Un nouveau départ pour Éric Bélanger

Éric Bélanger... (Archives PC)

Agrandir

Éric Bélanger

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Si les téléspectateurs étaient habitués de voir Éric Bélanger devant sa webcam de la Floride lors de ses interventions à RDS, l'image se clarifiera bientôt : l'ancien hockeyeur professionnel de Sherbrooke déménagera vers Québec pour des raisons familiales en espérant également amorcer une nouvelle carrière derrière un banc.

Celui qui a porté sept uniformes de la Ligue nationale de hockey a fait valoir son intérêt à la formation midget AAA du Blizzard du Séminaire Saint-François et aux Remparts de Québec dans la LHJMQ.

«J'ai quelques options devant moi, il suffit de trouver la meilleure. J'aimerais en effet devenir entraîneur-chef dans le midget AAA ou bien encore être l'adjoint de mon bon ami Philippe Boucher avec les Remparts. On verra ce qui va fonctionner!» affirme celui qui habitait Lennoxville durant sa jeunesse.

Rappelons que Philippe Boucher ne peut compter que sur un seul adjoint depuis le congédiement de Martin Laperrière.

Le «coaching» dans le sang

Éric Bélanger admet avoir adoré l'expérience en Floride alors qu'il dirigeait une formation bantam AA sous la structure des Panthers :

«Ce n'est pas tous les anciens joueurs professionnels qui peuvent devenir de bons entraîneurs et moi je crois posséder les qualités pour diriger une équipe de haut niveau. En discutant avec d'anciens joueurs comme Guillaume Latendresse, j'ai eu le goût de tenter ma chance à mon tour et d'acquérir de l'expérience dans ce métier. Félix Potvin semble aussi apprécier le calibre.»

Qu'il soit dans le bantam AA, le midget AAA ou la LHJMQ, il n'y a aucune différence selon Bélanger.

«Je connais les systèmes de jeu. Mettre des X ou des O sur un tableau dans le midget AAA ou la LHJMQ, c'est la même chose. Je pense aussi être bon avec les jeunes.»

Rappelons que l'ancien des Kings de Los Angeles, du Wild du Minnesota et des Oilers d'Edmonton, pour ne nommer que ces formations, a également joué en Russie dans la Ligue continentale en 2013-2014 pour l'Automobilist de Yekaterinburg.

L'athlète sherbrookois n'avait pas du tout apprécié l'expérience, ce qui l'avait poussé à la retraite.

«Je vais continuer de faire de la télé. J'adore ça! Je passerai aussi du temps en famille avec mes deux enfants et en devenant entraîneur ici, ça me tiendrait occupé!»

Assez occupé, bref, pour lui retirer le titre de retraité.

«Ce serait un nouveau départ et j'ai hâte de savoir ce qui se concrétisera», résume Éric Bélanger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer