'on ne leur donne pas beaucoup de chances en partant. Elles affrontent de bonnes équipes, rapidement, et c'est un peu décourageant. J'ai suggéré que, si on a 10 équipes, les équipes un peu plus fortes s'affrontent entre elles, dès le départ, et celles qui sont un peu moins fortes font de même. Ainsi, les gars ont la chance de jouer au parc Quintal, devant de grosses foules, et ils ont de bonnes chances de gagner. Ça incite à revenir », a indiqué celui qui a une équipe dans chaque classe, l'équipe Honda.

« Il y a d'autres petites modifications, mais ça a porté fruit; j'avais 12 équipes inscrites avant les Fêtes. On a 12 équipes pour la compétition et deux qui sont en attente. J'ai même des gens qui m'appellent pour avoir des infos pour l'an prochain. »

« Le vendredi et le samedi, au Pif, c'est pas mal occupé, il y a du monde, des feux d'artifice, un concours de coups de circuit et tout. Mais la semaine, ce sont les gars d'un peu partout au Québec qui jouent, et c'est de la très bonne balle. Il a de monde, les gars aiment l'ambiance, c'était important de ramener l'intérêt », a indiqué M. Pelletier, qui aimerait s'impliquer davantage dans le recrutement des équipes, tant pour la classe provinciale qu'invitation, pour les éditions à venir.

Au total, ce sont 42 équipes qui vont se disputer les grands honneurs dans les quatre catégories proposées, soit classe provinciale masculine et féminine, ainsi que la classe invitation, masculine et féminine.

Par ailleurs, 2016 permettra aux amateurs d'ici de voir à l'oeuvre l'équipe Derby Girles/ASAP/Combat, qui a gagné l'an dernier en catégorie B lors de la Série Mondial de la USSSSA (United states specialty sports association), considérée par plusieurs comme la meilleure équipe féminine au monde. Elle trône d'ailleurs au sommet de la USSSSA women' s major.

Un événement enraciné à Fleurimont

Bénévoles, partenaires et comité organisateur, tout le monde à mis la main à la pâte pour que cette 41e édition s'inscrive dans la même veine que la précédente, qui fut un succès populaire sur toute la ligne.

Le Pif bâtit sur du solide, année après année, avec ses classiques; l'animation pour les jeunes, les feux d'artifice, la compétition de coups de circuit et l'accès gratuit au site pour tous.

« Avec l'engouement généré l'an dernier, il fallait continuer. C'était important de mettre un bon produit sur le terrain. Le défi qu'on avait était de renouvelé nos équipes et d'offrir une bonne compétition. On s'est entourés de gens passionnés comme Sylvain Pelletier, lui qui joue à la balle depuis des années, de nous aider. On a eu un bon recrutement local. On a aussi cinq équipes américaines cet été, tant masculines que féminines », a dit le directeur général de l'événement, Jean-Charles Doyon.

« Le Pif, c'est le premier événement de l'été. L'école se termine le vendredi, et le Pif commence le lundi. Ce sont les premiers feux d'artifice de l'été. Les gens aiment se rassembler, on crée un happening. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer