Deux matchs, deux stades, un partisan

Pendant que la classique Expos/Big Bill aura lieu... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Pendant que la classique Expos/Big Bill aura lieu au stade Amédée-Roy de Sherbrooke vendredi, un match préparatoire de la Ligue Can-Am entre les Capitales de Québec et les Champions d'Ottawa sera présenté à Coaticook. Que fera le mordu de baseball, déchiré par ce choix?

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pendant que la classique Expos/Big Bill aura lieu au stade Amédée-Roy de Sherbrooke vendredi, un match préparatoire de la Ligue Can-Am entre les Capitales de Québec et les Champions d'Ottawa sera présenté à Coaticook. Que fera le mordu de baseball, déchiré par ce choix?

CHRONIQUE / Deux matchs, deux stades, un partisan. Le perdant dans tout ça? Le baseball régional.

D'où est venue l'idée de tenir un tel événement au stade Julien-Morin à cette date? Alors que certains crient au complot, d'autres accusent le hasard, tout simplement.

La vérité? Elle n'est pas si simple.

D'abord, un manque de planification. Ensuite, la mauvaise foi. Une mauvaise foi qui s'explique bien par contre.

Voici la vraie histoire.

L'entraîneur des Capitales, le Sherbrookois Patrick Scalabrini, a d'abord contacté le propriétaire des Expos, François Lécuyer, afin de lui proposer de présenter une partie préparatoire des Capitales à Sherbrooke. La seule date disponible? Le vendredi 13 mai, jour de match entre les Expos de Sherbrooke et le Big Bill de Coaticook, le premier affrontement entre les deux rivaux cette saison.

« J'ai été contacté il y un peu plus de deux semaines et le calendrier de la LBMQ avait déjà été rendu officiel. Patrick s'est donc tourné vers Coaticook », explique Lécuyer.

Ce qu'il pense de la tenue de ce match de la Ligue Can-Am présenté au même moment que le duel Expos/Big Bill?

« C'est assez ordinaire. Il y aura 200 à 300 spectateurs de moins au stade Amédée-Roy. Non seulement les amateurs de Coaticook ne se déplaceront pas pour venir voir le Big Bill à Sherbrooke, mais en plus, plusieurs fans des Expos iront à Coaticook vendredi. »

La partie entre les Capitales et les Champions est finalement organisée par Baseball Québec et l'équipe du Championnat canadien de baseball des moins de 18 ans, présidé par Simon Therrien.

Ce dernier précise que puisque les camps d'entraînement de la Ligue Can-Am commencent dans les prochains jours, il était impossible de présenter cette partie avant vendredi et que par la suite, les deux équipes ont d'autres obligations :

« Les Champions joueront à Shawinigan samedi. La seule date disponible était malheureusement le 13 mai. »

Simon Therrien a par la suite demandé aux Expos s'il était possible de déplacer la partie contre le Big Bill. La réponse fut négative.

Oui, le délai était court. Mais il faut également avouer que le propriétaire des Expos a connu de mauvaises expériences dans le passé avec Baseball Sherbrooke, qui relève de Baseball Québec, l'organisateur du Championnat canadien des moins de 18 ans.

« J'ai organisé des événements l'an dernier dont les profits étaient remis à Baseball Sherbrooke, qui n'a pas respecté certains engagements. J'ai donc dû débourser un montant supplémentaire. Je suis maintenant moins chaud à l'idée de répéter la chose. Baseball Sherbrooke et Baseball Québec, ça revient au même pour moi », précise François Lécuyer.

De là vient la mauvaise foi pouvant toutefois être justifiée.

Mais au final, c'est le partisan qui est le grand perdant. Et Dieu sait que le baseball ne peut se permettre de perdre de nombreux amateurs.

Des bancs défraîchis

Il était beau, notre stade Amédée-Roy samedi dernier à l'occasion de l'ouverture locale de la saison 2016 des Expos. Le losange était parfait. La pelouse d'un vert éclatant. Mais les gradins, eux, d'un brun défraîchi...

J'ai d'ailleurs ramené une partie de la peinture séchée jusque dans ma voiture. En fait, elle se collait à nos vêtements. Même si tous les bancs dans les gradins ont été peinturés il y a trois ans, cette peinture se désagrège déjà. Pas joli du tout. Et pas pratique, puisque le bois n'est plus protégé.

Pour un Sherbrookois payeur de taxes fier d'accueillir un championnat national au mois d'août, c'était honteux.

Quatre ou cinq gallons de peinture, un ou deux cols bleus et le tour est joué. Une question de quelques centaines de dollars afin de rendre l'expérience client plus agréable. Et pour ne pas avoir à remplacer bientôt toutes ces planches.

« On ira constater la situation et le tout sera rapidement corrigé s'il est nécessaire », promet le conseiller à la Ville de Sherbrooke Vincent Boutin, président du comité du sport et du plein air.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer