Alouettes: les quarts en mode partant

La congestion qui prévaut au poste de pivot... (Spectre média, Julien Chamberland)

Agrandir

La congestion qui prévaut au poste de pivot chez les Alouettes a incité Anthony Calvillo à avoir une discussion avec le vétéran Kevin Glenn afin de s'assurer qu'il soit mis au diapason de l'équipe.

Spectre média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Si la descente aux enfers des Alouettes de l'an dernier est largement attribuable à l'attaque aérienne qui n'a jamais décollé, le scénario risque d'être différent en 2016 si l'on se fie à l'énergie et à l'enthousiasme déployés par les différents pivots de l'équipe dimanche lors de l'ouverture du camp d'entraînement.

Même s'il s'agit d'un secret de polichinelle que le vétéran de 36 ans Kevin Glenn devrait amorcer la saison comme partant, chacun des quarts-arrière présents au Coulter field de l'Université Bishop's s'entraînait comme s'il leur incombait d'amorcer le match inaugural de la saison contre les Blue Bombers, à Winnipeg, le 8 juin prochain.

« Chaque joueur dans la CFL désire être un partant un jour, admet d'emblée la recrue Vernon Adams fils, acquis des Lions de la Colombie-Britannique en retour d'un choix de premier tour en 2017. Mais pour le moment tout ce que je peux contrôler, c'est apprendre des plus vieux quarts-arrière et des entraîneurs et espérer que ça me permettra de mériter un poste. »

Même son de cloche pour Rakeem Cato, qui dit ne pas avoir été affecté négativement lorsque mis au parfum que les Alouettes magasinaient pour l'obtention d'un quart-arrière au cours de la saison morte.

« Je dois être un professionnel, signale-t-il. Mon travail, c'est d'arriver ici et d'être prêt à compétitionner au plus haut niveau, de pousser Kevin Glenn et tous les autres quarts à être meilleurs s'ils veulent le poste. De ne rien tenir pour acquis et d'être un bon coéquipier. C'est la seule chose que je peux faire de mon côté. »

Avec une attaque anémique qui a terminé aux bas-fonds de la Ligue canadienne de football en ce qui a trait aux verges aériennes (4052 verges) et aux touchés (24), les Alouettes ont connu le même sort en 2015 en étant exclu des séries éliminatoires pour la première fois depuis leur retour à Montréal en 1996. Arrivé en fin de saison l'an dernier, Kevin Glenn assure que tout le monde a mis de côté les pensées négatives pour se recentrer uniquement sur le positif, leur attitude et leur rôle à jouer pour faire des Oiseaux une meilleure équipe.

« Tout le monde doit faire de son mieux pour rendre l'équipe meilleure. On s'attend à ramener la coupe Grey à Montréal, on ne peut pas viser plus bas. C'est l'attitude qu'il faut avoir et c'est avec cette attitude en tête qu'on doit travailler. C'est une nouvelle année, tout le monde est recentré sur l'objectif à atteindre et tout le monde va s'encourager. On veut être une équipe, mais aussi une famille. Chaque saison est un casse-tête, et c'est notre rôle à tous de réussir à le terminer et qu'il soit le plus beau possible. »

Ne rien tenir pour acquis

La congestion qui prévaut au poste de pivot a néanmoins incité Anthony Calvillo à avoir une discussion avec son vétéran afin de s'assurer qu'il soit mis au diapason de l'équipe. Le célèbre 13 montréalais a notamment rappelé à ce dernier que sept quarts-arrière avaient été utilisés en 2015.

« Je lui ai mentionné que toutes les équipes doivent aller chercher de jeunes quarts-arrière, parce qu'on doit aussi bâtir pour le futur, mais que ça ne devait pas l'affecter, comme ça ne m'affectait pas quand je jouais. C'est l'approche qu'il doit prendre et qu'il comprend. De l'autre côté, je veux que les jeunes espèrent jouer et qu'ils poussent les vétérans. On l'a vu l'an dernier, un joueur peut se blesser et un autre doit être prêt à prendre le relais si nous voulons connaître du succès. »

Maintenant coordonnateur à l'attaque, Calvillo est tout de même bien placé pour comprendre la situation dans laquelle se trouve Glenn. En 20 ans dans la LCF, Anthony Calvillo dit ne jamais avoir tenu son poste pour acquis.

« Ce que je faisais l'année d'avant ne comptait plus et je voulais toujours m'assurer d'avoir la confiance de mes coéquipiers. Physiquement et mentalement, je faisais toujours en sorte d'être prêt à conserver mon poste. Que ce soit un quart vedette qui débarquait ou une recrue talentueuse, ça ne m'importait pas. À la fin de la journée, ils devaient me prendre ma place et je m'assurais qu'ils sachent que je ne les laisserais pas faire. »

Et Calvillo entend bien s'assurer que les joueurs sous lui soient dans le même état d'esprit.

« Comme tout le monde, je suis très excité. On travaille beaucoup à monter le livre de jeux et on a hâte de voir les gars l'exécuter. On a un groupe compétitif, ils partent tous à la case départ et on pourra voir dans quelques semaines où chacun d'eux se situera. On doit faire nos devoirs, voir comment il se développe mentalement et voir comment ils s'approprient les jeux. »

Partager

À lire aussi

  • Chapdelaine de retour à la maison

    Sports

    Chapdelaine de retour à la maison

    C'est avec un sourire en coin que le Sherbrookois Jacques Chapdelaine a renoué avec le Coulter Field de l'Université Bishop's, dimanche. »

  • Nicolas Boulay honorera son contrat avec les Alouettes

    Sports

    Nicolas Boulay honorera son contrat avec les Alouettes

    Nicolas Boulay participera finalement au camp des Alouettes de Montréal, qui débute ce dimanche sur le synthétique de l'Université Bishop's. Et il a... »

  • Cinq défis pour les Alouettes

    Sports

    Cinq défis pour les Alouettes

    Les Alouettes de Montréal se sentent un peu beaucoup à la maison, lorsque joueurs et entraîneurs débarquent sur le campus de l'Université Bishop's... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer